Faut-il rejoindre le réseau social Vero ?

Mais qui est cette Vero qui fait tant trembler Facebook et Twitter ?

--- Le ---

Les réseaux sociaux, quand il n'y en a plus, il y en a encore ! En cette fin d'hiver 2018, c'est Vero qui fait parler de lui. Mais pour quelles raisons ?

Faut-il rejoindre le réseau social Vero ?
DR ©
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

Vero, c'est peut-être le nom de l'une de vos amies. Mais c'est surtout le réseau social qui fait beaucoup parler de lui depuis février 2018. Il se dit plus libre et plus respectueux des utilisateurs que ses concurrents mais faut-il vraiment le rejoindre ?

L'ascension folle de Vero

S'il existe depuis 2015, le réseau social Vero ne fait vraiment parler de lui que depuis quelques semaines. Il fonctionne sous iOS et Android et et a connu un engouement exceptionnel en ce début d'année 2018.

Cet attrait est dû à quelques influenceurs américains qui ont fait la promotion de Vero et permis un buzz planétaire sur le web. Cette grande campagne de "pub" bien orchestrée a été complétée par la promesse d'un abonnement gratuit à vie pour le premier million d'utilisateurs. Résultat : les serveurs ont été saturés et cette gratuité sera renouvelée – ce qui implique que l'inscription pourrait être payante "en temps normal".

Un "vrai" réseau social

Vero, ça veut dire "vrai" en italien. Ce réseau social se démarque en promettant d'offrir plus de libertés à ceux qui veulent créer du contenu. Il est très simple à prendre en main, plutôt sobre (voire trop) et, comme Facebook, il permet de partager des photos, vidéos, liens, musique, films, séries, livres, lieux favoris ou autre discussion avec la communauté.

Comme Twitter, il permet la mise en avant de hashtags populaires ou de suivre des personnalités (peu nombreuses pour l'instant). Et puis Vero, c'est aussi une messagerie instantanée comme Messenger. Bref, c'est un peu un condensé de ce qui existe déjà depuis quelques années

En quoi Vero est-il différent des autres réseaux ?

Contrairement aux autres réseaux sociaux, Vero s'engage à ne pas utiliser les données personnelles. Néanmoins, Vero collecte nom, prénom, numéro de téléphone, adresse mail et géolocalisation.

Si l'on en croit le réseau, ces informations sont seulement recueillies pour améliorer le service, personnaliser les contenus et informations visibles et utiliser les contenus de manière illimitée et infinie ! Or, Vero s'engage à ne pas utiliser d'algorithme de tri mais seulement un affichage chronologique. Ce n'est pas très cohérent.

D'autre part, Vero ne recourt pas à la publicité (les fameux posts sponsorisés) et l'utilisateur peut choisir en un clic ses paramètres de confidentialité pour chaque publication.

Pour l'instant, ce vrai-faux nouveau-venu est pratique à utiliser. Mais il s'avère aussi assez austère et le respect des données semble laisser à désirer. Alors, Vero sera-t-il un nouveau Peach, Ello, Mastodon... ou s'il survivra au-delà du buzz ?


Vero, le réseau social qui fait le buzz en 2018

A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS