Alain Daldem
Il y a 2 mois

Episode #1 : les chevaliers du zodiaque (Netflix)

Netflix propose une nouvelle version des Chevaliers du Zodiaque, l’œuvre culte de Masami Kurumada.

Avec la rubrique « Episode #1 », nous vous proposons de découvrir une série après avoir visionné son 1er épisode uniquement. Des spoilers sont possibles, mais les suppositions iront aussi bon train !

Pour les natifs des années 80, il y a deux adaptations majeures de manga en animé : Goldorak qui a grandement ouvert la voie à la japanimation en France, et les Chevaliers du Zodiaque. Cette bande de héros combattant le mal sur fond mythologie grecque, avec armures magiques, pouvoirs, et sens de l’amitié et du sacrifice en a scotché plus d’un devant le petit écran les mercredis après-midi. En décidant de relancer la saga, Netflix prend donc un sacré pari !

Une animation de Playstation

Le service de streaming a fait le choix d’une animation typée 3D. Un choix un peu surprenant puisque avec Ultraman ou encore Revisions, le diffuseur avait utilisé une animation 2D assistée par ordinateur plutôt convaincante (rappelant vaguement le style de Jet Set Radio). La bande-annonce avait du coup un peu déçu au niveau graphique, et finalement en version finale… ce n’est pas mieux, loin de là ! On a l’impression d’une cinématique de Playsation, et pas de dernière génération ! On ressent dès les premières images les limites de cette technique avec un manque flagrant d’expressions faciales. On a l’impression d’être face à des jouets parlant, mais ce n’est pas le niveau de Toy Story !

L’autre point important quand on a mangé du Saint Seiya toute sa jeunesse, c’est de savoir si l’histoire va être respectée. Et là, on se retrouve un peu perdu. Il s’agit certes d’une nouvelle version mais le début navigue entre l’histoire d’origine et X-Files. Seiya semble être un gamin paumé sur qui le pouvoir tombe sans prévenir. D’ailleurs, tous les personnages arrivent sans crier gare : Saori, son grand-père, son ex-associé Vander Guraad (!), Tokumaru Tatsumi (le garde du corps de Saori)… A vouloir aller vite, on ne prend pas le temps de présenter les personnalités et on se retrouve avec une histoire brouillonne. 

Une écriture inadaptée

Si la réalisation semble bien confiée à l’équipe de Toei Animation, l’écriture est développée par Shannon Eric Denton. Loin d’être un débutant, cet auteur participe à des scénarios de dessin anime depuis de longues années : la ligue des justiciers, X-Men, Musclor (version 2002), Jimmy Neutron, Tortues Ninja…bref, un expert ! Seul problème, le rythme des séries US semble mal s’accorder avec ce que l’on attend des histoires japonaises.

Les reboots de Voltron ou même She-ra ont été plutôt de bonnes surprises, mais la sauce risque d’avoir du mal à prendre ici. On attend autre chose de Saint Seiya. Il faut certes éviter de faire un simple copier/coller de la série d’origine sous peine de sombrer dans la nostalgie, mais la série mérite mieux que ça. Son public reste tout de même adulte ou adolescent, exigeant, et demande un peu plus de profondeur aux personnages.

Copie à revoir

La saison 1 comprend 6 épisodes (une notion très relative avec Netflix, pouvant proposer plusieurs saisons par an selon ses séries animées). Alors oui, on va tout de même regarder l’intégralité parce que… ça reste Saint Seiya. Mais avec de la méfiance et la quasi certitude que la suite de cette saison ne va pas convaincre. On espère déjà que le diffuseur va se reprendre pour améliorer les saisons suivantes, quitte à tout ré-écrire. Les Chevaliers du Zodiaque sont cultes, ils le méritent !

Acheter le coffret DVD !

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error
Alain Daldem

Média, automobile, et gastronomie : trois domaines différents mais qui font mon quotidien. Je reste à l'affût des actualités de ces secteurs. Au plaisir de les partager prochainement avec vous sur masculin.com !