Critique Morbius : du sang et des larmes

Après de multiples reports, Morbius arrive enfin au cinéma ce 30 mars 2022. Faut-il s’en réjouir ? Rien n’est moins sûr… En tout cas, après les deux films consacrés à Venom et le succès international de No Way Home, Sony essaie ici de prolonger l’espérance de sa nouvelle poule aux oeufs d’or : le Spider-Verse.

Va-t-on avoir droit à un nouveau personnage récurrent avec Jared Leto dans la peau du Dr Morbius ? Premiers éléments de réponse dans notre critique.

Un nouveau venu dans le Spider-Man Universe de Sony

Affiche Morbius

Après le carton de Spider-Man: No Way Home au box office (plus de 7,3 millions d’entrées et 1,6 milliard de dollars dans le monde), Sony avait de quoi se frotter les mains : l’homme araignée plaît encore aux fans et a encore une raison d’être au cinéma.

Pourtant, on finissait par en douter avec cette troisième trilogie (!) et deux épisodes destinés à Venom qui, s’ils ont récolté leur lot de billets verts, ont été loin de faire l’unanimité. Face au succès des Avengers Marvel, Sony cherche par tous les moyens à faire fructifier ses droits liés à l’amie Spider-Man et la présence de Doctor Strange à l’affiche de No Way Home peut aujourd’hui être considéré comme un coup marketing génial.

Puisque la recette semble fonctionner chez les petits camarades de Disney et DC Comics, Sony la reprend donc à son compte en introduisant un nouveau personnage dans son univers : le docteur Morbius.

Prix Nobel de chimie, celui-ci découvre qu’il est atteint d’une rare maladie du sang. Lorsqu’il pense avoir trouvé le remède, il décide de sauver toutes les personnes souffrant de cette même pathologique. Mais comme vous pouvez vous en douter, tout ne se passera pas aussi bien que prévu et notre cher médecin-vampire doit non seulement affronter le mal qui le ronge… mais aussi son ex-meilleur ami.

Notre avis sur Morbius

« J’étais mourant et me voilà plus vivant que jamais. » Ou encore : « Accepte d’être celui que tu es désormais : LE MECHANT. » Les dialogues aperçus dans les premières bandes-annonces de Morbius ne nous incitaient déjà guère à l’optimisme. Les multiples images nous présentant un Jared Leto aux cheveux aussi longs que ses dents sont pointues non plus… Aujourd’hui, force est de constater que ces craintes étaient justifiées

A trop vouloir rendre les anti-héros voire les vilains sympathiques (Venom donc, mais aussi Deadpool ou les fous furieux de Suicide Squad par exemple, avec un certain… Jared Leto) afin de faire des divertissements tous publics, les studios ruinent complètement ces personnages. Pourtant, sans être très originale, l’histoire de Michael Morbius aurait pu donner lieu à une oeuvre sombre, complexe, torturée… Il n’en est rien ici et on se retrouve avec un enchaînement de scènes certes spectaculaires, mais souvent confuses et visuellement assez moches.

Si les blockbusters et films de super-héros sont généralement l’occasion de poser son cerveau pendant 2h, ce Morbius ne parvient même pas à nous faire passer du bon temps (alors qu’il dure tout juste 1h45 !). Et le pire dans tout ça, c’est que si Sony parvient à le rentabiliser, on risque bien de le voir revenir au cinéma… Plutôt que du sang, voilà qui nous donne envie de verser des larmes.

Venom ne nous avait pas convaincus et passe néanmoins pour un excellent divertissement à côté de ce Morbius. Pourtant, on aime bien Jared Leto…

Notre note : ⭐ ★ ★ ★ ★

Morbius
Film de Daniel Espinosa
Avec Jared Leto, Matt Smith, Adria Arjona, Tyrese Gibson, Jared Harris, Michael Keaton…
Durée : 1h45
Sortie le 30 mars 2022


© 2022 CTMG, Inc. All Rights Reserved

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !

Réagir à cet article