Essai Citroën C5 Aircross 2022 : un restylage qui a du bon

Décidément, 2022 est une année chargée pour Citroën ! Après avoir lancé sa berline C5X, que nous avons essayée récemment, le constructeur aux chevronsnous a permis de découvrir son SUV C5 Aircross restylé, dont les traits avaient été dévoilés en début d’année.

Rendez-vous est pris dans le sud de la France, autour de Nice, pour essayer ce nouveau Citroën C5 Aircross 2022, dans sa déclinaison Hybrid 225 ch. Best seller du constructeur depuis son lancement, il devenait nécessaire pour Citroën de donner un coup de jeune visuel à son SUV compact, pour harmoniser l’ensemble de la gamme.

Un coup de frais réussi

Alors qu’il n’est sorti que fin 2018 en Europe (et un an plus tôt en Chine), c’est donc déjà l’heure du restylage pour ce C5 Aircross, avec une attention particulière pour la face avant, totalement revue, et quelques touches légères à l’arrière. Le C5 Aircross adopte des lignes plus tendues du reste de la gamme, avec des feux qui dessinent des chevrons latéraux comme les C4 et C5X.

A l’arrière, c’est sa signature lumineuse qui évolue avec l’adoption de feux à effet 3D, un peu à l’image de ce que proposait le constructeur avec son C4 Spacetourer.

Pour le reste, sa longueur de 4,50 mètres ne change pas, le plaçant pile au cœur de gamme des SUV compacts. Avec plus de 2000 unités vendues chaque mois en France, dont 45% en hybride rechargeable, c’est un modèle d’une importance capitale pour le constructeur, et Citroën n’a pas lésiné sur les moyens pour le maintenir au goût du jour.

Le C5 Aircross donne toujours ce sentiment de « gros » SUV statutaire qui domine largement la route avec sa garde au sol de 23 cm, et ces évolutions visuelles renforcent bien sa personnalité, c’est un restylage plutôt heureux visuellement.

Un habitacle toujours au top

Ses excellentes prestations familiales sont toujours au programme, et son rapport encombrement / habitabilité est toujours aussi bon. C’est un SUV équilibré qui offre de la place à l’avant, pour les passagers arrière, mais aussi un coffre tout à fait correct.

Avec ce restylage, le C5 Aircross aurait pu faire un bond dans la modernité, mais son nouvel écran central tactile de 10 pouces n’est pas équipé du dernier système d’infodivertissment du groupe. Il reste néanmoins correct sauf quelques lenteurs, et toujours compatible CarPlay et Android Auto.

L’écran en profite d’ailleurs pour changer de position et remonte, le rendant à la fois plus lisible et plus facile à manipuler, les aérateurs migrant en dessous pour libérer l’espace. En parlant de technologie, le système de vision à 360° est toujours aussi mauvais, puisque basé sur 2 caméras seulement, avec une résolution digne du début des années 2000. Ce n’est certes pas un critère majeur d’achat pour les clients du C5 Aircross, mais on aurait aimé un petit effort.

Devant le conducteur, le volant multifonction reste le même, simple et efficace, tout comme le combiné numérique de 12,3 pouces qui est lisible et personnalisable à souhaits.

C’est surtout une fois assis que la donne change, le C5 Aircross recevant les nouveaux sièges Advanced Comfort que le constructeur déploie progressivement sur sa gamme. Avec leur mousse haute densité, couplée à la suspension à butée hydraulique sur laquelle nous reviendrons, ce SUV Citroën offre un confort supérieur à la majorité de ses concurrents. Sur notre finition Shine Pack, les sièges en cuir grainé noir, avec surpiqûres bleues sont du plus bel effet, en plus de proposer un confort royal.

Les habillages de l’habitacle évoluent également pour proposer sur notre finition Shine Pack, la plus haute dans la gamme, un intérieur noir texturé avec de jolies surpiqûres bleues, pour rappeler les sièges.

Ce C5 Aircross étrenne une nouvelle console centrale avec le sélecteur de vitesse type levier comme on peut le retrouver sur les derniers modèles. En plus de prendre moins de place, il est pratique et élégant. 2 ports USB sont présents ainsi que la recharge par induction qui accepte de très gros smartphones.

A l’arrière, c’est toujours l’espace et le confort qui priment avec une banquette composée de 3 sièges indépendants et coulissants sur 15 cm de même largeur, avec 2 isofix aux extrémités, et un espace aux coudes parmi les meilleurs de la catégorie.

Là encore, le confort est au rendez vous et 3 personnes peuvent voyager à l’arriere, y compris sur de longues distances. Ils devront par contre se battre pour utiliser le seul port USB disponible à l’arrière !

Le coffre enfin propose toujours une capacité de 460l sur notre version hybride rechargeable, un peu réduite à cause de la présence des batteries sous la banquette et sous le coffre ; une trappe permettant néanmoins de ranger les câbles pour ne pas perdre de place de chargement supplémentaire. Le volume monte même à 600 litres une fois les 3 sièges arrière avancés au maximum.

Notre version d’essai était équipée du hayon électrique, toujours pratique quand on est chargé.

Une conduite dans le feutré

Sous le capot, rien ne change et c’est toujours un moteur hybride rechargeable de 225 ch cumulés qui chapeaute la gamme, un ensemble comprenant un moteur essence puretech de 180 ch et un moteur électrique de 110 ch, situé au niveau de la boite de vitesse. L’ensemble développe un couple cumulé de 360 Nm, distribué uniquement sur les roues avant.

Si on avait pu grogner un peu lors de notre essai initial sur la motorisation de ce C5, il est temps de faire amende honorable et de reconnaître que sans être parfait, elle correspond totalement à l’esprit pratique et familial du SUV Citroën.

Les performances ne sont pas certes ébouriffantes, mais le couple correct de 360 Nm permet des démarrages et des reprises honorables, ainsi que des dépassements sur nationale ou autoroute en toute sécurité.

Mais ce C5 Aircross s’apprécie en définitive encore mieux quand il est uniquement animé par le moteur électrique de 110 ch, qui dispose à lui seul de 320 Nm de couple. Les accélérations sont suffisantes même hors agglomération, et on évolue tout en douceur et dans le silence. Mais ce n’est pas son seul atout sur la route, et ses suspensions à butées hydrauliques qu’il a inauguré, proposent une filtration des imperfections de la chaussée qui est bluffante. Qu’il s’agisse de pavés, nids de poules ou autres petits cadeaux sur la route, elle vous préserve le dos et assure toujours un confort parfait.

Il n’y a d’ailleurs pas que les suspensions, puisque le vitrage feuilleté à l’avant participe à nous isoler phoniquement de l’extérieur.

Sur la route donc, comme la version précédente, le C5 Aircross n’est pas le plus dynamique, la faute à un poids important, mais aussi au calibrage « confort » de la suspension. Si sa tenue de route est bonne, quelques mouvements de caisse à haute vitesse sur des appuis secs viendront vous rappeler que vous êtes au volant d’un lourd SUV familial, pas d’une petite sportive.

Lors de notre court essai autour de Nice, nous avons eu l’occasion d’évoluer sur tous types de parcours, et nous avons retrouvé les sensations du C5 Aircross que nous connaissons bien. Hyper agréable à mener, proposant un confort sans faille, avec des transitions thermique-électrique difficilement perceptibles qui rendent le tout très fluide.

Citroën n’a pas changé les aides à la conduite disponibles sur son SUV, avec comme principale fonctionnalité, la conduite autonome de niveau 2, avec un régulateur adaptatif et un maintien actif dans la voie de circulation.

Qui a dit que le C5 Aircross consommait ?

Quand on pèse 1,8 tonnes avec un faciès aussi vertical, on pourrait penser que la consommation est le talon d’Achille du C5 Aircross. Notre journée d’essai à bord nous a menés sur les hauteurs de Nice et de Grasse, avec un parcours vallonné et sinueux, où l’agrément du SUV français a été surprenant. 

Malgré les conditions défavorables liées au dénivelé, nous avons consommé tout rond 5l/100km sur un trajet total de 125 km, ainsi que 90% de la batterie environ. Ce qui est remarquable, et explique cette consommation basse, ce sont les 57% du trajet effectués en tout électrique, soit plus de 70 km, grâce au système régénératif qui fonctionne à plein en descente et lors des freinages.

C’est mieux que la moyenne de 6,2l que nous avions trouvé lors de l’essai de la phase 1, qui, il est vrai, comportait plus d’autoroute et surtout, une température extérieure moins clémente.

Concernant l’autonomie en tout électrique, nous n’avons pas eu le temps de la tester sérieusement. Néanmoins, lors de notre essai précédent, nous avions réussi à atteindre 42 km avant que le moteur thermique ne redémarre. C’est moins que les 59 km WLTP théoriques, mais au final, compte tenu de la température de 10° à l’époque de l’essai, c’est un score plutôt correct compte tenu de sa batterie de 13,2 kWh.

Il ne reste au C5 Aircross que deux faiblesses, inhérentes à presque tous les hybrides rechargeables : tout d’abord la consommation sur autoroute, où seul le moteur thermique fonctionne la majorité du temps – nous étions autour de 8l/100km – impliquant de s’arrêter tous les 500 km avec son réservoir de 43l.

Ensuite, un PHEV ne donne son plein potentiel que lorsqu’il est rechargé régulièrement, pour évoluer sur l’électrique la majorité du temps, tout en ayant recours ponctuellement au thermique pour les longs trajets. Citroën a d’ailleurs prévu des initiatives d’ici la fin de l’année en ce sens pour encourager ses conducteurs à adopter les bons réflexes.

Notre avis sur le Citroën C5 Aircross Hybrid 225 ch

Après quelques heures en sa compagnie, le sentiment que nous avions eu avec la phase 1 se confirme. Le C5 Aircross, particulièrement dans cette configuration hybride rechargeable, est probablement l’un des meilleurs SUV compacts familiaux actuellement disponible. Attention, il est loin d’être parfait avec son info-divertissement et ses caméras 360 d’un autre temps, ou encore ces 225 ch qu’on cherche parfois, même si les performances sont suffisantes.

Mais avec son confort du segment supérieur, son habilité aux places arrières excellente, sa modularité grâce aux 3 sièges indépendants, son coffre de monospace et sa douceur général, le C5 Aircross est l’illustration du compromis, et livre une copie vraiment cohérente et surtout adaptée à une vraie clientèle, qui d’ailleurs ne s’y trompe pas, puisque la phase 1 a été écoulée à plus de 350 000 exemplaires dans le monde depuis son lancement.

Proposée à 47 250 euros dans cette finition la plus haut de gamme Shine Pack (avec un bonus de 1000€ à déduire), ce SUV familial n’est pas donné, mais cette fois, on a au moins le sentiment d’en avoir pour son argent comparé à la concurrence qui peine parfois à proposer des SUV hybrides rechargeables aussi cohérents que ce C5 Aircross.

Vincent

Sur Masculin, je vous parle de rhum, et parfois d'autres spiritueux que l'on déguste ensemble. Je vous parle aussi de voitures avec des essais réguliers !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.