Constat amiable : nos conseils pour bien le remplir

Comment bien remplir un constat avant de l'envoyer à son assurance ?

--- Le ---

Remplir un constat amiable peut sembler difficile. C'est pourtant plus simple que vous pourriez le croire. Il suffit seulement de respecter quelques règles.

Constat amiable : nos conseils pour bien le remplir
Richard Villalon ©
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

Choc urbain, accident, délit de fuite : plusieurs causes peuvent nous amener à remplir un constat amiable. Bien qu'assez complexe d'apparence, ce document n'est pas si ardu à remplir. Seulement, il convient de respecter certaines règles. En respectant celles énoncées ci-dessous, tout devrait bien se passer !

Le plus important sur un constat ? Ne rien oublier !

Sachez qu'il interdit d'apporter une modification après signature du constat. Toute modification, ajout ou correction pourrait apporter des problèmes par la suite. Restez honnête en toutes circonstances, n'essayez pas de retourner si la situation si vous êtes en tort.

De toute manière, personne n'est parfait et un accident peut vraiment arriver à tout le monde. Prenez le temps de remplir très attentivement le constat. Relisez-le une dernière fois avant de le signer puis de séparer les feuilles. C'est le meilleur moyen de ne rien oublier.

La vérité, rien que la vérité

Si vous n'avez pas de témoin de l'accrochage sur le coup, sachez qu'il n'est pas rare qu'un témoin se signale par la suite. N'essayez donc jamais d'embellir les choses. Soyez honnête dans votre déclaration.

Si la partie adverse est en tort, n'exagérez pas. Le dessin peut être réalisé par ce tiers ou vous-même mais chacun doit remplir sa partie, en choisissant qui est A et qui est B. Cela n'a pas d'importance.

Renseignez les informations vous concernant, dont votre police d'assurance et vos coordonnées. Sachez que le constat devra être transmis à votre assureur dans un délai de cinq jours.

De même, ne modifiez pas la date et l'heure de l'incident, sous aucun prétexte ! Si le tiers parvient à prouver qu'il était occupé à la fausse date, vous seriez ennuyé...

Les cases plus importantes que le dessin

Le croquis de l'accident n'est là que pour confirmer les suspicions de votre assureur. Car ce sont bien les cases à cocher qui déterminent les responsabilités d'un accident.

Lisez très attentivement chacune d'entre elle et cochez au plus juste. N'acceptez pas de cocher une case sous la contrainte. Retranscrivez au plus près des événements. Si la partie adverse n'est pas d'accord, ne vous en occupez pas.

Au besoin, vous pouvez même faire un constat chacun de votre côté. Votre assureur, et celui du tiers, entreront alors en contact pour échanger sur les responsabilités et les suites à donner.

Les dégâts et les témoins

Lorsque vous mentionnerez les dégâts sur votre véhicule, prenez le temps d'examiner soigneusement votre voiture afin de ne rien oublier. Mais n'en rajoutez pas ! Un expert sera mandaté pour étudier votre véhicule et vérifier la concordance des éléments mentionnés sur le constat amiable et votre voiture.

Si vous êtes assuré tous risques, votre voiture sera réparée, que vous soyez responsable ou non de l'accident, moyennant une franchise et un malus dans le premier cas.

En revanche, les formules d'assurance au tiers et intermédiaires ne comprennent pas la remise en état de votre voiture, simplement celle du véhicule adverse et les frais de santé des occupants, si vous avez les torts de l'accident.


Thèmes connexes : assurance argent
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS