RelaxNews
Il y a 5 ans

Défilé Rick Owens 2016 : provoc’, mais pas trop !

Cyclopes : la collection de Rick Owens a de quoi surprendre

À son dernier défilé, Rick Owens avait fait sensation en présentant d'audacieuses créations dévoilant l'intimité des mannequins. Sa collection printemps-été 2016, présentée à Paris ce 25 juin, a beau être moins controversée, elle reste tout aussi innovante.

Une coupe de cheveux très remarquée

L'un des éléments les plus remarqués du défilé est capillaire : une coupe soigneusement élaborée, en forme de cône, recouvre totalement le visage de certains mannequins.

Les silhouettes sont plutôt longues : tee-shirts, smokings et gilets vestes tombent au niveau du genou. Le traditionnel sweat-shirt est revisité : porté à l'envers, il prend des airs de tuniques. Les vestes adoptent des proportions originales, des formes amples et des détails métalliques.

Des couleurs très sombres

Le créateur utilise généralement une palette sombre et ce défilé n'échappe pas à la règle : le noir et le gris sont eu coeur de la palette. Cependant, certains verts pâles et quelques orangers, ainsi que quelques détails métallisés, agrémentent le tout. Comme toujours, le jeu des textures apporte de la profondeur et du mystère : le cuir froissé côtoie ainsi le coton et le denim gris effiloché.

Une collection qui porte bien son nom

Une inspiration très personnelle, comme l'explique Owens : "Cette collection printemps-été s'appelle 'Cyclopes', comme ces créatures au champ de vision très réduit. Je retrouve dans cette image ma volonté de trouver la manière la plus droite et la plus courte possible de relier le point A au point B. Une caractéristique que je pense très masculine. Je veille constamment à ce que cette volonté d'efficacité et de contrôle ne devienne pas trop agressive. J'ai le sentiment que de nombreux hommes se livrent à ce combat".

"Tuez Angela Merkel"

Petite dose de controverse, tout de même – bien qu'indépendante de la volonté du créateur : l'un des mannequins a brandi un tissu sur lequel était inscrite la mention "Que l'on tue Angela Merkel, s'il vous plait – je plaisante". Le créateur a immédiatement déclaré : "Ces propos […] ne reflètent en rien l'opinion de la maison Rick Owens".