Julien
Il y a 7 jours

Essai Alfa Romeo Giulia Veloce : la quintessence du style et de la sportivité

Les lecteurs (et lectrices) fidèles de Masculin l’auront sans doute remarqué, les essais auto sont plus nombreux en ce début d’année 2021 à la faveur de changements au sein de l’équipe. Mais jusqu’à présent, nos essais ont été à l’image du marché, exclusivement consacrés à des véhicules hybrides rechargeables. Il était donc grand temps de varier les plaisirs et donc quoi de mieux qu’une Alfa Giulia, une propulsion de 280cv, pour ouvrir le bal.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Que les puristes se rassurent, point de SUV cette fois mais une berline, la Giulia. Oui, vous savez ces voitures dont l’érosion des parts de marché a débuté avec les monospaces pour finir avec le coup de grâce des (pseudo) 4X4. Alors oui, les SUV offrent une position de conduite surélevée agréable mais côté dynamisme, les lois de la physique sont inéluctables, même pour les meilleurs. Bref, fin de la parenthèse.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Le charme italien d’une berline sportive

Rendez-vous est donc pris, un vendredi matin dans une zone industrielle de la région parisienne pour prendre possession de cette Giulia qui m’accompagnera durant quelques jours. Difficile pour moi d’imaginer une Alfa d’une autre couleur que rouge. Bonne surprise, en arrivant sur le parking, je découvre avec bonheur que “ma” Giulia le sera.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Il s’agit en prime d’une finition Veloce, à la sportivité plus affirmée dont le point d’orgue est sans doute les sublimes jantes 19” Competizione dont le design parlera aux connaisseurs de la marque. Pour autant la Giulia conserve son charme italien, davantage fait de courbes et de rondeurs comparées aux lignes plus tranchées des dernières productions germaniques.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

La face avant est sans doute la plus réussie avec une calandre charismatique. Pas de signature lumineuse mais néanmoins des feux xénon adaptatifs.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Le trois quart arrière est plus commun. Le diffuseur assoie le sentiment de puissance avec ses deux sorties d’échappement à chaque extrémité mais sans tomber dans la caricature.

Un intérieur en progrès, désormais au niveau des attentes de 2021 !

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Il est désormais temps de s’installer à bord. L’occasion d’admirer le joli coloris tabac du cuir qui se marie à merveille avec le rouge extérieur (coloris disponible sans surcout au passage). Les sièges offrent par ailleurs de multiples réglages pour un maintien parfait lorsque le rythme s’accélère. Mention spéciale au moelleux d’accueil de l’appui tête, des plus agréable.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Quelques touches d’aluminum sont là pour rappeler la sportivité. L’ensemble est bien fini, bien intégré et plus si éloigné des références allemandes. Pas d’écran proéminent posé au milieu du tableau de bord dans cette Giulia ni de tout tactile ou tout digital. On retrouve donc une instrumentation à aiguilles (mais un écran au centre tout de même) et un certain nombre de molettes et boutons. C’est sans doute moins épuré mais au moins c’est ergonomique et intuitif (mention spéciale à la molette audio sur la partie droite du tunnel central qui tombe parfaitement sous la main).

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Alfa a tout de même entamé son virage technologique avec désormais un écran tactile (pas toujours très réactif mais qui compense avec ses multiples possibilités de personnalisation). Android Auto et Apple Car Play sont bien entendu de la partie, c’est bien là l’essentiel. La Giulia embarque aussi davantage d’aides à la conduite, semi-autonome de niveau 2 (surveillance d’angle-mort, régulateur adaptatif et line-assist). Son activation n’est pas la plus intuitive mais elle fait plutôt bien le job et ne se montre pas trop intrusive à l’usage. En revanche, la définition de la caméra arrière est restée bloquée dans le passé, au point de se demander comment il est possible de trouver une telle qualité sur une voiture de cette gamme.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Il est temps d’abréger ses digressions pour enfin savoir si son ramage se rapporte à son plumage. Encore faudrait-il trouver le bouton Start pour cela… Ah oui, il est sur le volant à l’instar des supercars au cheval cabré, autrefois issues du même groupe.

Petite déception, on ne peut pas dire que le ralenti du 4 cylindres soit très plaisant. L’espace d’un instant je me suis même demandé si un diesel ne se cachait pas sous le capot. Mais non, et malgré une zone rouge à 5500 tr/min, c’est bien le bloc 2l de 280ch présent. Une absence de sonorité “sportive” qui se confirmera en roulant.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Une Alfa Romeo Giulia rouge, ça va vite ?

Quittons la grisaille parisienne pour une petite escapade en Normandie. Les températures extérieures négatives nous incitent à activer le volant et les sièges chauffants. Les premiers tours de roues sur l’autoroute sont aussi l’occasion d’apprécier l’insonorisation (avec vitres avant feuilletées) et la fonction roue libre de la boite de vitesse en mode éco afin d’économiser quelques litres de carburants. Ce profil limite par ailleurs la puissance et rend la pédale de droite moins sensible.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Après une centaine de kilomètres (et un petit 9l/100 selon l’ODB), il est temps de quitter l’autoroute pour les petites routes plus sinueuses. L’occasion de passer en mode Dynamique afin d’apprécier davantage le tempérament plus “sportif” de cette Giulia. Les 280cv répondent présents à la moindre sollicitation et propulsent les 1500Kg à 100 km/h en moins de 6s. Sans rivaliser avec les performances d’une Quadrifoglio, cela assure néanmoins de bonnes reprises et permet d’atteindre des vitesses répréhensibles sans vraiment s’en rendre compte.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

C’est aussi l’occasion d’apprécier la boite auto à 8 rapports, réactive et assez intelligente pour ne pas vraiment ressentir le besoin de jouer avec les larges palettes (fixes) en aluminum (mais rien ne vous en empêche pour autant). La suspension pilotée (incluse dans le pack performances) n’est pas cassante mais malgré tout on apprécie la possibilité de la passer en mode “soft”, plus confortable sur les petites routes de la campagne normande sans pour autant nuire à la tenue de route. Le différentiel à glissement limité (lui aussi inclus dans le pack performances) participe à la bonne motricité de cette Giulia Veloce.

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Côté consommation, cette promenade plus dynamique entraine une hausse de la consommation, un bon 12l/100. Libre à chacun d’accorder l’importance qu’il convient à cette information mais gardez à l’esprit que lors de notre essai du Volvo XC60 Hybride Rechargeable, batterie vide, la consommation est similaire avec pourtant une conduite bien plus zen. Light is right ou le paradoxe des voitures “propres” selon les normes actuels…

Notre avis sur l’Alfa Giulia Veloce

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Conduire une Alfa Giulia c’est se rappeler une époque pas si lointaine où les berlines étaient la norme et non l’exception. De fait, on a alors l’impression de se démarquer à son volant. Et avec sa finition Veloce, c’est bien là le leitmotiv de cette Giulia, rouler différent. A ce titre, on pourra lui reprocher l’absence d’un échappement plus présent. Alors oui, c’est sans doute cliché et politiquement incorrect en 2021 mais une telle discrétion ne colle pas vraiment avec son look et quelques vocalises, a minima en mode Dynamique, seraient bienvenues.

Consolons-nous par le plaisir de conduite que procure cette Giulia Veloce bien installé(e) dans ses excellents sièges.

Saluons pour terminer les diverses optimisations apportées à la gamme Giulia qui permettent à la version 2021 de voir son malus plus “acceptable” puisqu’il passe de 12012€ à 2544€. A ajouter aux 62900€ de notre modèle d’essai. Un tarif similaire à celui de sa principale rivale, la BMW M330i à équipement équivalent. Mais aussi réussie soit l’allemande, plus homogène par ailleurs, elle n’égale pas le sex appeal de cette Giulia, très attachante pour celles et ceux à la recherche d’une sportive familiale (ou disons plutôt 4 places) qui ne souhaitent pas rentrer dans le moule du SUV. Pour les autres, Alfa propose le Stelvio 😉

Essai Alfa Giulia Veloce : une berline performante

Configurez votre Alfa Romeo Giulia, à partir de 43500€