Gastronomie, culture, mode : road-trip épicurien en DS 9 M.Y. 23

« L’art du voyage à la française. » Tel est le nouveau positionnement de la marque DS, qui veut transformer le simple trajet en voiture en authentique expérience. Pour donner du corps à ce propos, le constructeur nous a invités à participer à un road-trip dans la région lyonnaise au volant de la nouvelle DS 9 M.Y. 23.

Une exploration épicurienne qui nous a permis de partir à la rencontre d’artisans au savoir-faire d’exception tout en profitant du confort de la berline française. Gastronomie, culture, mode : laissez-vous embarquer pour un voyage haut de gamme avec la DS 9 E-Tense 4×4 360.

Aujourd'hui, plus qu'une marque ou des performances, les constructeurs automobiles cherchent à capitaliser sur l'expérience que véhicule le modèle. Parmi les maitres de cette nouvelle tendance, Land ...Lire la suite

Essai DS 9 E-Tense 4x4 360 2023

Quand DS réinvente le voyage en voiture

Dire de l’automobile qu’elle n’a pas bonne presse en ce moment est un doux euphémisme. Loin du « diesel ultra-polluant qui fait tousser et qui coûte cher », même « la voiture électrique zéro émission (presque) bonne pour la planète » ne fait pas l’unanimité. Autant dire que rendre les déplacements en voiture glamour est un sacré pari ! Pourtant, c’est bien à cela que se risque DS aujourd’hui.

Le constructeur français premium, qui a longtemps mis en avant l’excellence des métiers d’art, se tourne désormais vers « l’art du voyage ». Et mise pour cela sur des maîtres mots tels que l’élégance, la culture et le raffinement, afin de proposer une « nouvelle expérience ».

Il y a quelques semaines déjà, cela s’est traduit par la sortie d’un film intitulé The Art of Travel sur Amazon Prime Video. Pendant un peu plus de 45 minutes, le téléspectateur peut suivre les pas du journaliste Seamus Kearney (néo-zélandais irlandais francophone !), qui tente de comprendre l’actuelle « transformation de l’Industrie du voyage ». Des montgolfières de la vallée de la Loire à la renaissance annoncée de l’Orient Express, en passant par la piscine Molitor de Paris et le domaine de Murtoli en Corse, le tout au volant d’une DS 7 (évidemment !), ces sites donnent un aperçu de ce à quoi peut ressembler ce fameux « art du voyage à la française ».

DS inaugure sa collection Esprit de Voyage avec la DS 9

Alors que le millésime 2023 de la DS 9 se dévoile, nous avons donc eu la possibilité de nous prendre pour Seamus Kearney. Au programme : un parcours d’environ 300 kilomètres à la découverte des vignobles du mâconnais, de la gastronomie française et du savoir-faire de la soierie lyonnaise…

Autoroutes, routes de campagne et de moyenne montagne et quelques minutes dans les bouchons lyonnais (pas ceux qui remplissent l’estomac) nous ont permis d’apprécier la polyvalence de la berline française (fabriquée en Chine). S’inspirant de la haute couture, DS inaugure cette année une nouvelle « collection » baptisée Esprit de Voyage. Pour son nouvel habit de lumière, la DS 9 M.Y. 23 revêt un intérieur clair exclusif Gris Perle en cuir nappa. Du cuir embossé à chaud, qui permet de donner un relief particulier, pour un rendu aussi agréable à toucher qu’à regarder.

Toujours aussi pointilleux, DS a glissé quelques détails précieux à l’image du Clou de Paris, qui signe l’emplacement du studio design de Velizy, d’où s’étirent des rayons pour tracer une carte de l’Europe. Inspiré par le guillochage très en vogue dans le monde de l’horlogerie, ce motif se retrouve sous la console centrale, mais aussi sur les seuils de porte ainsi que sur les coques de rétroviseurs, gravé au laser.

Parmi les autres nouveautés de la DS 9 M.Y. 23, on peut encore citer l’introduction du nouveau système d’info-divertissement DS Iris System. La nouvelle interface affichée sur l’écran tactile 12 » haute résolution se dote de différents widgets et s’utilise de la même manière qu’un smartphone. L’ensemble fonctionne plutôt bien et permet d’accéder facilement aux différents menus ou encore d’utiliser la nouvelle caméra 360° et d’accéder aux fonctions Mirror Screen, Apple CarPlay et Android Auto sans fil.

Le système de navigation, connecté, a lui aussi été amélioré, étant capable de suivre l’état du trafic en temps réel et d’adapter le trajet en fonction des conditions de circulation. Justement, il est grand temps de quitter Lyon pour débuter notre road-trip épicurien du jour…

interieur ds 9 my23 esprit de voyage

Convoi présidentiel dans les vignes mâconnaises

Direction le nord de la Capitale des Gaules pour commencer ce périple. Plus précisément la région de Mâcon et les vignobles de Pouilly-Fuissé. Reconnue depuis 1936, l’appellation donne chaque année naissance à des vins blancs savoureux, aromatiques et surtout très différents selon la parcelle sur laquelle les vignes ont été cultivées.

A Fuissé, une grande fresque plante le décor : 400 habitants, 100 vignerons, 2000 heures d’ensoleillement annuel, 5000 hectolitres de production annuelle moyenne, 180 hectares de vignes nobles, mais un seul cépage, le chardonnay.

Mais pas question de se fier simplement à cette peinture murale. Rendez-vous est pris à la maison Auvigue. Le chai est installé au cœur d’une ancienne église romane du XIIe siècle, désacralisée depuis plusieurs décennies (car trop petite) et entièrement rénovée. 18 cuves en inox et d’innombrables barriques offrent un premier aperçu de la production locale.

Mais avant de déguster, nous reprenons le volant de la DS 9 pour arpenter les vignes environnantes. La dizaine de voitures qui se suivent à la queue leu leu donnent des allures de convoi présidentiel à ce cortège.

Road trip en DS 9 dans les vignobles de Bourgogne

La première halte s’effectue au pied de la Roche de Solutré, dont on apprend qu’il s’agissait autrefois (il y a juste 200 millions d’années) d’une barrière de corail, la Bourgogne étant alors recouverte par la mer Téthys… A défaut d’eau salée, ce sont désormais des hectares de vignes qui s’étendent là, plantées sur des terres rouges. Cette couleur serait due à la présence d’énormes poches d’eau, qui ont « fabriqué » de l’oxyde de fer au fil du temps et c’est à ce phénomène que l’on doit le goût particulier du Pouilly-Fuissé, par ailleurs très minéral et fruité. En tout cas en ce qui concerne le premier cru La Frérie.

Car la seconde parcelle que nous découvrons s’étend sur un tout autre type de sol, entre argile jaune et silex, avec une exposition Sud. Aux Chailloux, le vin qu’elle produit, est ainsi plus fumé, plus gastronomique. Reconnaissable à son étiquette noire, la bouteille se conservera 10 à 15 ans sans problème. Voire plus. Et c’est clairement le coup de coeur de cette dégustation. Mais pour l’heure, nous reposons le crachoir pour reprendre notre road-trip en DS 9.

La Colline du Colombier, le nouvel héritage Troisgros

Lorsque le GPS nous indique la direction de Roanne à l’heure du déjeuner, la simple évocation de la ville ligérienne nous fait penser à un chef bien connu : Michel Troisgros et ses trois étoiles. Mais c’est dans une autre adresse de la famille qu’est prévue la pause méridienne, La Colline du Colombier, à Iguerande, en Saône-et-Loire.

Inauguré en 2008 dans d’anciens bâtiments agricoles, l’établissement profite d’un cadre bucolique de toute beauté, avec un superbe panorama sur le Brionnais. Depuis 2019, c’est Léo Troisgros (fils de Michel) qui officie en cuisine, bien accompagné par sa fiancée Lisa. Et si le clan Troisgros a récemment mis en vente ce joli domaine, nous avons pu voir que la nouvelle génération n’a pas grand-chose à envier à la précédente.

Après une soupe (froide) de fenouil et d’amandes, c’est un melba de bar qui a su séduire nos papilles ; du poisson très finement tranché, notamment accompagné de basilic. Si c’est ça, « l’art du voyage à la française », on comprend que les touristes soient conquis. D’autant que la panna cotta revisitée en dessert, avec du fromage de chèvre et de la rhubarbe, vient ponctuer ce déjeuner champêtre de la plus belle des façons.

Notre DS 9 E-Tense 4×4 360 nous attend sagement et à l’heure de la sieste, ses sièges avant ventilés et massants sont un pur bonheur. Si l’on ajoute à cela un châssis à la fois dynamique et équilibré et la suspension pilotée par caméra (DS Active Scan) qui a déjà fait ses preuves, le trajet sur les routes sinueuses et bosselées s’avale tout aussi délicieusement qu’un repas à la Colline du Colombier.

Essai DS 9 2023

Le Velours de Lyon, un savoir-faire unique en Europe

Si la gastronomie est un élément important de la cuture française, que dire de la mode ? Et si on lui associe souvent Paris pour renforcer son côté glamour, l’industrie textile française rayonne aussi à l’international grâce à une manufacture située dans un petit village de 1200 habitants, Saint Just-en-Chevalet.

Située au beau milieu des monts du Forez, cette petite bourgade abrite la Manufacture de Velours et Peluches de la maison Velours de Lyon / Bouton-Renaud. Ce nom ne vous dit probablement rien. Pourtant, bon nombre des quelque 100 000 mètres de tissus confectionnés ici chaque année se retrouvent sur les podiums des défilés de mode, dans les défilés Prada, Armani… Même Beyonce a eu droit à une robe fabriquée avec du tissu de cette manufacture historique.

Tradition lyonnaise par excellence, la soierie est un art à part entière. On s’en rend d’autant plus compte lorsque l’on voit les petites mains qui s’agitent autour des machines pour nouer et dénouer les fils de soie, remettre en place les navettes et peindre le tissu à la main. D’ailleurs, comme nous l’explique Gilles Renaud, directeur commercial de Velours de Lyon, sachez que le velours n’est pas un tissu, mais une technique. Voilà, vous pourrez briller en société désormais ou lors de votre prochain dîner mondain.

Cocon et Bulle pour terminer ce road trip en beauté

A ce propos, le soleil se couche sur les monts du Forez ; il est même très vite éclipsé par de noirs nuages qui déversent une impressionnante quantité d’eau, au moment même où nous reprenons place à bord de la DS 9. Et puisque l’heure de passer à table approche, quoi de plus logique que de revenir (presque) à notre point de départ, la capitale de la gastronomie, Lyon ?

Même sous les trombes d’eau, la berline ne bronche pas. Qu’il s’agisse de sa tenue de route ou de son acoustique, bien aidée en cela par son vitrage feuilleté. Et comme le système audio Focal Electra est particulièrement efficace, on se sent à bord de la voiture comme dans un cocon. Ou un salon, lorsque l’on prend place à l’arrière, et que l’on profite du confort des sièges en même temps qu’un espace aux jambes des plus généreux (rendu possible par les 2,90m d’empattement).

En fin de journée, certains bouchons lyonnais sont plus appréciables que d’autres. Et plutôt que d’être pris dans ceux qui bloquent le tunnel de Fourvière, nous gagnons le sommet de la colline pour profiter d’un dîner dans l’une des tables les plus en vue de la ville : Bulle.

Il s’agit là du troisième établissement du chef étoilé et meilleur ouvrier de France Guy Lassausaie. Ce restaurant bistro-gastronomique, situé dans un bâtiment classé aux Monuments Historiques, sur le site même de la Basilique Notre-Dame de Fourvière, offre une vue imprenable sur tout Lyon. Un délice pour les pupilles avant de combler les papilles. Un chutney de tomate ananas et homard, une quenelle croustillante revue et corrigée et un carré d’agneau du Limousin rôti sur l’os. Subtil, savoureux, parfaitement équilibré. Que dire de plus ? Et à défaut de cerise sur le gâteau, un citron dans l’assiette pour le dessert. Ou plutôt un superbe trompe l’oeil constitué d’un sablé breton citron et d’une mousse au chocolat blanc légère avec citron confit.

Le road-trip épicurien proposé par DS touche à sa fin. Entre des rencontres passionnantes avec des artisans passionnés et des repas qui témoignent de l’excellence gastronomique française, cette journée nous aura donné un bel aperçu de « l’art du voyage à la française ». Un intitulé peut-être présomptueux, mais qui témoigne d’un certain degré d’exigence. Comme celui qui semble avoir guidé les équipes DS pour cette nouvelle DS 9.

Un point sur le moteur : La gamme DS 9 est disponible avec deux motorisations hybrides rechargeables : E-TENSE 250 et notre version d’essai E-TENSE 4×4 360. Celle-ci offre un vrai dynamisme (0-100 km/h en 5,6 secondes, V-max à 250 km/h) et une consommation constatée au terme de notre parcours de l’ordre de 7l/100km.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Si le SUV est aujourd’hui incontournable, cette grande routière fait partie de ces voitures qui donnent envie de rouler et de découvrir des paysages. Proposé au prix de 77 150 euros en motorisation E-TENSE 250 et de 87 000 euros en E-TENSE 4×4 360, ce millésime 2023 de la collection Esprit de Voyage porte bien son nom. Et tend à prouver que les constructeurs français peuvent avoir leur mot à dire sur le segment premium.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *