WR
Il y a 8 ans

La téléprésence ou présence virtuelle

Quand la science-fiction rejoint la réalité

La présence holographique, aussi appelée téléprésence ou présence virtuelle, ne relève plus de la science-fiction, elle est même l’avenir de l’homme. Déjà en 2008, Microsoft brevetait le « Virtual Office Device », qui permet d’assister à une conférence en présence d’hologrammes. Quels sont les réels enjeux d’un tel procédé à la fois ludique et pratique ?


La visioconférence en 3D, la réunion de demain
Jusqu’alors – et c’était déjà un formidable progrès – on avait droit à des espaces de travail virtuels via les « serious games » et des univers virtuels (type Second Life), qui faisaient passer les traditionnelles et ennuyeuses réunions au rang d’antiquité.

Maintenant, ce sont les visioconférences à la Star Trek qui relèguent les espaces collaboratifs virtuels à la Préhistoire… Oui, il est désormais possible d’effectuer des visioconférences en 3D avec une ou plusieurs personnes à distance. Prototypes de véhicules, résultats financiers, dessins d’architecte… les possibilités de démonstration d’un tel procédé sont très nombreuses et les économies de temps et d’argent sont réelles, elles.
Un intérêt éducatif, martial, médical… et ludique
Les intérêts de la téléprésence se vérifient dans de multiples domaines : les stratégies martiales sont décidées à distance sans avoir à se déplacer dans une zone à risque. Dans le cadre de la télémédecine, des diagnostics urgents peuvent être effectués à l’autre bout de la planète, des risques de contagion peuvent être évités… L’intérêt est immense.
Dans un autre registre, les cours d’école sont suivis à la maison ou donnés par le professeur ne pouvant se déplacer… L’aspect pratique de la présence virtuelle prend largement le pas sur un usage qui se voulait à la base ludique, avec l’avènement des jeux vidéo et des films en 3D.

Les procédés utilisés jusque-là, notamment par les médias, étaient lourds et compliqués : la personne « holographiée » était enfermée dans une pièce verte entourée de 40 caméras. En 2008, des chercheurs américains avaient également mis au point un système de visualisation en 3D dont l’image filmée se réfléchissait sur une plaque en aluminium recouverte d'un diffuseur à rotation rapide. Au-dessus de l’image, un vidéoprojecteur envoyait 4 800 images fixes par seconde, avec un angle de vision de 360° corrigé en permanence, de tous les côtés.
Des progrès considérables
Récemment, une équipe américaine a mis au point un système plus « light » qui projette en temps réel des images en 3D. Le « rafraîchissement » automatique de l’image est rapide et instantané, grâce à un écran en polymère photoréfractaire. L’objet est filmé par un réseau de caméras. Plus il y en a, plus l’image virtuelle est réaliste.

Certes, la présence virtuelle n’est peut-être pas pour demain dans les chaumières, mais il ne serait pas étonnant de la voir s’inviter de plus en plus souvent sur les plateaux de télévision. Alors, ce que l’on voyait dans le « Avatar » de James Cameron comme un simple procédé de science-fiction pourrait bien devenir le standard de demain…

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error