3 bonnes raisons de voir The French Dispatch au cinéma

Sortie du film The French Dispatch

Trois ans après L’Île aux Chiens, Wes Anderson revient au cinéma avec un film (forcément) très attendu, The French Dispatch. Porté par une kyrielle de stars, le dixième long-métrage du réalisateur est typiquement « andersonien ». Et à ce titre, il « faut » aller le voir dans les salles obscures.

Pourtant, il y a quelque chose qui cloche : et si cet ambitieux film était aussi le plus décevant de son auteur ? Pourquoi devrait-on donc se ruer sur The French Dispatch ?

Affiche de The French Dispatch

1. Parce que Wes Anderson

Il est toujours dangereux de vouer un culte à un réalisateur. Parce que, forcément, chaque nouveau film sera plus attendu que le précédent. Parce que, obligatoirement, à un moment où un autre, il finira par nous décevoir.

Wes Anderson fait partie de ceux-là. De ces artistes à qui l’on a envie de faire confiance les yeux fermés, parce qu’ils ont toujours su proposer quelque chose de « différent ». Dès son troisième long, en 2001, le cinéaste a acquis ce statut d’intouchable avec La Famille Tenenbaum, où l’on faisait la connaissance d’artistes artistes new-yorkais déjantés (Gwyneth Paltrow et Gene Hackman, notamment).

Le reste de la filmo alterne le bon et l’excellent, de La Vie Aquatique à L’Île aux Chiens, en passant par A Bord du Darjeeling Limited, Fantastic Mr Fox, Moonrise Kingdom et The Grand Budapest Hotel. Une carte de visite prestigieuse qui ferait rougir bon nombre de réalisateurs?

2. Parce que le casting est dingue

Au-delà des intrigues déjantées et de l’esthétique ultra-léchée (on va y revenir), un film de Wes Anderson se distingue généralement par un casting aux petits oignons.

A chaque nouvelle réalisation, c’est une brochette de stars qui apparaît à l’affiche, certains étant presque incontournables. Ainsi, Bill Murray est-il apparu à 9 reprises, de Rushmore à The French Dispatch : seul le premier film d’Anderson, Bottle Rocket (sorti en 1996) fait exception. Parmi les autres acteurs récurrents, citons Owen Wilson (8 films), Jason Schwartzmann (6), Anjelica Huston (5), Adrien Brody, Tilda Swinton (4) ou encore le duo frenchy composé de Mathieu Amalric et Léa Seydoux, présent dans les 3 dernières oeuvres du cinéaste… sans oublier les musiques d’Alexandre Desplat !

L’élocution des noms qui apparaissent sur la (très) belle affiche de The French Dispatch a encore de quoi donner le tournis : les habitués Bill Murray, Tilda Swinton, Adrien Brody, Léa Seydoux et Owen Wilson sont ainsi rejoints par Frances McDormand, Jeffrey Wright, Benicio Del Toro ou encore l’omniprésent Timothée Chalamet (qui change radicalement de registre après le Dune de Denis Villeneuve).

3. Parce que c’est beau et inventif

Cela apparaît comme une évidence quand on évoque le cinéma de Wes Anderson : chacun de ces films bénéficie d’une esthétique incomparable. « Aussi clairement identifiable que difficile à décrire », comme le dit Wally Koval, l’homme derrière le compte Instagram et le livre Accidentally Wes Anderson.

Chaque plan est savamment étudié, les couleurs pastel voire carrément criardes sont omniprésentes (mais toujours harmonieuses), une vraie poésie se dégage systématiquement de l’ensemble.

Le pitch de The French Dispatch et la bande-annonce tendent à le confirmer. Le titre du film fait référence à celui d’un magazine américain (fictif) basé dans la ville française d’Ennui-sur-Blasé. C’est là que l’on fait la connaissance de l’équipe de la rédaction et des journalistes du French Dispatch, qui se dévoilent à travers quatre récits burlesques, surprenants, émouvants, déjantés… bref, typiquement « andersoniens ».

Et pourtant, The French Dispatch déçoit…

Inutile de s’éterniser : dans the French Dispatch, Wes Anderson fait du Wes Anderson. Certains trouveront ça génial, d’autres iront jusqu’à crier à l’imposteur. Et même si l’on reste séduit par l’esthétique globale, l’exercice de style peut parfois donner l’impression de tourner à vide.

Quel est l’objectif du film ? Pourquoi multiplier ainsi les récits ? Qu’est-ce que tous ces personnages ont à nous dire ? En 1h48, le spectateur n’a pas le temps de s’ennuyer mais The French Dispatch souffre du problème inhérent aux films à sketchs : les saynètes qui se succèdent ne peuvent pas être de qualité égale.

Mais, même s’il devait figurer dans la partie basse de la filmo de son réalisateur, comme le dit Maxime Bedini, ce dixième long-métrage de Wes Anderson reste une oeuvre atypique dans le cinéma actuel. Et oui, ce simple fait suffit à donner envie d’aller le voir dans les salles !

The French Dispatch
Sortie le 27 octobre 2021
Durée : 1h48
Film de Wes Anderson
Avec Bill Murray, Adrien Brody, Benicio Del Toro, Timothée Chalamet, Frances McDormand, Jeffrey Wright, Léa Seydoux, Mathieu Amalric…

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !