Benjamin d'Alguerre
Il y a 13 ans

Un manteau pour l’hiver

Malades d’manteaux

Quoi de neuf ? Le manteau ! Accessoire aussi indémodable que classieux, le manteau est redevenu un élément essentiel de la tenue branchée urbaine, ou tout simplement confortable.

1/ Malades d'manteaux
2/ Pouvoirs manteaux
3/ Du passé à nos jours…

Malades d’manteaux

Avec l’arrivée de l’automne, le manteau revient en force dans les rues, les galeries et les magasins. Normal, avec les chutes de températures, il n’est guère plus temps de se découvrir les guiboles et de se contenter d’une simple veste pour se protéger du froid.

Longtemps supplanté par le blouson, jugé plus confortable et urbain, le manteau, qui possède l’avantage sur son concurrent de couvrir jusqu’au bas des jambes, a vu depuis les années 1990 son excommunication pour ringardise levée, et s’affiche désormais sans honte et sans risquer de passer pour un émule du Commissaire Maigret (époque Jean Richard) ou un gothique invétéré.

Imperméables, trench-coats, et autres manteaux se sont vus dépoussiérés par les créateurs et complètent, désormais, la panoplie de l’homme urbain, casual et chic.

Pouvoirs manteaux

Côté couturiers, le manteau masculin est redevenu un des piliers des collections Automne/Hiver 2006-2007, même si l’actuelle tendance à la « relecture du rétro» voit le blouson type Teddy ou perfecto revenir lui aussi, mais de manière autrement plus modeste.

Chez Thierry Mugler, par exemple, le manteau se fait sobre et sombre. Couture droite et coupe stricte, l’unicité de tons et de forme n’est cassée que par les ornements que représentent de larges boutons onyx/argent, même si certains modèles se parent de cols en fourrure amovibles afin de désuniformiser l’ensemble.
Chez Gaultier, plus avant-gardiste, le trench, aux motifs écossais bien sûr, se décline aussi bien selon la mode « robe de chambre» que celle de l’androgynie, pouvant, au besoin s’accompagner d’accessoires comme le man-bag.
Rykiel Homme, pour sa part, réinvente la veste longue, se voulant un avatar du manteau stricto sensu.

Du passé à nos jours…

Fut un temps, la définition du terme de manteau ne posait aucun problème : tout type de bout de tissu suffisamment long et couvrant était ainsi qualifié, quand bien même s’agissait-il d’une simple cape (chez les Templiers, par exemple).

Avec le développement de l’industrie de la confection lors de la Renaissance, le manteau acquit une véritable personnalité et devint même symbole de statut social comme en témoignent les édits somptuaires.

Réservé à l’aristocratie et à la bourgeoisie, le manteau s’est par la suite démocratisé, notamment grâce à la baisse progressive du coût des textiles et l’industrialisation du secteur de la confection.
Très populaire dès la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 60, popularisé par le cinéma américain, décliné sous de nombreuses formes : imperméables, vestes longues, trench-coats…, le manteau deviendra quelque peu désuet dans les années 70 (conséquence, entre autres, des polémiques sur l’utilisation de fourrures animales) avant d’être redécouvert par les créateurs à l’aube du nouveau siècle.

par Benjamin d’Alguerre
Collection Automne-Hiver 2006-2007

Manteaux de divers couturiers
(cliquez sur la photo pour l'agrandir)
 
 

Lanvin, Mannequin (1)

Lanvin, Mannequin (2)

Lanvin, Mannequin (3)

Jean Paul Gaultier, Mannequin (1)

Jean Paul Gaultier, Mannequin (2)

Jean Paul Gaultier, Mannequin (3)

Rykiel Homme, Mannequin (3)

Rykiel Homme, Mannequin (2)

Rykiel Homme, Mannequin (3)

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error