Courtier en vins : un business juteux ?

Un métier relativement méconnu mais lucratif

--- Le ---

Il n'y a pas que dans l'immobilier ou l'assurance que l'on trouve des courtiers. Ainsi, la profession de courtier en vin est intéressante à plus d'un titre.

Courtier en vins : un business juteux ?
© flyparade ©
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

Qu'est-ce qu'un courtier en vins et spiritueux ?

Un courtier en vins a pour mission de mettre en relation les producteurs et les distributeurs de vins. Son but est d’apporter un conseil éclairé sur la qualité du vin proposé à la vente.

Le courtier spécialiste des vignobles doit prendre en considération les intérêts de tous les protagonistes en toute indépendance afin de satisfaire toutes les parties. Une parfaite connaissance de l’univers viticole est donc indispensable pour exercer cette profession et comme pour toute transaction financière, la discrétion est obligatoire.

Les diplômes nécessaires et les compétences requises

Pour être habilité à exercer et devenir courtier en vins, un stage d’une durée minimale de 6 mois est obligatoire. La carte professionnelle de courtier en vins et en spiritueux est délivrée après un examen devant un jury.

Durant l’exercice de sa profession, le courtier en vins doit constamment s’informer de l’évolution de la réglementation en vigueur (traçabilité, normes environnementales, formalité douanière…). Le métier nécessite des talents de négociateur et une bonne analyse des marchés financiers pour anticiper au mieux l’évolution des prix.

En tant qu’indépendant, les négociants – quel que soit leur secteur d’activité – sont dans l’obligation de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle. Enfin, une bonne pratique des langues étrangères est un atout certain pour développer son activité, de nombreux producteurs de vins français se tournant vers l'export.

Combien gagne un courtier en vins ?

La rémunération d’un courtier en vins correspond à un pourcentage du montant des ventes. Ce taux est défini par les syndicats. À titre d’exemple, un courtier à Bordeaux perçoit 2% de chaque transaction. En comparaison, un courtier de prêt immobilier n’empoche que 1% des montants des prêts. De plus, certains organismes bancaires plafonnent la rétribution des courtiers en immobilier.

Pourtant, il est difficile de comparer les avantages financiers de ces professionnels car tout dépend du volume de transaction effectuée par an. Toutefois, le dynamisme du secteur vinicole contribue à doper les ventes : la France est le premier exportateur de vin dans le monde avec un chiffre d’affaires de 7,9 milliards d’euros en 2016 et 75% des transactions de vins dans la région de Bordeaux sont réalisées par l’intermédiaire d’un courtier en vins.

Thèmes connexes : carriere vin
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS