Défilé Andrea Crews printemps-été 2022 : rebelle radical

A 18 ans, on a le droit de s’affirmer, de revendiquer un côté rebelle. C’est ce que semble vouloir faire le label Andrea Crews avec son défilé printemps-été homme 2022 et sa collection intitulée Rebellious Radical.

Défilé Andrea Crews printemps-été 2022

Le manifeste d’Andrea Crews

A l’aube de 2003, Maroussia Rebecq fonde la marque Andrea Crews. Un nom simplement sorti de son esprit, susceptible d’évoquer à la fois une femme italienne et un homme allemand, facile à prononcer dans toutes les langues. Un nom qui renvoie aussi à la notion de groupe, d’équipe (« crew » en anglais).

Depuis 18 ans, Andrea Crews s’est aussi fait une spécialité : l’upcycling. Maroussia Rebecq a été une pionnière en la matière, militant pour un « éveil des consciences environnementales et sociales » à travers la mode.

Au fil de ses collections, elle n’a donc eu de cesse de réutiliser de vieux vêtements et textiles, coudre d’anciennes pièces de tissus pour un faire un pull flambant neuf. Comme elle se définit elle-même, Maroussia n’est pas seulement une créatrice mais une « assembleuse », une « sculpteuse de vêtements ». Celle qui parcourait les friperies pendant ses études n’a pas attendu que le vintage et la seconde main soient à la mode pour comprendre les vertus de l’upcycling. Mais avec sa marque Andrea Crews, elle a contribué à en faire un art de vie, démontrant que l’on pouvait faire du neuf stylé avec du vieux dépassé.

Très inspirées par la culture streetwear, ses collections hautes en couleur ne plairont pas toujours au plus grand nombre. Mais on comprend vite que ce n’est pas le plus important…

Le défilé printemps-été 2022 en images

Baptisée Rebellious Radical, cette collection 2022 célèbre les 18 années d’engagement d’Andrea Crews. On peut ainsi lire des messages activistes (« Fashion Revolution« , « Utopia« ) sur certains jeans quand les t-shirts arborent des découpes et reliefs étonnants : ici, on ne fait pas de la mode, mais du DIY !

On reconnaît aussi certaines figures engagées, parmi lesquelles Christiane Taubira et l’artiste japonaise Yayoi Kusama. L’imprimé animal déchiré a été re-tressé pour vivre une seconde vie sur des pièces où la dentelle côtoie le denim, où les vêtements du dessus cohabitent avec ceux du dessous.

La vidéo de cette présentation a été tournée au sein du Parc de la Villette, à Paris. Une occasion de faire écho au Déjeuner sur l’Herbe d’Edouard Manet… tout en mettant en avant l’architecture urbaine et contemporaine des lieux. C’est avec cette dualité qu’Andrea Crews prouve que l’on peut être jeune, aimer la mode et pourtant se battre pour un monde meilleur !