Dormir moins de 6 heures par nuit peut vous faire prendre jusqu’à 1kg par semaine !

Dormir seulement cinq heures par nuit pendant une semaine et avoir un accès illimité à de la nourriture, a fait prendre du poids aux participants d’une étude dont les résultats ont été publiés aux Etats-Unis. Quelle surprise…

Des recherches avaient déjà montré qu’un manque de sommeil pouvait entraîner un gain de poids mais sans que les effets sur le métabolisme en soient bien déterminées, relèvent les auteurs.

Quelle tenue portez-vous au moment de passer au lit ? Si vous hésitez encore entre le pyjama en coton, le caleçon ou la nudité pour passer de confortables nuits, vous allez voir qu'il y a de bonnes r...Lire la suite

Manger pour compenser

Dans cette étude parue dans les Comptes-rendus de l’Académie américaines des sciences (PNAS), les chercheurs montrent que le fait de rester éveillé plus longtemps requiert plus d’énergie, conduisant à manger davantage.

« Le fait de dormir moins n’est pas en soi ce qui fait grossir », estime Kenneth Wright, directeur du Laboratoire du sommeil et de chronobiologie à l’université du Colorado à Boulder (Colorado, ouest), qui a dirigé ces travaux.

« Mais quand on ne dort pas assez on a tendance à manger plus que nécessaire pour compenser« , a-t-il expliqué.

Les chercheurs ont également observé que le choix des aliments durant ces périodes de privation de sommeil tend à se porter sur des options plus caloriques, souvent riches en sucres et en graisses, ce qui accentue davantage le risque de prise de poids. Cette tendance à opter pour des aliments réconfortants et caloriques en période de fatigue est un comportement courant, suggérant un lien complexe entre le sommeil, la régulation de l’appétit, et les préférences alimentaires.

Manger

6% de calories supplémentaires ingurgitées

Pour cette recherche, les scientifiques ont suivi 16 jeunes hommes et femmes en bonne santé qui ont vécu pendant deux semaines à l’hôpital universitaire du Colorado.

Leur consommation d’énergie a été calculée en mesurant les quantités d’oxygène respirées et de dioxyde de carbone (CO2) expirées. Pendant les cinq premiers jours, la moitié des participants ne pouvait dormir que cinq heures par nuit, tandis que l’autre groupe avait une nuit normale de huit ou neuf heures. À la fin de cette période, ils ont permuté pour mener la même expérience cinq jours de plus.

Un aspect notable de cette étude était la liberté alimentaire accordée aux participants : tous avaient accès à des repas copieux et à des en-cas à tout moment, comme des fruits, des yaourts, des chips et de la glace.

Les résultats ont été révélateurs : en moyenne, ceux qui ne dormaient que cinq heures par nuit brûlaient 5% d’énergie supplémentaire comparativement au groupe dormant jusqu’à neuf heures, mais ils ont aussi consommé plus de nourriture, correspondant à 6% de plus de calories.

Un kilo en plus sur la balance

©Andres Ayrton – Pexels

Intéressant à noter, ceux qui étaient limités à cinq heures de sommeil par nuit présentaient une modification significative de leurs habitudes alimentaires. Ils avaient tendance à consommer moins au petit-déjeuner, mais compensaient par une consommation accrue d’en-cas en soirée. Cette augmentation des grignotages nocturnes représentait une quantité de calories supérieure à celle ingérée lors de n’importe quel autre repas de la journée. Ce modèle montre une redistribution des apports caloriques, privilégiant les heures tardives, ce qui pourrait avoir des implications majeures sur le métabolisme et la gestion du poids.

Par ailleurs, les auteurs de l’étude ont également constaté que femmes et hommes répondaient différemment. En conditions de sommeil normal, les hommes participants ont montré une légère tendance à la prise de poids, tandis que les femmes ont généralement maintenu leur poids initial. Cependant, lorsque le temps de sommeil était réduit à cinq heures, tant les hommes que les femmes ont enregistré une prise de poids d’environ un kilo. Cette découverte est particulièrement significative, car elle suggère que le manque de sommeil affecte les hommes et les femmes de manière similaire en termes de prise de poids, bien que leurs réactions métaboliques puissent différer en temps normal.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Cette étude démontre clairement que le manque de sommeil peut avoir des répercussions significatives sur notre poids, modifiant nos habitudes alimentaires et nos choix nutritionnels. Que ce soit en augmentant notre consommation calorique ou en influençant nos préférences pour des aliments plus riches et plus réconfortants, dormir moins de six heures par nuit peut insidieusement contribuer à une prise de poids.