Tissot PR516 : le grand retour d’une icône oubliée de l’horlogerie sportive

Ce n’est sans doute pas la montre la plus connue dans le patrimoine Tissot. Pourtant, la PR516 a connu sa petite heure de gloire dans les années 1970, très appréciée par les hommes en quête d’un chronographe robuste et sportif.

Après avoir connu un énorme succès en réinterprétant son emblématique PRX, la marque du Locle a donc choisi de donner une nouvelle chance à sa PR516, avec un nouveau modèle de chronographe mécanique et trois variantes à quartz.

Il n'y a encore pas si longtemps, Piaget semblait être la seule marque horlogère capable de concevoir des montres ultra-plates. Et si, désormais, Richard Mille et Bvlgari l'ont détrônée, la maison de...Lire la suite

La Tissot PR516, particulière robuste, précise et résistante

Lorsque l’on évoque les chronographes inspirés par le monde de l’automobile, difficile de ne pas penser en premier lieu à la Daytona de Rolex. Mais, aussi iconique soit-elle, la Cosmograph n’est pas la seule à faire vibrer les amoureux de belles mécaniques et grosses cylindrées ; on pourrait tout aussi bien évoquer la TAG Heuer Carrera ou Monaco, les Mille Miglia de Chopard ou même la LIP Rallye ! Parmi tous ces modèles, il en est un qui ne bénéficie certes pas d’une énorme popularité, mais qui a joui d’une vraie cote d’amour dans les années 1960-70 : la PR 516 de Tissot.

Son histoire commence en 1965, avec la volonté pour la marque de proposer un modèle à l’aise « sur la piste, dans les airs, sous l’eau, partout ! » D’ailleurs, son appellation PR signifie « Particulièrement Robuste » ou « Précision et Résistance », témoignant de la promesse de durabilité et de fiabilité de Tissot. Le numéro 516, quant à lui, renvoie à sa place en tant que 16e modèle de la 5e série de montres étanches de la marque.

Sa robustesse exceptionnelle était garantie par un nouveau mouvement « flottant » et des articulations flexibles en matériaux synthétiques, agissant comme des amortisseurs pour offrir une résistance accrue. La PR516 se distingue aussi par son bracelet GT innovant ou le bracelet classique en acier 707 ajouré, conçus par le designer suisse Lucien Gurtner, marquant une révolution dans le design horloger de l’époque.

Trois ans après la première sortie de la PR516, en 1968, Tissot en dévoile une nouvelle version encore plus sportive. Un chronographe idéal pour « chronométrer un discours, une course, mesurer un rendement ou indiquer l’heure exacte ». Outre l’ajout de boutons poussoirs sur le boîtier, le cadran s’enrichit de nouvelles indications, avec une échelle tachymétrique sur le pourtour. C’est bien cette version qui a inspiré les équipes créatives de Tissot pour redonner vie à la PR516 aujourd’hui.

La première Tissot PR516 de 1965 et le chrono de 1970
Tissot PR516 des années 1960-70

Mécanique ou quartz, à quoi ressemble la nouvelle PR516 de Tissot ?

Avec le chronographe PRS 516, sorti en 2021, Tissot avait déjà (re)mis en lumière son modèle inspiré par l’univers automobile. Mais aujourd’hui, la marque veut aller encore plus loin en réinterprétant ce modèle très apprécié : un chronographe mécanique et trois montres à quartz viennent relancer la collection PR516.

Puisqu’on ne change pas une formule qui marche, le design de ces nouvelles références reste très proche de celui d’antan. L’esprit sportif vintage est au rendez-vous, avec ce boîtier en acier (41 mm de diamètre pour le chrono mécanique, 40 mm pour le quartz), surmonté par une glace saphir de type glassbox.

Sur le cadran (noir ou bleu), les trois compteurs permettent un chronométrage classique, mais leur emplacement varie entre le modèle mécanique et le modèle à quartz, afin de bien les différencier. Comme dans les années 1970, le tachymètre et le pulsomètre s’affichent sur la lunette bicolore revêtue de Super-LumiNova pour garantir une meilleure lisibilité dans l’obscurité.

Pour animer ces différentes versions, la PR516 embarque, au choix, un mouvement quartz G10.212 Powerdrive ou un mouvement chronographe mécanique à remontage manuel Valjoux A05 revu et corrigé, qui offre 68 heures de réserve de marche. Ce dernier peut être admiré à travers le fond transparent du boîtier, tandis que les modèles à quartz se parent d’un fond gravé d’un volant de voiture de sport.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Sans grande originalité, mais avec une réelle efficacité, Tissot redonne vie à un modèle qui plaira aux amateurs de montres sportives. Proposées entre 545 et 595€, les variantes à quartz constituent une belle porte d’entrée, mais les puristes n’auront sans doute d’yeux que pour le chronographe mécanique, vendu lui au prix de 1975€.

1 commentaire

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *