Vous n’avez pas à vous priver lors du repas de Noël : les 5 bonnes raisons

©Nicole Michalou - Pexels

Lors des festivités de Noël, il est courant de se retrouver face à une abondance de mets délicats et de traditions culinaires. Dans ce contexte, la question des calories se pose souvent. Or, Noël une célébration ancrée dans la convivialité et le partage, perdrait de son essence si on s’interdisait de savourer ces instants gourmands.

La modération apparaît comme un compromis judicieux, permettant de profiter des plaisirs de la table sans excès. Cela favorise un équilibre émotionnel et psychologique, essentiel en ces périodes de réjouissances. De plus, se priver peut engendrer frustration et sentiment de manque, altérant ainsi l’esprit festif. En somme, Noël est une période où le partage et la joie prévalent, et où se permettre quelques écarts culinaires, dans les limites de la raison, fait intégralement partie de l’expérience.

Pour des raisons hormonales, ou suite à des excès alimentaires, certains hommes peuvent développer des seins, les fameux menboobs. Il s'agit d'une affection qui peut être embarrassante et provoquer u...Lire la suite

Combien d’entre nous ont déjà eu des remords en imaginant tout ce qui a été englouti durant les repas de Noël et du Nouvel An ? Voici cinq vérités qui soulageront votre conscience cette année.

1. Les escargots sont diététiques

À l’apéritif ou en entrée, les escargots sont privilégiés par les gastronomes amoureux des emblèmes bourguignons. Ils seront sans doute ravis d’apprendre qu’en se faisant plaisir ils font aussi du bien à leur santé. L’escargot est peu calorique, soit environ 70 kcal pour 100g. C’est le beurre à l’ail qui l’est ! Même les cuisses de grenouilles sont chargées d’un nombre de calories plus important. Le gastéropode contient très peu de glucides et est une riche source de protéines (75%).

2. Le saumon fumé est riche en oméga 3

Le mets raffiné est souvent dénoncé comme un produit gras. Oui, mais il s’agit du « bon » gras. Le saumon fumé est pourvu en matières grasses, sources d’oméga 3. Ceux-ci préviennent les maladies cardio-vasculaires et favorisent le développement et le fonctionnement de la rétine, du cerveau et du système nerveux. Le poisson est aussi riche en vitamines et minéraux. Une tranche de saumon fumé de 40g couvre par exemple 12% des besoins journaliers en vitamines D, 30% en vitamine B3 et 40% en vitamine B12. À vous de limiter le beurre ou la crème fraîche qui l’accompagne.

3. Châtaignes et marrons vous donnent de l’énergie

Ces deux produits fétiches des fêtes de fin d’année sont riches en amidon. Ils ont aussi la particularité de libérer leurs glucides progressivement et donc de vous tenir en forme jusqu’au bout du repas de Noël, et même jusqu’à tard. Sur le plan nutritionnel, les fruits empêchent une élévation trop rapide de la glycémie. Enfin, en engloutissant des châtaignes et des marrons, votre estomac sera vite rassasié et vous évitera de trop pousser la gourmandise.

4. Les huîtres seraient aphrodisiaques

Les huîtres se distinguent par leur haute teneur en zinc, qui favorise la production de testostérone. Voilà pourquoi la légende a toujours voulu que les mollusques soient aphrodisiaques. Si rien n’est prouvé scientifiquement, les gastronomes peuvent se rassurer en se souvenant que les huîtres sont peu caloriques, soit 80 kcal pour 8 pièces.

Huîtres

5. Le pain de seigle rassasie plus vite que le pain au blé

Il est incontournable avec les huîtres, tout comme le beurre salé qu’on tartine et le vin blanc sec qui l’accompagne. En plus de rassasier, le seigle est une céréale saine. Recommandée aux diabétiques notamment, elle est riche en calcium, en potassium et en sodium.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Une seule chose à ajouter : ne culpalisez surtout pas de profiter de ce repas en famille !