Test iMac 24 : puce M1, nouveaux coloris, Apple renouvelle son tout-en-un

L’iMac, sans doute le Mac le plus iconique de la gamme Apple. Mètre étalon des ordinateurs tout-en-un, l’iMac affichait le même design depuis près d’une décennie. C’est donc une évolution bienvenue que constitue la venue du nouvel iMac 24 pouces. C’est aussi le signe d’une nouvelle ère avec le retour de ordinateurs colorés chers à certains. Mais la rupture la plus forte est invisible avec l’abandon des processeurs Intel et de leur architecture x86 au profit de la nouvelle puce ARM Apple M1. Des nouveautés bienvenues et séduisantes que nous avons eu l’occasion d’apprécier durant ces dernières semaines.

Test iMac 24 M1

Sept couleurs disponibles pour accorder l’iMac à votre intérieur

Les rumeurs laissaient espérer un iMac 32 au design borderless inspiré du (sublime) écran Pro Display XDR. Il faudra finalement se contenter d’un iMac 24 pouces au design coloré.

Test iMac 24 M1 : Les 7 couleurs disponibles

Passée la (petite) déception post Keynote, l’ouverture du carton fut une belle surprise avec un effet whaou. Non pas pour le pakaging même s’il faut bien reconnaitre la maitrise d’Apple sur le sujet mais bien sur le rendu de cet iMac coloré.

Si la face avant fait la part belle aux surfaces brillantes, le pied et l’arrière se parent d’aluminium satiné. Le rendu est du plus bel effet avec en prime une perception qui varie en fonction des conditions lumineuses. Difficile d’en apprécier toute la subtilité à travers des photos. Nous ne pouvons donc que vous conseiller un petit tour en Apple Store ou dans un magasin comme la FNAC pour découvrir le nouveau iMac M1.

De prime abord plus mitigé sur la face avant avec ce large menton, force est de constater qu’il se fait vite oublier passées les premières heures face à cet iMac 24. Et si vous avez un mur clair, le coloris pastel associé aux bordures blanches permet au tout-en-un Apple de davantage se fondre dans le décor.

Un iMac avec pied réglable ? Et non, toujours pas…

Apple est connu pour son soin du détail. Une nouvelle fois, la marque à la Pomme repousse les limites. Cela commence par la poignée de transport sur le carton de la couleur de l’iMac choisi, aussi présente sur les autocollants et les périphériques inclus au moment de la commande : clavier, Magic Mouse (dont la forme et l’ergonomie nous laissent toujours aussi dubitatif au fil des années…) voire trackpad (disponible en option à la commande). Sans oublier les câbles, désormais tressés en prime. Pratique mais aussi bien plus robustes et esthétiques.

Malheureusement, un détail pourtant évident semble toujours échapper aux ingénieurs de Cupertino. Eh oui, en 2021, l’iMac dispose toujours d’un pied fixe non ajustable en hauteur. Une hérésie en termes d’ergonomie et de confort. Résultat, il faudra composer avec un support, certes parfois pratique mais qui rend rarement justice au design épuré de l’iMac. Et, sauf à opter pour un iMac VESA à l’achat, n’espérez pas contourner le problème avec un support d’écran VESA. Gardons espoir pour le supposé futur iMac 30/32 » espéré dans un avenir proche selon les rumeurs…

Devant la finesse exceptionnelle de l’iMac 24 et son poids plume (4,5 Kg) d’aucuns pourraient se prendre à rêver d’un pied amovible et d’un écran tactile afin de transformer l’iMac en iPad XXL. De récentes déclarations de Tim Cook et d’autres collaborateurs Apple laissent toutefois peu d’espoir, MacOS n’ayant pas vocation à devenir tactile selon eux. Toujours est-il que cette finesse – 11 mm, soit l’équivalent d’un iPhone avec une coque par exemple – implique certaines concessions.

Apple a ainsi opté pour une alimentation externe, semblable à celle d’un MacBook. Cela permet de gagner de la place et de s’affranchir des contraintes thermiques d’une alimentation interne. Saluons par ailleurs la présence d’un port Ethernet sur le bloc. Pratique pour ne pas s’encombrer d’un câble supplémentaire sur le bureau à connecter au dos de l’iMac (la transmission des données s’effectue via la câble d’alimentation par conséquent).

Outre sa fonction esthétique, le menton de l’iMac renferme la plupart des composants. La puce M1 et sa carte mère bien sûr mais aussi les haut-parleurs (au nombre de 6) placés à chaque extrémité. Sans rivaliser avec deux HomePod Mini, ou tout autre enceinte Bluetooth plus imposante, l’iMac 24 profite d’un système audio plutôt convaincant, tant pour la musique que pour les vidéos. Le son reste détaillé sur un large spectre, les basses plus en retrait mais cela évite de tomber dans l’excès et in fine, ce n’est pas pour nous déplaire. En bonus, une impression de spatialisation surprenante pour un tout-en-un et la compatibilité avec le Dolby Atmos (via iTunes, Apple TV). Mais ce n’est pas vraiment une surprise, Apple ayant démontré sa maitrise du sujet, tant sur ses MacBook Pro que les iPad Pro plus récemment.

Un écran pour en mettre plein la rétine

Autre domaine dans lequel Apple conserve un avantage sur la concurrence, ses écrans. Celui du nouvel iMac M1 ne déroge pas à la règle. D’une diagonale de 23,5 pouces, il se dote d’une définition de 4480×2520 pixels, soit une surface utile de 2240×1260 px en pratique. La dalle dispose toujours d’une surface en verre pour une meilleure sensation de finesse. Malgré tout, les reflets sont très bien contenus, même lorsque l’iMac est installé à proximité d’une fenêtre. La forte luminosité disponible (environ 500 nits) n’y étant pas étrangère.

Autres atouts de la dalle de cet iMac M1, une compatibilité avec la technologie True Tone (pour conserver des couleurs plus « réalistes » quelque soit les conditions lumineuses) et la couverture de l’espace colorimétrique P3, un espace de couleur plus étendu que le sRGB. Un atout pour les photographes et autres créatifs adeptes du Color Grading (étalonnage).

Si la face avant de cet iMac 24 avec ses bordures blanches est sujet à controverse, l’intégration d’une webcam Full HD (1080P) fera l’unanimité en cette période de télétravail généralisé. Vos interlocuteurs pourront ainsi profiter d’une image de meilleure qualité, plus détaillée mais aussi de micros plus sensibles. Seul (petit) regret, Apple n’a pas intégré le système de suivi et de zoom automatique présent sur les derniers iPad Pro M1.

Test iMac 24 M1

La puce Apple M1 n’en finit pas de surprendre

Terminons par un mot sur la fameuse puce Apple M1 désormais présente dans les iMac donc, mais aussi dans les MacBook Pro / MacBook Air sans oublier les iPad Pro. Une puce tout en un (SoC) où processeur, puce graphique et mémoire sont intégrés au même emplacement, sur à peine quelques millimètres carrés. Outre un gain de place évident, les intérêts sont multiples. Des échanges plus rapides entre eux mais aussi une maitrise plus grande de la chaine de production pour Apple qui ne dépend plus de ses partenaires historiques, Intel et AMD. Sans oublier des économies d’échelle du fait de la mutualisation à plusieurs « iDevice ».

Laissons la théorie de côté pour se concentrer sur l’essentiel, à savoir que vaut cette puce Apple M1 en pratique ? Eh bien, c’est sans doute là que la surprise est la plus grande. On aurait pu s’attendre à des débuts timorés pour la première itération d’un changement d’architecture aussi important. Il n’en est rien. Au contraire, cette puce M1 se montre particulièrement véloce au regard de sa faible consommation énergétique (à plein régime, l’iMac M1 ne consomme pas plus de 50W à la prise !). Pour autant, et c’est bien là le plus étonnant, ses performances n’ont rien à envier à un MacBook Pro 16 ou même un iMac 27 à base de Core i7. Et avec les programmes optimisés pour l’architecture Apple Silicon, l’iMac M1 se paye même le luxe d’être le plus rapide, le tout dans un silence de cathédrale. Car si l’iMac 24 est bien pourvu de deux ventilateurs (un seul sur l’entrée de gamme), au bout de 3 mois d’usage quotidien, nous avons eu l’occasion de les entendre que deux fois. Et encore, leur vitesse est si basse qu’un simple fond sonore suffit à les rendre inaudibles.

Alors, parfaite la puce Apple M1 Silicon ? Presque, quelques limites (de jeunesse) pourront retenir certains utilisateurs de craquer. La compatibilité avec certains logiciels et/ou utilisateurs pour commencer. Car si la liste s’allonge de jour en jour et malgré la possibilité de passer via Rosetta – l’émulateur destiné à faire fonctionner les anciens programmes conçus pour les processeurs Intel (x86) – certains logiciels restent peu efficients sur les Mac M1 (par exemple After Effects).

Autres limites, davantage matérielle cette fois, seuls deux ports Thunderbolt 4 et un seul écran externe sont gérés sur les puces M1. Une contrainte qui ne concernera qu’une poignée d’utilisateurs à n’en pas douter. Plus nombreux seront ceux à regretter l’absence de port USB-A (« pleine taille »), l’iMac 24 ne proposant que de l’USB-C.

iMac 24 M1 : Quel bilan après 3 mois d’utilisation ?

Comme nous avons eu l’occasion de l’évoquer dans notre test du MacBook Pro 13 M1, la puce Apple Silicon marque bel et bien une petite révolution dans l’univers de l’informatique grand public. C’est donc avec une certaine impatience que nous attendions son arrivée sur les tout-en-un de la firme à la Pomme.

D’aucuns attendaient une puce M1X (ou M2), le nouvel iMac 24 conserve finalement le M1. Pas de surprise donc à l’usage pour qui possède déjà un MacBook Air ou MacBook Pro. Les autres découvriront et apprécieront sa réactivité, ses performances générales sans oublier sa frugalité énergétique et avec elle, son silence.

Test iMac 24 M1

La nouveauté de ce nouvel iMac 24 est donc bien à chercher du côté du design. Plus frais et coloré, Apple renoue avec la couleur qui a fait son succès par le passé. C’est aussi la mise en exergue du leitmotiv de la marque d’effacer le côté technique et abscons de l’informatique au profit des usages et du design. Sur ce point, l’iMac 24 constitue le meilleur choix pour qui cherche un ordinateur fiable, facile à utiliser et surtout assez joli pour trôner aussi bien sur le buffet du salon, le guéridon de l’entrée que dans un bureau ou une chambre (d’ado).

Dans cette optique, son unique câble est un atout non négligeable pour tous ceux dont le câble management n’est pas une passion dévorante. Son écran de 23,5 pouces, pas trop grand mais assez pour être confortable est aussi à saluer, tout comme son clavier sans-fil. Ce dernier profite lui aussi d’une petite nouveauté, l’intégration d’un capteur Touch ID. Pratique pour déverrouiller sa session ou gérer ses mots de passe (que ce soit via le trousseau iCloud ou 1Password) sans avoir besoin de saisir son mot de passe. C’est aussi un moyen d’identification simple et rapide pour passer d’un utilisateur à un autre.

L’iMac 24 M1 est disponible à partir de 1449€

Comparatif prix Apple iMac 24 M1

iMac M1 : Quelle configuration choisir, 8 ou 16 Go de RAM ?

A l’instar des autres ordinateurs de la gamme Apple, l’iMac 24 a une configuration figée. Impossible en effet de rajouter de la mémoire vive ou de changer le SSD. Il est donc important de bien choisir au moment de l’achat la configuration en adéquation avec son budget. Laissons de côté coloris, présence de Touch ID, de 2 ports USB-C supplémentaires et/ou du port Ethernet entre la version d’entrée de gamme (1449€) et celle de milieu de gamme (1669€) dont l’intérêt sera variable en fonction de chaque utilisateur.

En revanche, on vous conseille vivement de partir d’office sur une version équipée de 512 Go de stockage. Vous aurez ainsi plus de marge, d’autant qu’il vaut mieux ne pas remplir un SSD à plus de 80% de sa capacité pour le préserver sur la durée. Et si désormais un SSD externe en USB-C peut offrir des performances comparables, cela reste une solution peu pratique au quotidien dans l’unique objectif d’étendre l’espace de stockage.

Quant à la RAM, oubliez les a priori issus d’expériences passées avec des Mac Intel (ou mêmes des PC). Un Mac M1 avec 8 Go est parfaitement fluide au quotidien, même avec plusieurs logiciels réputés exigeants ouverts en simultané. Ainsi, à l’usage, que ce soit sous Lightroom, Capture One ou même Final Cut Pro, difficile de percevoir une différence entre un iMac M1 8 Go et son homologue doté de 16 Go. Par conséquent, si vous hésitez entre espace de stockage et mémoire vive, notre préférence irait vers la première option.

En résumé, pour un usage polyvalent, l’iMac 24 en 512 Go / 8 Go de RAM est selon nous le meilleur compromis. Pour une utilisation intensive de logiciels comme Final Cut Pro Lightroom, Photoshop, Première Pro, Davinci Resolve, Capture One Pro, la version 1 To / 16 Go de mémoire vive apparait comme le meilleur choix pour un iMac 24.

Photo de imac-24-512-go-8-go

iMac 24 512 Go / 8 Go

Meilleurs prix

  • Boulanger1,899.00 €VoirBoulanger
  • Darty1,899.99 €VoirDarty
  • Fnac1,899.99 €VoirFnac
Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de imac-24-1-to-16-go

iMac 24 1 To / 16 Go

Meilleurs prix

  • Boulanger2,359.00 €VoirBoulanger
  • Darty2,359.99 €VoirDarty
  • Fnac2,359.99 €VoirFnac
Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.