La Rédac' Masculin
Il y a 12 mois

Particulier employeur : pensez à mettre à jour vos dépenses pour profiter d’un crédit d’impôts

Un particulier employeur peut bénéficier d’une réduction d’impôts pour l’emploi d’aide à domicile.

Deux avantages fiscaux sont très utilisés en France : la réduction d’impôt pour dons et le crédit d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile. En 2017, environ 4 millions de foyers fiscaux auraient procédé à la déclaration de dépenses d’emploi à domicile.

Plusieurs services ouvrent en effet droit à ce crédit d’impôt : garde d’enfant, jardinage, ménage, etc. Pour pouvoir bénéficier de cet avantage, n’oubliez surtout pas d’actualiser vos dépenses !

Qu’est-ce que le crédit d’impôt pour l’emploi à domicile et qui y a droit ?

Ce crédit d’impôt est accordé aux particuliers et foyers employant des individus à leur domicile, exerçant des activités entrant dans la catégorie des services à la personne. La prestation peut être régulière ou temporaire.

Les types de services ouvrant droit à cet avantage fiscal sont nombreux et variés : le nettoyage de votre logement, la garde de vos enfants, les cours de soutien scolaire, les travaux de jardinage, l’assistance informatique ou administrative, etc.

Dans la limite de certains seuils, la personne qui emploie peut donc solliciter auprès de l’administration fiscale une réduction de 50 % des sommes payées sur le montant de l’impôt sur le revenu.

En règle générale, les dépenses entraînant une déduction de 50 % sont plafonnées à un montant de 12 000 euros par an, et jusqu’à 20 000 euros selon les cas (enfants, personnes âgées dans le foyer, etc.). Quasiment tout le monde peut en bénéficier : propriétaires comme locataires, dans la résidence principale ou la résidence secondaire.

Le crédit d’impôt en pratique : l’importance de l’actualisation de vos dépenses

La question du remboursement lié à ce crédit d’impôt s’est complexifiée depuis l’instauration du prélèvement à la source. En 2019, les particuliers employeurs ont reçu deux versements : 60 % en janvier et 40 % en juillet. Mais le montant de la somme remboursée s’est basé sur les dépenses de 2017.

Certains ménages se sont donc retrouvés dans la situation de devoir rendre ce qui leur avait été versé. C’est pour éviter cette situation que l’administration fiscale a ouvert il y a peu, mi-octobre, la possibilité pour les contribuables de réduire le montant de l’acompte ou de l’abandonner.

Si vos dépenses en femmes de ménages, nounous ou jardiniers ont évolué en 2019, nous vous conseillons donc de les mettre à jour afin de recevoir le montant adéquat en janvier 2020.

Le service d’actualisation du site impots.gouv.fr est ouvert jusqu’au 5 décembre inclus et vous permet d’éviter le remboursement de trop-perçus. Si vous n’effectuez pas cette démarche, l’administration considérera que vous avez déboursé la même somme qu’en 2018.