Week-end escapade à la découverte de Cognac & Angoulême à bord de la Mitsubishi Colt

Une silhouette familière, celle d’une citadine française parmi les plus populaires du segment, mais avec un petit quelque chose qui attise la curiosité des regards. Voilà comment pourrait se résumer notre escapade dans la région de Cognac à la découverte de la nouvelle Mitsubishi Colt. Évoquer l’eau de vie si prisée outre-Atlantique donne souvent lieu à la même analogie. Car si le nom est connu du plus grand nombre, rares sont ceux à être en mesure de décrire les saveurs de ce spiritueux qui a façonné une région et fait vivre ses habitants depuis des décennies. Un territoire préservé, proche de la côte atlantique mais loin de son agitation, qui réserve de belles surprises, à l’image de cette septième génération de la Mitsubishi Colt qui nous a accompagné le temps d’un week-end.

© Julien Thoraval
Road-trip Mitsubishi Colt

Angoulême : sur les traces de nos héros préférés

Notre séjour débute un matin de novembre où fuir la grisaille parisienne semble la seule option pour ne pas sombrer dans la déprime hivernale. Heureusement, après deux petites heures de TGV, c’est sous le soleil que nous arrivons à Angoulême. Une lumière encore rasante de fin d’automne, parfaite pour mettre en valeur le coloris Sunrise Red (+750€) de notre Mitsubishi Colt. Quatre autres couleurs (Onyx Black, Royal Blue, Steel Grey, Crystal White) sont également proposées au catalogue.

A l’intérieur cette Colt septième génération se joue la carte de la sobriété. Le noir prédomine, d’où une ambiance que d’aucuns jugeront sans doute un peu trop austère. La finition n’appelle en revanche guère de critique pour un modèle dont le tarif débute à 18390€. La citadine japonaise n’offre pas la console la plus minimaliste du marché mais la présence de multiples molettes et boutons permet en contrepartie d’apprécier une ergonomie bien supérieure à celle du tout tactile. L’écran central de 9 pouces est compatible Apple CarPlay ou Android Auto, sans-fil qui plus est. Il demeure la pierre angulaire du système d’infotainment et de la personnalisation des divers modes « Mysens ». Mais pas le temps de s’attarder, l’heure est venue de partir à la découverte de la Capitale de la Bande Dessinée.

Le « 9e Art » en fil-conducteur avec un parcours largement inspiré de celui du « circuit des murs peints« . L’occasion d’admirer les œuvres de street art qui colorent les murs de la cité charentaise mais aussi d’apprécier les qualités de la citadine Mitsubishi. Des dimensions (4m04x1m80) et un rayon de braquage contenus (10,4m), permettent de se faufiler dans les petites ruelles de la ville, bien aidé le cas échéant par la caméra 360° de série sur notre finition INSTYLE, la plus haut de gamme (facturée 29900€). Cette dernière permet également de profiter d’un système audio BOSE à neuf haut-parleurs. Point d’orgue de ce parcours, le Musée de la Bande Dessinée situé sur les quais au sein des Chais Magelis. Laissons Corto Maltes et ses homologues pour une autre halte, culinaire cette fois.

Les sources de Fontbelle : une adresse incontournable à Angoulême

Je peux enfin m’exprimer pleinement en travaillant la saisonnalité des produits du terroir et de la mer au gré de mes rencontres avec les producteurs de la Région.

Guillaume Veyssière – Chef des Sources de Fontbelle

Érigées en périphérie d’Angoulême, sur la falaise calcaire des Eaux-Claires, les Sources de Fontbelle se cachent au sein d’un bâtiment à l’architecture moderne et minimaliste avec ses lignes et matériaux bruts qui font écho à une cuisine contemporaine, aussi visuelle que millimétrée. Une belle découverte étoilée rythmée par la vue sur la forêt.

Idéale pour recharger les batteries du conducteur à défaut d’avoir besoin de se préoccuper de celles de notre Mitsubishi. Et pour cause, si la Colt affiche fièrement sa motorisation hybride sur ses flancs, il s’agit d’une version Full Hybrid. Autrement dit une « petite » batterie (1,2 kWh) qui se recharge en roulant. Moins de contrainte et un moteur électrique qui vient épauler le bloc thermique atmosphérique lors des phases d’accélération et au démarrage. A la clé, une conduite plus douce et des relances plus dynamiques. Pas de quoi affoler les chronos pour autant avec un 0 à 100 km/h réalisé en 9,3s malgré les 143 ch de cette version 1,6l FHEV (deux autres motorisations essence sont aussi au catalogue).

© Julien Thoraval
Road-trip Mitsubishi Colt

Mais là n’est pas la philosophie de cette citadine « made in Renault » comme les plus observateurs l’auront déjà remarqué. Un air de déjà vu qui attire les regards au point d’avoir parfois eu l’impression de conduire une supercar durant ces quelques jours de road-trip. Nombreux sont en effet les têtes qui se tournent et les passants à nous interpeller sur cette Clio dont les logos du losange ont été remplacés par les trois diamants de ceux de Mitsubishi. Quant à la raison, elle est simple. La marque japonaise fait partie de l’alliance Renault – Nissan et à ce titre a choisi de commercialiser certains modèles Renault sous son nom. Mitsubishi s’assure ainsi une forme de pérennité en Europe sur des marchés où ses modèles autrefois phares, la Lancer et le Pajero, sont désormais persona non grata torpillés par les malus et autres normes environnementales totalement insensibles à un usage justifié de ce type de véhicules dans certaines régions, montagnardes notamment.

Faisons fi du jeu des sept différences (spoiler la calandre avant, la malle arrière, les logos et la garantie de 5 ans) pour reprendre la route tantôt en longeant la Charente, tantôt en serpentant au milieu des vignes. Omniprésentes dans la région, elles façonnent et assurent l’une des principales richesses de la région, le Cognac. Si pour beaucoup le nom est familier, en France la consommation reste marginale. Une production destinée avant tout à l’export comme nous l’explique Stéphanie en charge de la visite « entre vignes et distillerie » proposée par Rémy Martin, l’une des grandes maisons de producteurs de Cognac.

Quittons Juillac-le-Coq pour prendre la direction de la ville de Cognac justement. L’occasion d’apprécier les couleurs flamboyantes du vignoble de la Grande Champagne sous un soleil automnal. Et pour ceux qui se poseraient la question, cette zone géographique fait référence aux sols argilo-calcaire les plus tendres qui donneront naissance aux meilleurs Cognac. Une singularité géologique partagée avec les sols de la région de son homologue pétillant situé plus au Nord à laquelle le néophyte pense en premier lieu.

Côté conduite, ces petites routes vallonnées sont propices à apprécier les qualités dynamiques de la Colt, notamment grâce à son châssis bien suspendu et prévisible même lors d’enchainement rapides. La boite à crabot implantée sur cette motorisation FHEV tend toutefois à freiner les ardeurs des amateurs de conduite sportive. En cause, une tendance à la flemmardise quand il s’agit de passer les rapports et des montées en régime parfois sonores (sans toutefois égaler celle d’une boite CVT). Mais en adoptant une conduite plus éco-responsable, les griefs s’estompent pour ne garder que sa douceur et son efficience. La Mitsubishi Colt septième du nom affiche ainsi une consommation moyenne de 5l/100 sur les 600 kilomètres de notre escapade en Charente.

Le Chais Monnet – Un havre de paix 5***** en plein centre ville de Cognac

Notre voyage s’achève par une nuit au Chais Monnet, d’anciens bâtiments du XIXe siècle classés au Patrimoine industriel de France désormais reconvertis en hôtel SPA 5 étoiles.

Un lieu unique où modernité et tradition se conjuguent pour un séjour d’exception au cœur de Cognac, niché sur le domaine historique de deux hectares de la maison Monnet, du nom du père fondateur de l’Europe, Jean Monnet.

Une réhabilitation signée de l’architecte Didier Poignant qui fait la part belle aux surfaces vitrées auxquelles répondent la chaleur du bois et les nuances de la décoration qui rappellent celles du breuvage ambré. Le cognac s’invite sans surprise à la table des Foudres, le restaurant gastronomique, avec un menu aux accords mets et cognac.

Une expérience incontournable, encore plus pour les non-initiés, sublimée par l’architecture cathédrale de ces immenses tonneaux qui nous accueillent (dont le lieu tire son nom). L’atmosphère cosy du restaurant étoilé est propice à se laisser surprendre par des saveurs insoupçonnées. Un moment de déconnexion qui permet aussi de mieux comprendre les différentes appellations du Cognac (VS, VSOP, XO, …) et ses subtilités.

À voir, à faire à Cognac

Une découverte à poursuivre au jazz-bar de l’hôtel « Le 1838 » (date de création de la maison) doté d’une collection de plus de 200 Cognac ! La fondation Martell et les Chais Hennessy, situés à deux pas de l’hôtel constituent aussi des passages obligés. Plus original, le Cellar Master Challenge (50€) proposé par la Maison Bache Gabrielsen (également accessible à pieds) vous plonge dans la peau du Maître de Chai et de l’art de l’assemblage, préambule à la genèse d’une bouteille de Cognac. Enfin, avant d’aller admirer un coucher de soleil sur le « rooftop » de l’hôtel ou se détendre dans la chaleur du SPA (jacuzzi, douche sensorielle, hammam, sauna, piscine intérieure qui se prolonge vers l’extérieur), arrêt obligé au bar Louise.

L’occasion d’échanger avec Julien Ravard, mixologue, sur l’art délicat de sublimer le Cognac à travers des cocktails. Ou comment ouvrir de nouvelles perspectives de dégustation à une eau de vie qui pourrait bien revenir sur le devant de la scène dans l’hexagone dans les prochaines années.

Perspectives partagées avec la marque japonaise dont la Colt bien née, épaulée par un ASX qui l’est tout autant et une nouvelle version de l’Outlander attendue dans les prochains mois semblent annoncer de meilleurs auspices pour Mitsubishi en 2024…

Découvrez d’autres idées de Road-trip :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *