Horlogerie de luxe : quelles tendances actuelles ?

Montre mono-aiguille et os de dinosaure : il y en a pour tous les goûts !

Cette année 2015 a définitivement vu s’imposer de nouvelles tendances en termes d’horlogerie de luxe. Que ce soit au niveau des matières exploitées, des fonctionnalités ou de l’esthétique générale, les horlogers ont su satisfaire au mieux les amateurs de montres sans se laisser détrôner par l’arrivée fracassante des montres connectées. Révisons ensemble ce qui se fait de nouveau en matière d’horlogerie.

La montre mono-aiguille

La maison MeisterSinger, spécialisée dans la montre dite mono-aiguille, a su construire sa renommée mondiale depuis sa création en 2001 par la performance technique consacrée à chacun de ses produits. Cette notoriété n’a fait que de s’étendre à la sortie l’an dernier de sa Salthora Meta renouant avec l’essentiel : l’heure ! La seule aiguille y indique les minutes et un guichet rond est mis en évidence pour y afficher l’heure par un saut vif et précis. Cette technologie n’est certes pas nouvelle, elle date des années 1920, mais renoue avec des traditions anciennes qui raviront les amoureux du genre.

La montre vintage

On reste aussi dans le traditionnel chez Corum avec sa collection Heritage qui retravaille les méthodes anciennes des plumassiers en incorporant dans ses modèles la délicatesse et le flamboiement de la plume de paon ou de geai bleu.

Pour la maison Lip, c’est un retour à une esthétique phare des années 1970 : le déménagement de la marque à Besançon, sa ville d’origine, va de pair avec ses aspirations actuelles de redéfinition de ses traditions. Ces dernières années, la maison a en effet orienté ses productions vers des modèles d’entrée de gamme et veut aujourd’hui renouer avec le monde de l’horlogerie-bijouterie. À l’instar de notre partenaire, vous pourrez trouver la plupart de ses modèles emblématiques sur le site de Chrono24.fr.

L’audace des matières

Quand l’horloger Poiray en collaboration avec la créatrice Alexandra Margnat lance sa montre Ma Première au bracelet en acier interchangeable, les Ateliers Louis Moinet préfèrent incorporer à leurs produits un… os de dinosaure ! Vieux de quelque 150 millions d’années, ce fragment d’os est extrait du fossile d’un dinosaure proche du diplodocus, retrouvé en Amérique du Nord. Il s’agit d’une innovation qui ne satisfera qu’une douzaine d’acquéreurs mais qui permettra à la marque de s’implanter par sa singularité.

Partager