Le whisky : bouquet d’arômes et de plaisirs

Âpre ou velouté, un délice pour le palais

Le vin n'est pas seul au panthéon de la dégustation. Subtil et raffiné, le whisky (ou whiskey) est un élixir velouté qui s'adresse aux hommes de goût. Une poésie d'arômes à déguster avec modération.


Whisky : à l'origine, un médicament ?
Les amateurs de whisky se déchirent sur l'origine de cette eau-de-vie : Écosse ou Irlande, une bataille d'expert. Ce que nous savons aujourd'hui, c'est que cet élixir est apparu au XVème siècle dans la communauté ecclésiastique. Des moines distillaient le précieux breuvage à partir de plusieurs céréales : orge, blé, seigle et avoine. Les propriétés médicinales alors prêtées au whisky étaient autant appréciées que ses vertus gustatives. Un proverbe irlandais dit d’ailleurs : « Ce que le whisky ne peut soigner est incurable ». La longue histoire du whisky a façonné son goût, à l'image de celle du vin.

Bouquet d'arômes : malté, fruité, boisé…
Distillé à grande échelle à partir du XIXème siècle, le whisky s'est transformé en véritable « laboratoire du goût ». Comme le vin de dégustation, cette eau-de-vie aime vieillir : trois ans minimum pour mériter l'appellation « whisky ». Les céréales utilisées, les procédés de distillation et l'origine géographique donnent à cette boisson autant de nuances, subtiles et complexes. Et s'il est difficile de classer l'élixir, on peut le regrouper au sein de familles d'arômes.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé – A consommer avec modération

L'orge maltée : noblesse oblige
Whiskys « purs » : les whiskys écossais (scotchs) et irlandais sont distillés à partir d'orge maltée (germée). Les experts les considèrent comme des breuvages de dégustation, très raffinés. 

Whiskys issus de plusieurs céréales : les Bourbon, Straight Rye et Straight Tennessee sont fabriqués à partir de maïs et de seigle, aux Etats-Unis et au Canada. Ils sont considérés comme moins nobles de texture et de goût.

Choisir son whisky : test et dégustation
Comment choisir un whisky ? Il faut parcourir l'univers subtil des parfums pour se faire une idée. 
Les whiskys irlandais ont généralement un arôme boisé et moins agressif que les écossais.
Exemple : le Jameson 12 ans d'âge. Prix : 30 à 40 euros.
Les whiskys écossais sont plus âpres, avec un arôme de fumet prononcé. En d'autres termes, plus virils et plus « masculins ».
Exemple : le Dalwhinnie 15 ans d'âge. Prix : 30 à 40 euros.
Les Bourbon et whiskys américains se prêtent moins à la dégustation selon les experts. Mais là encore, c'est une question d'affinité.
Exemple : le Blanton's original. Prix : 40 à 50 euros. 


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé – A consommer avec modération
Partager