3 weeks ago

Essai Fiat 500E : branchée comme jamais !

En 2021, la Fiat 500 change et devient Fiat 500E, avec un “E” comme électrique. Une vraie révolution pour la citadine italienne qui conserve en plus tout son pouvoir de séduction.

Nous avons pu prendre son volant sur les routes franciliennes pour voir si le charme opérait toujours avec la mythique cinquecento. Et tant pis si on ruine le suspense, mais la réponse est oui…

Essai de la Fiat 500E électrique

Avec ou sans E, la Fiat 500 est une icone pop et fashion

Quel autre modèle que la Fiat 500 peut se targuer de ne pas avoir pris une ride en plus de 60 ans ? Depuis sa naissance en 1957, 6,7 millions d’exemplaires ont été vendus, dont 2,5 millions pour la deuxième génération apparue en 2007. Aujourd’hui encore, la 500 demeure le modèle le plus vendu du groupe Fiat en dehors de l’Italie : 190 000 exemplaires écoulés en 2019 et une moyenne de 25 000 ventes par an en France.

Cette success story intemporelle est impressionnante ! Mais alors, comment expliquer que cette voiture si typiquement italienne ait pu conquérir l’Europe entière (et même le monde) ? Le style de l’auto, bien sûr, n’y est pas étranger. Mais c’est aussi tout ce qu’elle représente à côté : la douceur de vie à l’italienne (la fameuse dolce vita), le glamour, l’évasion…

Petite par la taille, la Fiat 500 est grande par son image. Ceci explique d’ailleurs comment le joli “pot de yaourt” parvient à afficher un positionnement haut de gamme, en étant 20% plus cher que les autres voitures du segment A. Face aux Renault Twingo, Peugeot 108 ou autres Toyota Aygo et VW Up, la Turinoise est la seule à avoir fait son entrée au MoMA de New York ; la seule aussi à avoir nouer des partenariats avec des marques telles que Gucci, Repetto, Diesel, les bateaux Riva ou encore le parfum La Petite Robe Noire de Guerlain.

Chez Fiat, on parle de la 500 comme une voiture “émotionnelle”, par opposition à l’aspect fonctionnel des Tipo et Panda. Il n’était donc pas évident que celle-ci devienne la première voiture électrique du groupe Fiat. C’est pourtant bien le cas avec cette nouvelle 500E.

A lire aussi :

Les voitures les plus iconiques de tous les temps

Fiat 500E en mode décapotable

La Fiat 500E, encore une révolution ?

En 1957, la première génération de 500 est apparue comme une révolution économique. 50 ans plus tard, le modèle que l’on connaît aujourd’hui a été vu comme une révolution “cool” (dans le même esprit que la Mini ou la New Beetle). En 2021, la nouvelle Fiat 500E veut initier la révolution “e-cool”. Pour cela, elle change tout… mais reste fidèle à son ADN et reprend les ingrédients qui ont fait son succès jusque-là.

Nouveau logo Fiat
Fiat 500E édition La Prima
nouveau logo 500
Coffre de la Fiat 500E

Le même look… en différent !

Pour réussir ce tour de force, Fiat a évidemment conservé l’esthétique globale de sa voiture. Pourtant, celle-ci est globalement plus grande, avec 6 cm de plus en longueur et en largeur. La nouvelle signature lumineuse à LED avec des phares arrondis fait pleinement basculer la 500 dans le 21e siècle, au même titre que la nouvelle calandre pleine, illustration parfaite de l’automobile électrique.

Pour faire honneur à sa diva, le constructeur italien a choisi de lui apposer un nouveau logo exclusif “500”, alors que le nom Fiat apparaît en lettrines à l’arrière. A l’intérieur aussi, l’impression d’espace est plus évidente, l’absence de frein à main et de levier de vitesse laissant notamment plus de place à l’avant. En revanche, les places arrière sont réservées aux (très) petits gabarits, même sur la version 3+1, dont la carrosserie avec une “demie-porte arrière” antagoniste permet un accès facilité.

En parlant de carrosserie, la Fiat 500E hérite aussi d’une version décapotable (présentée comme “le premier cabriolet électrique 4 places du marché” !) et c’est cette dernière que j’ai eu la chance de conduire sur les routes de la vallée de Chevreuse.

Le volant à 2 branches permet de retrouver le look de la première 500 de 1957. La planche de bord est ovale et épurée, avec peu de boutons, alors que le combiné arrondi emblématique est toujours de la partie.

Sur cette édition de lancement La Prima, la sellerie Seaqual, conçue à partir de déchets marins recyclés, participe à l’atmosphère raffinée de l’habitacle, au même titre que les sièges en cuir, plutôt confortables.

Planche de bord de la Fiat 500E
Ecran de la Fiat 500E
Siège de la Fiat 500E
Pas de poignée, mais un bouton de porte
Pas de poignée de porte, mais un bouton pour la déverrouiller
Détail de la Fiat 500E - chargeur induction
La skyline de Turin sur le chargeur à induction

La dolce vita électrique

Maintenant que le décor est posé, il est temps de prendre la route. Pour contrer le son du silence des voitures électriques (et protéger les piétons qui ne les entendraient pas venir), les constructeurs sont désormais tenus de recréer un son. Le démarrage de cette Fiat 500E se fait donc sur la célèbre mélodie de Nino Rota pour Amarcord, le film de Federico Fellini. Mieux vaut rouler décapoté pour en profiter en tant que conducteur, mais au moins, les passants sont avertis !

La météo printanière étant de la partie, je n’ai aucune raison de ne pas ouvrir le toit pour quitter l’ambassade d’Italie. Dans un Paris confiné, le trajet qui emprunte l’esplanade des Invalides, les Champs Elysées puis le Trocadero prend des airs de défilés. L’habitacle est baigné de soleil et la voiture se faufile partout. Avec le mode “one pedal drive” (ou conduite à une pédale), inutile de toucher au frein, la voiture ralentit puis s’arrête toute seule : il faut prendre le coup de main (ou plutôt le coup de pied), mais en dosant cela correctement, la balade devient encore plus agréable… et économique !

Avec sa batterie lithium-ion de 42 kwH et une puissance affichée à 87 kW (équivalent 118 ch), la Fiat 500E La Prima offre une autonomie de 320 kilomètres en cycle combiné WLTP. Un chiffre facilement atteint (voire dépassé) en ayant la pédale douce, et qui peut même atteindre 460 km si vous conduisez exclusivement en ville. Face aux 132 et 260 km respectivement promis par la Smart EQ fortwo et la VW e-Up!, la petite Italienne s’en sort haut la main. Et si ça ne suffit pas, un mode de conduite “Sherpa” permet encore d’augmenter la distance, en coupant automatiquement la climatisation, le dégivrage et en bridant la vitesse à 80km/h…

La charge rapide 85kw permet de retrouver 50 kilomètres d’autonomie en 5 minutes et une pleine charge en 35 minutes seulement (contre 2h35 sur une prise “publique” ou 9h15 sur une prise domestique classique).

Précisons que la Fiat 500E d’entrée de gamme, elle, ne sera équipée que d’une petite batterie 23,8kwH de 70 kw (95ch), pour une autonomie annoncée à 190 km en cycle mixte.

Prise électrique de la Fiat 500E

En résumé, notre avis sur la nouvelle Fiat 500E

Au terme d’un parcours ensoleillé et bucolique dans l’Ouest parisien, comment ne pas être séduit par la nouvelle Fiat 500E électrique ? Le constructeur réussit à faire entrer sa citadine dans une nouvelle ère, à la transformer radicalement… sans jamais renier ses glorieuses aînées.

Pour ne rien gâcher, cette troisième génération est très bien équipée (enfin, surtout dans cette version de lancement La Prima), avec un écran central de 10 pouces, un combiné numérique de 7 pouces, la reconnaissance vocale, le chargeur par induction, la conduite autonome de niveau 2, l’aide au parking à 360°, la caméra de recul et l’easyWallbox pour bénéficier d’une recharge rapide. Cinq niveaux de finition seront proposés pour cette nouvelle 500 électrique, accessible à partir de 24 500 euros ou 199€/mois (hors bonus écologique de 7000€) et jusqu’à 34 900€ (toujours hors bonus) pour la Fiat 500E La Prima. Des prix plus élevés que ceux de la Twingo Electric et similaires à la Smart électrique… mais avec un atout de taille : le charme inégalable de la 500 !

Notre avis sur la Fiat 500E électrique

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !