Qui sont les meilleurs traders Français ?

Entre rêver de gagner des millions au trading et y arriver pour de vrai, la réalité peut être décevante pour beaucoup de traders. Pourtant, il en existe des traders en ligne qui ont réussi cet exploit et parfois même en un temps record. Si les plus célèbres traders au monde ne sont pas français, il en existe quand même qui aux yeux des traders français sont des exemples à suivre en raison de leurs exploits. Nous allons donc dans cet article vous présenter ceux qui sont considérés comme les meilleurs traders de France. 

Pierre Andurand

À la tête de Andurand Capital, Pierre Andurand est un trader français qui s’est spécialisé dans le pétrole. Son fonds d’investissement fut le tout premier à avoir anticipé la chute du cours de l’or noir en février 2020. 

Une intuition gagnante

Profitant de la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19, Pierre Andurand avait, bien avant que les compagnies aériennes ne subissent de plein fouet la crise, entrevu la baisse de la valeur du pétrole et en avait même fait cas sur les réseaux sociaux. 

En effet, le trader avait twitté en annonçant un probable prix négatif. Fait qui s’est confirmé peu après, puisque le prix du baril du pétrole est passé en dessous de 0 dollar. Des prédictions qui ont permis à Pierre Durand de réaliser une sublime performance à trois chiffres. 

Un fonds qui s’en sort en pleine crise 

Il convient donc de retenir qu’au moment où la crise du coronavirus faisait courber l’échine à plusieurs entreprises, Andurand Capital a su en profiter pour accroître son capital à plus de 800 millions de dollars. Une percée en bourse qui a permis à la Andurand Capital de figurer parmi les 11 meilleures entreprises de la période de pleine crise, selon un classement Bloomberg. 

Son parcours 

Pierre Andurand, c’est aussi un passage à la Bank of America puis à Vitol entre 2000 et 2003. Avant cela, il s’était fait recruter par Goldman Sachs. C’est à partir de 2007 qu’il décide de lancer son propre fonds spéculatif. Andurand Capital naît officiellement en 2010. 

Sylvain Duport

S’il a remporté deux trophées Capital de la Bourse (2004 et 2005), c’est surtout pour avoir réalisé un bénéfice de 8400 %. C’est aussi cela qui lui a valu son surnom de Monsieur 8 000 %. 

Si les chiffres réalisés par le trader français peuvent faire des envieux, il y a quand même à tenir compte de sa stratégie de trading. En effet, Sylvain Duport fait du day trading couplé à une stratégie basée sur la coupe des positions. 

Lorsqu’il prend une position qui semble ne pas vouloir aller dans le sens souhaité ou que le marché est hésitant, il ferme sa position et cherche une nouvelle entrée. Par conséquent, il réalise très peu de pertes, mais aussi peu de trades gagnants. 

Des gains sur peu de trades

Si l’on s’en tient aux chiffres publiés dans le livre « Confidences d’un trader » qui revient sur une année de trading de Duport, il s’avère qu’il n’a pris que 45 trades au total. Dans le lot, 31 étaient gagnants et 8 sont partis en perte. 

Mais ce qui est important à retenir de sa stratégie, c’est que seulement 10 % des trades pris lui ont permis de multiplier son capital de base par 85 en un an. De plus, il est un trader de tendance et veille constamment à sécuriser son capital. 

Après cet exploit, longuement et largement relayé par les médias tels que Le Parisien et Le Monde, Sylvain Duport disait avoir reçu des offres d’emploi de plusieurs banques.

Dominique Chaussé

Dominique Chaussé est un nom qui commence par remonter dans la liste des femmes qui imposent leurs marques dans l’univers de la finance. Bien avant de mettre sur pied son propre fonds spéculatif, elle a géré des fortunes pendant une quinzaine d’années pour les Banques Populaires. 

Sa motivation part du principe selon lequel les hommes et les femmes n’ont pas la même approche pour ce qui est de la gestion de capitaux. C’est donc sur cette base qu’elle va fonder Feminance en 2006. 

Le fonds spéculatif ne gère que des fortunes de femmes, à condition que celles-ci soient capables d’investir un minimum de 50 000 euros. 

L’une des particularités de ce fonds, c’est que les investissements sont réalisés sur la base de la socio-responsabilité. Sa société a deux sièges sociaux. L’un est basé à Paris en France et l’autre à Genève en Suisse. 

Édouard Carmignac

Milliardaire et gestionnaire de fonds spéculatifs, Édouard Carmignac est né en 1947. Bien avant la fondation des fonds qui font aujourd’hui sa renommée, il a eu un parcours qui en dit long sur ses compétences de gestionnaire avisé.

Des débuts prometteurs

Il commence sa carrière dans le milieu de la finance en 1972. Au sein de la Blyth Eastman Dillon, une banque américaine basée à New York aux États-Unis. Il va passer deux années en tant qu’analyste financier, un poste où il dit avoir appris la gestion du risque. Il quitte ensuite cette banque pour travailler au sein de BNP Paribas.

Il va y travailler une année durant, c’est-à-dire de 1975 à 1976. Si en 1977 il devient sous-directeur de la Banque de la Société Financière Européenne, il a fallu attendre 1984 pour le voir fonder son premier fonds.

Son premier fonds de gestion

Son tout premier fonds est une filiale de la charge d’agent de change Hamant & Cie. La société porte le nom de Pyramide Gestion. Mais en 1989, un événement va littéralement bouleverser les choses en faveur de Édouard Carmignac.

La profession d’agent de change disparaît au profit des sociétés de bourse. C’est ainsi que l’homme d’affaires va prendre la décision de quitter son ancien poste à Hamant & Cie, pour fonder avec Éric Helderié le fonds Carmignac Gestion. Il s’agit d’un OPCVM.

Une gestion de risque payante

Carmignac Gestion se fait remarquer dès ses débuts sur le territoire français, notamment grâce à sa gestion du risque. C’est une stratégie qui s’est avérée payante surtout au cours de la crise économique de 2008. À cette époque, les encours du fonds dépassaient déjà les 50 milliards d’euros.

Si au départ il n’y avait que quatre fonds qui étaient proposés aux Français, à partir de 2001 ce nombre est passé à 11, permettant ainsi aux investisseurs de diversifier leurs capitaux. Ce n’est pas tout puisque Carmignac Gestion s’est aussi imposé à l’étranger. Le fonds est présent dans au moins 16 pays.