Les 4 émotions qui vous font prendre du poids selon les études scientifiques

Les émotions ça creuse, a-t-on coutume de dire. Mais manger sous le coup de l’émotion, une réaction plus répandue chez les femmes et chez ceux qui font un régime, peut provoquer du surpoids, selon une étude sur plus de 35000 adultes français.

Manger sous le coup de l’émotion favorise la prise de poids

L’influence des facteurs psychologiques sur le surpoids et l’obésité est de plus en plus reconnue. Mais, de fait, relativement peu d’informations sont disponibles sur « l’émotionalité alimentaire » (le fait de manger sous le coup de l’émotion) et son association avec le surpoids, selon la chercheuse Sandrine Péneau (Université Paris13, équipe de coordination de l’étude NutriNet-Santé) qui s’est penchée sur le sujet.

L’été, la chaleur ne donne pas vraiment envie de se ruer sur des plats gras ou très copieux, mais alors, c’est quoi ce bourrelet au dessus de votre nouveau maillot ? Contrairement aux idées reçues...Lire la suite

« L’émotionalité alimentaire » en question

Elle a, avec ses collègues, interrogé par questionnaire un échantillon de 35 641 adultes français participant à l’étude NutriNet-Santé qui regroupe plus de 244 000 internautes.

Les femmes (52%) ont davantage tendance à manger sous le coup de l’émotion que les hommes (20%), selon l’étude mise en ligne par l’American Journal of Clinical Nutrition.

Le risque d’être en surpoids est 2 fois plus élevé

Dans l’ensemble, les gens au régime ont davantage tendance à manger sous le coup de l’émotion (71%) que ceux qui ont fait un régime par le passé (58%) ou les personnes qui disent n’avoir jamais fait de régime amaigrissant (35%).

L’association entre surpoids et « émotionalité alimentaire » s’observe également chez les hommes, mais sans grande différence selon qu’ils fassent ou non un régime amaigrissant : le risque d’être en surpoids est ainsi environ 2 fois plus élevé chez les hommes déclarant manger fréquemment sous le coup de l’émotion par rapport à ceux qui affirment que ce n’est jamais le cas.

Ces résultats renvoient plus généralement à la relation que chaque homme peut avoir par rapport à la nourriture, et l’aspect « pansement émotionnel » que cette dernière peut revêtir, avec les conséquences qui en découlent. Il existe différents types d’alimentation émotionnelle.

Les émotions en cause

L’étude s’est également intéressée aux différents types d’émotions qui peuvent conduire à une suralimentation. Les plus fréquemment rapportées sont l’anxiété (19%), la tristesse (17%), la colère (15%) et l’ennui (14%). Mais, globalement, c’est plutôt une combinaison de plusieurs émotions qui pousse les gens à trop manger.

Loin de l’image du fameux mâle alpha, nombreux sont les hommes qui sont des « mangeurs émotionnels » semblent utiliser la nourriture comme un moyen de se réconforter.

Chez les femmes, en revanche, l’alimentation émotionnelle est plus souvent associée à des émotions négatives telles que la tristesse, l’anxiété et la colère. Mais elle peut aussi être un moyen de se réjouir ou de se récompenser.

Ainsi, l’alimentation émotionnelle ne consiste pas seulement à satisfaire la faim, mais aussi à gérer ses émotions an apportant une réponse vue comme réconfortante à son corps !

Les différents types d’alimentation émotionnelle

Il existe différents types d’alimentation émotionnelle. La plus courante est l’alimentation impulsive, qui consiste à manger en réponse à une émotion forte sans vraiment y réfléchir. Ce type d’alimentation émotionnelle peut entraîner une prise de poids, car il se traduit souvent par une suralimentation.

Un autre type d’alimentation émotionnelle est appelée alimentation compulsive. Il s’agit d’une personne qui a l’impression de ne pas pouvoir contrôler son alimentation, même si elle n’a pas faim. Ce type d’alimentation émotionnelle peut également entraîner une prise de poids, car elle se traduit souvent par une suralimentation.

Si vous essayez de perdre du poids, il est donc important de connaître les types d’émotions qui peuvent vous faire perdre du poids.

Comment contrôler l’émotionnalité alimentaire ?

Si vous essayez de contrôler votre alimentation émotionnelle, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire.

Tout d’abord, essayez d’identifier les émotions qui déclenchent votre comportement alimentaire émotionnel. Une fois que vous savez quelles émotions déclenchent votre alimentation émotionnelle, vous pouvez essayer de trouver d’autres moyens de faire face à ces émotions.

Nos 5 pistes pour reprendre le contrôle

  • Par exemple, si la tristesse déclenche votre alimentation émotionnelle, vous pouvez essayer de trouver d’autres moyens de faire face à votre tristesse, par exemple en parlant à un ami ou en allant vous promener.
  • Deuxièmement, essayez d’éviter les situations qui déclenchent votre alimentation émotionnelle. Si vous savez que vous êtes susceptible de trop manger lorsque vous êtes à une fête, essayez d’éviter les fêtes.
  • Troisièmement, essayez d’avoir des options plus saines à votre disposition lorsque vous avez envie de manger émotionnellement. Si vous savez que vous êtes susceptible de trop manger lorsque vous êtes triste, ayez à votre disposition des collations saines que vous pouvez manger au lieu d’aliments malsains. Quelques fruits, ou des produits type fromage blanc peuvent vous aider à « satisfaire » votre corps sans lui faire trop de mal.
  • Quatrièmement, essayez de pratiquer la pleine conscience lorsque vous mangez. La pleine conscience est un type de méditation qui peut vous aider à vous concentrer sur le moment présent et à être plus conscient de vos pensées et de vos émotions.

La pratique de la pleine conscience peut vous aider à être plus conscient de vos émotions et des déclencheurs qui conduisent à une alimentation émotionnelle. Elle peut également vous aider à contrôler votre comportement alimentaire en vous aidant à vous concentrer sur le moment présent.

  • Cinquièmement, essayez de faire régulièrement de l’exercice. L’exercice peut vous aider à gérer votre poids et à améliorer votre humeur. L’exercice peut également vous aider à faire face le stress, qui peut déclencher une alimentation émotionnelle.
  • Enfin, essayez d’obtenir l’aide d’un thérapeute ou d’un conseiller si vous avez du mal à contrôler vos émotions alimentaires. Un thérapeute peut vous aider à identifier les émotions qui déclenchent votre comportement alimentaire émotionnel et vous aider à trouver d’autres moyens de faire face à ces émotions.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Maintenant que vous avez les clés en main pour gérer vos émotions, ne les laissez plus prendre le contrôle sur votre alimentation !