Essai Volvo V60 : un break, trois personnalités (Cross Country vs Polestar)

A l’heure où les SUV sont devenus la norme voire la seule option possible au moment de choisir sa nouvelle voiture, certains constructeurs résistent et continuent de proposer des berlines et breaks à leurs catalogues. Parmi ces irréductibles, Volvo avec les S60 et V60. Digne héritier d’une longue lignée de break, ce dernier incarne l’évolution de la marque suédoise. Sportif, baroudeur ou look plus classique, le Volvo V60 s’adapte à la personnalité de ses conducteurs. Mais derrière cette différence de façade, un ADN commun, le charme et le sens de l’accueil scandinave.

Volvo V60 Cross Country : le baroudeur chic et discret

Connue pour son vaste territoire composé à plus de 70% de forêts, la Suède jouit d’une nature préservée. Pour profiter de ses espaces naturels, sortir des sentiers battus apparait comme une évidence. Dans cette optique, le V60 Cross Country s’impose avec sa garde au sol surélévée, ses bas de caisses en plastique mat moins sensibles aux petits assauts du quotidien sans oublier sa transmission intégrale pour une motricité renforcée.

Volvo V60 Polestar : pour titiller les chrono en famille

Volvo V60 Cross Country

Mais tout le monde n’a pas une âme de baroudeur. Pour dévorer le bitume, le V60 Polestar n’a pas à rougir de la concurrence allemande avec les 455 cv de sa motorisation T8 (4 cylindres essence suralimenté de 310 cv associé à un moteur électrique de 145 cv). De quoi abattre le 0 à 100 en 4,6s seulement ! Côté look, si la sportivité est bien présente elle reste néanmoins subtile. Les connaisseurs reconnaitront la finition Polestar aux sublimes jantes de 19 pouces déjà aperçues sur le XC60 mais aussi aux ceintures de sécurité jaune, couleur distinctive du préparateur suédois aussi présente sur les bouchons de valves.

Autre caractéristique de ce V60 Polestar, une barre anti-rapprochement, des freins signés Brembo et des amortisseurs Öhlins dont la rigidité peut-être ajustée, si jamais l’envie d’aller titiller les chronos sur circuit vous effleure.

Volvo V60 : Style Dark ou Style Chrome ?

Volvo V60 Style Dark

Aussi désirables soient-elles, les V60 Polestar et Cross Country demeurent confidentielles. La plupart des acheteurs se contentent de la V60 « classique » qui est proposée en deux styles. Dark, plus sportif avec ses éléments à la finition noire ou Chrome (disponible uniquement sur les V60 Recharge Ultimate). Comme son nom l’indique, cette dernière apporte une touche de chrome au niveau de la calandre, des vitres latérales et boucliers avant et arrière.

Minimalisme et technologie au service des occupants

Volvo V60 Intérieur

Si à l’extérieur, le V60 joue avec sa personnalité, son intérieur reprend les codes de la marque. Point d’extravagance ou de lignes acérées mais le charme épuré et fonctionnel propre à la gamme Volvo. Quelques boutons physiques subsistent mais le gros des réglages est dévolu à l’écran central tactile de 9 pouces basé sur Google Automotive. Là encore, pas de menu à rallonge ni de personnalisation à outrance, juste l’essentiel, agencé de façon intuitive. Illustration avec le Pilot Assist dont l’activation ne requiert qu’un seul appui sur le bouton central situé sur la gauche du volant. Même logique pour ajuster la distance du radar adaptatif avec le véhicule qui vous précédé. Simple et efficace. Un bémol toutefois, Carplay ou Android Auto nécessitent toujours de brancher son smartphone en USB pour en profiter…

Outre son ergonomie, Volvo se démarque par le large choix de finitions offertes pour personnaliser son intérieur. Si le V60 Polestar mise sur des touches d’aluminium, le reste de la gamme laisse la possibilité d’opter pour des matières plus exclusives, à l’image du frêne anthracite, du plus bel effet. Sans oublier, les sièges en cuir Nappa ventilés dont le confort n’a pas grand chose à envier à celui d’un fauteuil club. De quoi apprécier encore plus le système audio Bowers & Wilkins 1400W et ses 15 enceintes proposé en option (2700€).

Mais la quintessence de ce raffinement est sans nul doute, le sélecteur de vitesse taillé à la main à partir d’un cristal massif par les artisans verriers suédois d’Orrefors. La cinématique du bouton Start (pas d’appui comme il est de coutume mais un quart de tour sur la molette) apporte quant à elle ce petit plus qui fait tout le charme de la marque.

Volvo a fait de la sécurité sa priorité. Outre les nombreux systèmes d’assistants à la conduite proposés (phare à LED auto-adaptatif, maintien dans la voie, freinage automatique d’urgence y compris en marche arrière, caméra 360°, …), le V60 se démarque par son système de purification de l’air pour un habitacle plus sain. Les passagers arrière apprécieront quant à eux la climatisation quadri-zones. Moins l’imposant tunnel présent au niveau de la cinquième place. Mieux vaut donc la considérer en appoint. Quant au coffre, son volume de 481l (pour les hybrides) ou 519l (B3 / B4) permet d’envisager sereinement les escapades. Mais l’intérêt d’un break, c’est aussi la possibilité de profiter d’un volume de chargement accru et fonctionnel une fois les sièges arrière rabattus (1480l) afin d’y glisser sa planche de surf ou son VTT même si sur ce point, la hauteur limitée (4,77×1,85×1,43 m) peut être un frein face aux SUV comme le Volvo XC90.

Micro-hybride, Diesel ou Hybride Rechargeable

A l’inverse, le comportement routier profite lui de ce centre de gravité plus bas. De quoi offrir un comportement dynamique, encore pour le V60 Polestar même si ce dernier souffre d’un amortissement ferme qui favorise les remontées dès lors que la chaussée se dégrade. Sur ce point, le V60 Cross Country et sa suspension pneumatique prend l’avantage. En revanche, il doit se contenter d’un 4 cylindres Diesel B4 micro-hybride de 197 ch (420 Nm). Parmi les autres motorisations proposées sur le reste de la gamme, le B3, un 4 cylindres essence micro-hybride 48V (163 ch), le T6 hybride rechargeable 350 ch (253 ch + 145 ch) ou le T8 Recharge pour le V60 Polestar Engineered 455 ch (310 ch + 145 ch).

Volvo V60 Recharge

Au quotidien, les T6 et T8 Recharge se montrent les plus agréables avec la possibilité de rouler environ 70 kms en tout électrique et le mode « One Pedal » actif jusqu’à l’arrêt. De quoi faire tomber la consommation autour des 4l/100 en mixte, à condition de ne pas faire de grands trajets et de recharger quotidiennement. Dans le cas contraire, la moyenne sera plus proche des 8l/100. Sur le même exercice, le B4 (diesel) fait un peu mieux avec 7l/100 relevés durant notre essai. Soit la même consommation que celle du B3 (essence), étonnement sobre à notre grande surprise. La boite de vitesses (7, à double embrayage) très encline à activer le mode roue-libre (au point d’ailleurs de donner l’envie d’en faire un « jeu ») n’étant sans doute pas étrangère à ce bon résultat.

Volvo V60 PolestarEngineered
Volvo V60 Polestar

Notre avis sur le V60 : quel break Volvo choisir ?

Avec son V60, Volvo offre une alternative séduisante aux SUV. Certes l’habitabilité n’est pas aussi généreuse mais le dynamisme et surtout, le côté désormais plus exclusif de ce type de carrosserie prennent vite le pas sur le côté pratique. Reste l’argument – légitime – de la position haute de l’assise, il est vrai. Dans ce cas, le Volvo XC60 est tout désigné.

Quant à choisir entre ces trois finitions essayées. La raison plaide en faveur du V60 Style Dark et sa motorisation B3, abordable (à partir de 49 850€) et agréable au quotidien. La passion pour le V60 Polestar Engineered (à partir de 79 900€) pour sa personnalité et ses performances. Et l’évasion pour le V60 Cross Country (à partir de 61 250€) avec sa transmission intégrale et sa garde au sol surélevée plus adepte à sortir des sentiers battus le week-end venu.

Volvo V60

© Julien Thoraval – Photos non libre de droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Julien

Mettre en lumière les dernières nouveautés High-Tech et automobiles, tel est mon quotidien sur Masculin.