Parfois, je crie sur mes enfants : suis-je un parent maltraitant ?

©Ketut Subiyanto

En tant que parent, il arrive parfois que nos émotions nous dépassent et que nous perdions patience avec nos enfants. Dans ces moments, nous pouvons céder à la colère et crier, ce qui peut engendrer de la culpabilité et une remise en question de notre rôle de parent.

Alors, sommes-nous des parents maltraitants simplement parce que nous crions parfois sur nos enfants ? Cet article abordera cette question en examinant les différents aspects liés aux cris, ainsi qu’en proposant des outils et solutions pour mieux gérer notre colère au quotidien.

Le stress est un problème bien trop commun dans nos vies modernes. Pour les hommes, il peut notamment être à l'origine d'un vieillissement prématuré et de divers effets néfastes sur la santé. Dans ce...Lire la suite

Comprendre la colère et ses manifestations

Avant de s’interroger sur notre comportement en tant que parent, il est utile de comprendre pourquoi nous ressentons de la colère et comment elle se manifeste chez l’être humain.

Les facteurs déclencheurs de la colère

La colère est une émotion naturelle et universelle qui intervient lorsque nous sommes confrontés à une situation que nous jugeons injuste ou insatisfaisante. Elle peut également être une réaction à une menace (réelle ou perçue) envers notre sécurité personnelle ou celle de nos proches.

Ainsi, lorsque nous crions sur nos enfants, cela peut être dû à plusieurs facteurs, tels que :

  • L’impression d’être submergé par les responsabilités quotidiennes.
  • Le stress et la fatigue accumulée.
  • Le sentiment d’injustice ou d’incompréhension face à un comportement de l’enfant.
  • La peur pour la sécurité de l’enfant s’il se met en danger.

La colère et les cris comme mode d’expression

Crier sur nos enfants est souvent une manière instinctive et impulsive d’exprimer notre colère, particulièrement lorsque nous sentons que les limites ont été franchies. Toutefois, il est essentiel de prendre conscience que les cris peuvent avoir des conséquences négatives sur la relation parent-enfant et provoquer chez l’enfant un sentiment d’insécurité affective, voire même générer des troubles psychologiques.

Faire la distinction entre la maltraitance et l’imperfection parentale

Pour déterminer si nous sommes réellement des parents maltraitants lorsque nous crions sur nos enfants, il convient de faire la distinction entre la maltraitance et l’imperfection parentale :

  • La maltraitance : elle implique une série de comportements qui causent intentionnellement du tort à l’enfant, qu’il soit physique, émotionnel, sexuel ou bien par négligence (négligence médicale, absence d’hygiène, etc.). Dans ce cas, les enfants sont victimes de violences régulières et systématiques, qui ont pour objectif de les exercer à des contraintes excessives pour leur âge ou leur niveau de développement.
  • L’imperfection parentale : il s’agit plutôt de situations où les parents, bien qu’aimant leurs enfants et cherchant à agir de manière bienveillante, peuvent commettre des erreurs, céder à la colère et crier sur leur progéniture. Ici, les actes ne sont pas intentionnels et répétitifs comme cela peut être le cas dans la maltraitance.

Ainsi, si vous criez occasionnellement sur vos enfants et que vous en ressentez de la culpabilité, il est probable que vous n’êtes pas un parent maltraitant mais simplement un parent imparfait qui cherche à s’améliorer.

Des outils pour mieux gérer sa colère et éviter de crier

Pour parvenir à limiter les cris dans notre relation parent-enfant, voici quelques conseils et outils :

  1. Prendre conscience de ses émotions : avant de pouvoir gérer efficacement notre colère, nous devons d’abord être capables de l’identifier et de la reconnaître.
  2. Appliquer des techniques de relaxation : pratiquer la respiration profonde, la méditation ou encore le yoga peuvent aider à réduire notre niveau de stress et ainsi prévenir les crises de colère.
  3. Identifier les déclencheurs : comprendre les situations qui nous mettent particulièrement en colère peut nous permettre de trouver des solutions pour les éviter ou les désamorcer.
  4. Communiquer avec nos enfants : expliquer à nos enfants pourquoi nous sommes en colère et comment nous ressentons cette émotion peut les aider à saisir notre réaction et à trouver des solutions pour y remédier.
  5. Demander de l’aide : si vous sentez que votre colère est trop intense ou trop fréquente, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé mentale qui pourra vous aider à gérer vos émotions.

Crier occasionnellement sur nos enfants ne fait pas de nous des parents maltraitants. Néanmoins, il est fondamental de comprendre les raisons de notre colère et d’apprendre à mieux la gérer afin de renforcer nos compétences parentales et d’améliorer notre relation avec nos enfants.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *