Ludovic Bonnet
Il y a 8 mois

Oscars 2020 : pourquoi 1917 n’est pas le meilleur film (et c’est normal)

Favori des Oscars 2020, 1917, le film de Sam Mendes a été devancé par le Parasite de Bong Joon-ho dans la course à la statuette suprême. Une récompense méritée pour le long-métrage coréen, déjà auréolé d’une Palme d’Or à Cannes.


1917, c’est quoi ?

Le pitch du film de Sam Mendes

Si vous avez vécu dans une grotte ces dernières semaines, vous vous demandez pourquoi l’un des favoris à l’Oscar du meilleur film 2020 ne comportait que 4 chiffres dans son titre.

Bien évidemment, ce 1917 renvoie à la Première Guerre mondiale. C’est dans les tranchée du Nord de la France que Sam Mendes a choisi de poser ses caméras pour filmer le périple de deux soldats britanniques. Ces hommes ont reçu une mission de la plus haute importance : livrer un message qui pourrait sauver la vie de centaines de soldats… dont le frère de l’un d’eux.

Présenté ainsi, le pitch de 1917 ne brille pas par son originalité. Et dans les faits, on se retrouve avec un mix entre Les Sentiers de la Gloire de Kubrick et le soldat Ryan de Steven Spielberg (oui, je caricature un peu… mais à peine). Mais ce n’est pas par son scénario que 1917 se distingue.

1917, expérience cinématographique plutôt que film épique ?

Si 1917 et son réalisateur Sam Mendes ont beaucoup fait parler d’eux dans la course aux Oscars 2020, c’est donc pour une autre raison. Et notamment une performance technique, puisque le long-métrage semble avoir été réalisé en un seul plan-séquence. Un exercice de style brillant, qui permet aux spectateurs d’être plongé au plus près des protagonistes, dans l’enfer des tranchées.

Si, contrairement à ce que certains redoutaient, les 119 minutes ne souffrent pas trop de lenteurs, “l’immersion” promise par Sam Mendes a quelque chose de décevant. La réalisation paraît presque trop parfaite : la Première Guerre mondiale était une guerre “sale”, boueuse, sanglante, atroce… Et paradoxalement, à l’écran, on semble éloigné de ces horreurs : l’image est belle, trop pour être honnête !

Diffusé en 4DX dans les salles équipées, 1917 aurait pu prendre une dimension supplémentaire avec cette technologie spectaculaire. Malheureusement, celle-ci n’est utilisée que ponctuellement (mais avec un très bel effet lors des explosions) et ne permet pas de plonger davantage dans l’action.

Non, 1917 n’est pas un mauvais film !

Alors, oui, je me montre particulièrement critique à l’égard de 1917. Mais, je ne peux absolument pas dire que je n’ai pas aimé le film ou que celui-ci est mauvais. Au risque de me répéter, la réalisation reste bluffante, puisque Sam Mendes parvient à nous faire croire qu’il a réalisé le film d’une traite.

Au final, le scénario sans surprise et les quelques incohérences (comment une lettre arrive-t-elle sèche après un si long parcours dans l’eau ?) gâchent un peu le plaisir. Mais cela ne fait pas oublier “l’expérience cinématographique” proposée par le réalisateur. A défaut d’être le meilleur film de l’année, 1917 brille par sa qualité technique et les 3 Oscars reçus (quand même !) pour la meilleure photo, le meilleur mixage son et les meilleurs effets spéciaux sont amplement mérités.

Et Parasite, c’est vraiment le meilleur ?

Le cinéma sud-coréen n’a pas fini de vous surprendre

Avouons-le : les films sud-coréens ne sont pas les plus appréciés du grand public français. Du moins, ce ne sont pas les plus connus. Et puisque les clichés ont la vie dure, bon nombre d’entre vous y associent immédiatement “films d’arts martiaux” ou “polars violents”. Pourtant, de Old Boy à Dernier Train pour Busan en passant par A Bittersweet Life ou Mother, les cinéastes sud-coréens ont déjà prouvé qu’ils étaient à l’aise dans tous les domaines.

Bong Joon-ho, le meilleur réalisateur de sa génération ?

Parasite, lui, a été réalisé par Bong Joon-ho. Tout sauf un débutant, puisque c’est aussi à lui que l’on doit Memories of Murder, The Host, Snowpiercer – le Transperceneige… sans oublier Okja, l’excellente fable végane (oui, c’est possible !) à voir de toute urgence sur Netflix.

Avec Parasite, le réalisateur change de registre mais propose encore une oeuvre douce amère, dénonçant les travers de la société sud-coréenne.

Parasite, ça raconte quoi ?

Ici, on suit les aventures du jeune Ki-woo et de toute sa famille. Son père, sa mère, sa soeur et lui-même sont au chômage. Mais un jour, celui-ci réussit à s’introduire dans une riche famille en tant que prof pour des cours particuliers d’anglais. Tentant d’en faire profiter toute sa famille, on assiste alors au début d’un engrenage incontrôlable et incontrôlé… jusqu’au bouquet final qui risque d’en surprendre plus d’un !

Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2019, il a immédiatement conquis le jury, décrochant la Palme d’Or à l’unanimité. Premier film coréen à décrocher le Graal cannois, Parasite a tout raflé sur son passage depuis (meilleur film en langue étrangère aux Bafta et aux Golden Globes 2020). Même le public français a été séduit, avec plus de 1,7 million d’entrées au box office.

Oscars 2020 : Parasite… et les autres

Pour la cérémonie des Oscars, Parasite devait faire face à des poids lourds comme 1917 bien sûr, mais aussi The Irishman, Joker, Once Upon a Time in Hollywood ou encore Le Mans 66. Et donc des noms aussi prestigieux que Martin Scorsese, Quentin Tarantino, Brad Pitt, Robert de Niro et consorts…

Au final, l’oeuvre sud-coréenne repart avec 4 statuettes sur 6 nominations : meilleur scénario original, meilleur film étranger et surtout meilleur film et meilleur réalisateur pour Bong Joon-ho.

Deux Oscars pour Once Upon a Time et Le Mans 66

Face à la razzia de Parasite, les autres longs-métrages en lice ont donc dû se contenter des miettes (des jolies miettes, quand même). Outre les 3 Oscars reçus par 1917 évoqués plus haut, deux films ont réussi à récolter deux statuettes : Once Upon a Time… in Hollywood de Quentin Tarantino (meilleur acteur dans un second rôle pour Brad Pitt et meilleurs décors) et Le Mans 66 de James Mangold (meilleur son et meilleur montage son).

Une nouvelle fois, The Irishman, la production Netflix réunissant Martin Scorsese, Robert De Niro et Al Pacino, repart bredouille.

Renée Zellweger et Joaquin Phoenix sont les meilleurs

Parmi les autres récompenses décernées à Los Angeles, impossible de ne pas mentionner Renée Zellweger, honorée pour son rôle de Judy Garland dans le biopic (presque) éponyme. Laura Dern, pour sa part, a reçu l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa participation à Marriage Story, un drame sentimental porté par Scarlett Johanssonn et Adam Driver (le Kylo Renn de Star Wars) à voir lui aussi sur Netflix.

Chez les hommes, et sans surprise, c’est Joaquin Phoenix qui est venu sur scène pour récolter les fruits de son incroyable prestation dans Joker. Quant au meilleur acteur dans un second rôle, c’est Brad Pitt qui a été distingué, pour son rôle de doublure dans Once Upon a Time… in Hollywood.

Le palmarès complet des Oscars 2020

Les vainqueurs de chaque catégorie sont en gras.

Meilleur film

Le Mans 66
The Irishman
Jojo Rabbit
Joker
Les Filles du Dr March
Marriage Story
1917
Once Upon A Time… In Hollywood
Parasite

Meilleur réalisateur

The Irishman (Martin Scorcese)
Joker (Todd Phillips)
1917 (Sam Mendes)
Once Upon A Time… in Hollywood (Quentin Tarantino)
Parasite (Bong Joon ho)

Meilleure actrice

Renée Zellweger (Judy)
Cynthia Erivo (Harriet)
Scarlett Johansson (Marriage Story)
Saoirse Ronan (Les Filles du Dr March)
Charlize Theron (Scandale)

Meilleur acteur

Antonio Banderas (Pain & Glory)
Joaquin Phoenix (Joker)
Leonardo DiCaprio (Once Upon A Time… in Hollywood)
Adam Driver (Marriage Story)
Jonathan Pryce (Les Deux Papes)

Meilleur actrice dans un second rôle

Kathy Bates (Le cas Richard Jewell)
Laura Dern (Marriage Story)
Scarlett Johansson (Jojo Rabbit)
Florence Pugh (Les Filles du Dr March)
Margot Robbie (Scandale)

Meilleur acteur dans un second rôle

Tom Hanks (Un ami extraordinaire)
Anthony Hopkins (Les deux papes)
Al Pacino (The Irishman)
Joe Pesci (The Irishman)
Brad Pitt (Once Upon A Time… in Hollywood)

Meilleure musique de film

Joker
Les Filles du Dr March
Marriage Story
1917
Star Wars 9

Meilleure chanson originale

I Can’t Let You Throw Yourself Away (Toy Story 4) de Randy Newman
(I’m Gonna) Love Me Again (Rocketman) de Elton John & Bernie Taupin
I’m Standing With You (Breakthrough) de Diane Warren
Into the Unknown (Frozen 2) de Robert Lopez & Kristen Anderson-Lopez
Stand Up (Harriet) de Joshuah Brian Campbell & Cynthia Erivo

Meilleur film étranger

Corpus Christi (Pologne)
Honeyland (Macédoine)
Les Misérables (France)
Pain & Glory (Espagne)
Parasite (Corée du Sud)

Meilleur scénario original

1917
Knives Out
Marriage Story
Once Upon a Time… in Hollywood
Parasite

Meilleure adaptation

The Irishman
Jojo Rabbit
Joker
Les Filles du Dr March
Les Deux Papes

Meilleur documentaire

American Factory
The Cave
The Edge of Democracy
For Sama
Honeyland

Meilleur court-métrage

Brotherhood
Nefta Football Club
The Neighbors’ Window
Saria
A Sister

Meilleur court métrage documentaire

In the Absence
Learning to Skateboard in a Warzone (If You’re a Girl)
Life Overtakes Me
St. Louis Superman
Walk Run Cha-Cha

Meilleur film d’animation

Dragons : Le Monde caché
J’ai Perdu Mon Corps
Klaus
Missing Link
Toy Story 4

Meilleur court métrage d’animation

Dcera (Daughter)
Hair Love
Kitbull
Memorable
Sister

Meilleurs décors

1917
The Irishman
Jojo Rabbit
Once Upon a Time… in Hollywood
Parasite

Meilleure photographie

1917 (Roger Deakins)
The Irishman (Rodrigo Prieto)
Joker (Lawrence Sher)
The Lighthouse (Jarin Blaschke)
Once Upon a Time… in Hollywood (Robert Richardson)

Meilleurs costumes

The Irishman
Jojo Rabit
Joker
Les Filles du Dr March
Once Upon A Time… in Hollywood

Meilleur montage son

Le Mans 66
Joker
1917
Once Upon A Time… in Hollywood
Star Wars 9

Meilleur mixage son

Ad Astra
Le Mans 66
Joker
1917
Once Upon a Time… in Hollywood

Meilleurs effets spéciaux

Avengers: Endgame
The Irishman
The Lion King
1917
Star Wars 9

Meilleur maquillage et coiffure

Scandale
Joker
Judy
Maléfique 2
1917

Meilleur montage

Le Mans 66
The Irishman
Jojo Rabbit
Joker
Parasite

 

 

 

Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !