Qui est Gérald Genta, le designer qui a cassé les codes de la montre de luxe ?

Son nom n’est pas forcément connu du grand public. Pourtant, Gérald Genta est l’un des designers horlogers les plus emblématiques du 20e siècle. C’est à lui que l’on doit des montres aussi cultes que la Nautilus de Patek Philippe et la Royal Oak d’Audermard Piguet. Mais l’homme est aussi connu pour avoir cassé les codes de l’horlogerie de luxe traditionnelle avec un certain personnage de dessin animé.

Alors que LVMH a annoncé la renaissance de la marque qui porte son nom, nous avons donc voulu (re)partir à la découverte de l’oeuvre de Gérald Genta.

Rado True Square Thinline Les Couleurs™ Le Corbusier

Incontournables à la fin des années 2000 et devenues ringardes tout aussi rapidement au début des années 2010, les montres en céramique semblent avoir aujourd'hui une nouvelle cote d'amour (et pas se...Lire la suite

Gérald Genta est-il le plus grand designer horloger du 20e siècle ?

Gérald Charles Genta voit le jour le 1er mai 1931 à Genève. D7s sa plus tendre enfance, il laisse parler son côté artistique en réalisant de petits portraits et des dessins en tous genres. Fasciné par la mode, il rêve secrètement de devenir designer ou styliste… Et si, étant issu d’une famille modeste, il a dû se mettre au travail assez jeune, il n’a jamais perdu de vue cet objectif.

Gérald Genta en 1996 – (c) geraldgenta-heritage.com
Gérald Genta en 1996

La Polerouter, icône technique ET esthétique

Il se lance alors dans des études en joaillerie et décroche son diplôme de bijoutier et d’orfèvre en 1951, à l’âge de 20 ans. C’est là qu’il découvre comment les métaux et pierres précieuses peuvent donner naissance à des créations d’exception. Pourtant, l’histoire raconte qu’un jour, lassé de fabriquer encore et toujours les mêmes bracelets, il ose créer un modèle complètement différent. Une audace qui n’est pas du tout du goût de son employeur. Frustré, Gérald Genta décide de quitter cette entreprise immédiatement, jette son travail au fond du Rhône, se jurant qu’il n’aurait plus jamais de patron !

Il hésite alors à se lancer pour de bon dans le monde de la mode. Mais Genève n’est pas Paris et plutôt que le prêt-à-porter, il se lance pour de bon dans le monde de l’horlogerie. Mais bien avant de créer sa propre entreprise, il commence à dessiner des montres pour le compte de marques déjà établies.

Dès 1954, sa Polerouter, créée pour le compte de la maison Universal Genève à la demande de la compagnie aérienne SAS, rencontre un grand succès. Animée par le Calibre 215 révolutionnaire pour l’époque, cette montre est aujourd’hui considérée comme l’un des modèles les plus emblématiques du milieu du 20e siècle.

La Polerouter, dessinée pour Universal Genève
La Polerouter, dessinée pour Universal Genève

Omega, Audemars-Piguet, Patek, Cartier : des montres cultes pour les plus grandes marques

Pourtant, plus que la technique horlogère, c’est bien le design qui passionne Gérald Genta. Sa Polerouter lui sert de source d’inspiration pour dessiner la Constellation d’Omega en 1959. Sobre, élégante, intemporelle, cette montre est aussi devenue une icone. Mais l’homme veut s’affirmer davantage, créer des pièces plus innovantes, à l’identité plus affirmée.

Son oeuvre prend une dimension supplémentaire dans les années soixante-dix, alors même que le secteur est durement touché par la crise du quartz. C’est ainsi qu’il casse une première fois les codes en dessinant la Royal Oak d’Audemars Piguet en 1972. Une montre classique en apparence, mais qui se distingue par son bracelet parfaitement intégré, sa lunette octogonale et ses 8 vis sur ladite lunette.

Quatre ans plus tard, en 1976, Gérald Genta adapte sa formule gagnante pour Patek Philippe, en concevant la Nautilus, une montre de sport en acier classique, mais qui finira par devenir l’un des modèles les plus appréciés des collectionneurs.

Ebauche de la Nautilus de Patek Philippe
Dessin de la Patek Philippe Nautilus

Ces deux garde-temps ont certes marqué l’histoire horlogère moderne, mais ne suffisent pas à résumer l’oeuvre du designer. Parmi ses autres créations, on peut encore citer l’Ingenieur d’IWC ou la montre Bulgari Bulgari, créée pour la maison italienne, avec son boîtier inspiré des pièces de monnaie romaine et gravé deux fois du nom de la marque (d’où le nom de ce modèle). Puis, dans les années 1980, c’est la Pasha de Cartier qui vient encore allonger cette prestigieuse liste.

Mickey, la souris par laquelle le scandale est arrivé

Jusqu’à présent, le travail de Gérald Genta a été pour ainsi dire unanimement salué. Toutes ses créations sont devenues des classiques horlogers, reconnues pour leur élégance intemporelle et leur audace discrète.

Mais parallèlement à ces montres dessinées pour d’autres grandes marques, Genta donne aussi naissance à la maison qui porte son nom en 1969, avec un objectif clair : exprimer pleinement sa créativité. Après de premières références lancées dans les années 1970, c’est au beau milieu des années 1980 que les montres Gérald Genta créent la polémique.

Après un accord passé avec Disney, il dévoile au salon de Bâle 1984 trois montres à l’effigie des personnages de dessin animé : Picsou, Minnie et Mickey ! Une audace qui lui vaut de s’attirer les foudres de ses confrères, qui l’accusent de tourner en dérision le monde de l’horlogerie. Un comble quand on sait que ces montres Disney étaient dotées de complications telles que l’heure sautante ou la minute rétrograde.

D’ailleurs, le public ne semble pas vouloir prendre parti pour Gérald Genta, cette collection peinant à se vendre en boutiques. Difficile à croire quand on voit que la cote de certaines de ces montres Mickey vintage dépasse aujourd’hui 20 000 euros

La marque Gérald Genta n’aura ainsi eu qu’une courte existence, changeant de propriétaire à plusieurs reprises à la fin des années 1990. Disparu en 2011, l’horloger et designer aura marqué de son empreinte le monde de l’horlogerie, à l’image de l’association Gérald Genta Heritage, fondée en 2019.

La Fabrique du Temps relance la marque Gérald Genta

Au début du printemps 2023, en marge de Watches & Wonders et quelques jours après avoir annoncé la renaissance de Daniel Roth, le groupe LVMH et La Fabrique du Temps Louis Vuitton ont annoncé le retour de la marque horlogère Gérald Genta.

Michel Navas et Enrico Barbasini, les deux maîtres horlogers de La Fabrique du Temps, ont tous deux travaillé pour Gérald Genta dans les années 1980. Et alors que ce simple nom a le don de mettre en émoi les amateurs de belles montres et que le groupe LVMH veut renforcer son positionnement sur le marché horloger, la relance de la marque apparaît comme une évidence.

Avant d’envisager de nouvelles collections, c’est dans le cadre de la vente caritative Only Watch que le public va pouvoir découvrir la nouvelle montre signée Gérald Genta. Et puisque cette édition 2023 sera la dixième et qu’elle marque aussi le 100e anniversaire de Disney et les 50 ans de la première montre Gérald Genta, rient d’étonnant à voir cette montre unique arborer la plus célèbre des souris. Digne héritière du modèle de 1984, celle-ci voit le bras de Mickey s’animer pour indiquer les minutes, alors que l’heure sautante apparaît dans un guichet à 3h.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Dotée d’un boîtier octogonal et animée par le calibre manufacture GG-001, cette montre Gérald Genta pourrait être vendue à plus de 500 000 euros selon les premières estimations.

Montre Gérald Genta Mickey Only Watch 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *