Les alicaments : mythe ou réalité ?

Quels sont ces produits qui font du bien ?

Les années 2000 ont vu la naissance d’un nouveau concept, « les alicaments », savant néologisme entre « aliment » et « médicament ». Après un véritable engouement des consommateurs, hommes ou femmes d’ailleurs, pour ces produits « qui font du bien », l’industrie alimentaire a dû faire amende honorable et revoir à la baisse les bienfaits de ces aliments miracles. Où en sommes-nous aujourd’hui ?


Un concept, pas toujours une réalité
Les alicaments sont nés alors que l’industrie alimentaire affrontait une vraie crise : comment faire face à la concurrence des produits de marque distributeur ? Les grands industriels de l’agro-alimentaire ont dû se démarquer et ont décidé de « faire du bien » au consommateur.

L’Oréal s’est associé à Coca-Cola et Nestlé pour lancer une boisson aux bénéfices cosmétiques ; Danone promet la même chose avec le yaourt Essensis ; sans parler de l’Actimel qui reste le leader incontesté de l’alicament. Une bouteille qui ressemble à un médicament, une dose individuelle, peu de couleurs, la sobriété du packaging avait à l’époque marqué les esprits. Actimel est même partenaire de l’Institut Pasteur…

En avril 2010, Danone annonce qu’il renonce à faire valider ses alicaments Activia (ex-Bio) et Actimel auprès de l’autorité européenne des aliments (EFSA). Malgré plusieurs années de recherche qui ont coûté plus de 12 millions d’euros, la firme de Franck Riboud abandonne la partie des alicaments, en attendant une réglementation européenne plus claire.

Nestlé, autre géant de l’agroalimentaire, a lui aussi décidé quelques mois plus tard, en juillet 2010, de cesser de prêter à la boisson pour enfants Boost Kids Essentials des bénéfices pour la santé. La FTC (Federal Trade Commission) n’a pas approuvé les publicités vantant les mérites de la boisson : grâce à elle, plus de jours d’école manqués à cause d’un rhume… Le slogan « good food, good life » a vécu.

Si les autorités médicales sont sceptiques quant aux bénéfices supposés de tous ces alicaments, elles restent convaincues de l’importance d’une bonne alimentation pour la santé. D’ailleurs, de plus en plus de médecins ne se contentent plus d’interdire certaines pratiques alimentaires, ils recommandent la consommation de fruits et légumes spécifiques aux effets bénéfiques pour certaines pathologies.

Même si on sait que les hommes ne sont pas toujours regardant sur leur alimentation, pour avoir un teint de pêche et de beaux biceps, il n’y a pas de secret : il faut manger sainement et modérément en attendant de voir scientifiquement reconnues les vertus des alicaments…

Partager