12 montres à ne pas manquer à Baselworld 2018

Les plus belles montres du monde sont (encore) au salon horloger de Bâle

Après le Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) au mois de janvier, la Suisse va une nouvelle fois vivre au rythme de l'horlogerie. Mais après Genève, c'est à Bâle qu'ont rendez-vous les plus grandes maisons horlogères, à l'occasion de l'incontournable Baselworld, le Salon Mondial de l'Horlogerie et de la Bijouterie.

Du changement pour Baselworld 2018

Dans un secteur de l'horlogerie en pleine mutation, le cru 2018 de cet événement va arborer un nouveau visage : de 1300 à 1500 exposants en moyenne, le chiffre passe à 700 cette année, tandis que la durée du salon a été ramenée à 6 jours (contre 8 auparavant). Pour autant, cela ne remet pas en cause l'attractivité de Baselworld. Les grands noms de l'horlogerie sont là (Rolex, Seiko, Hamilton, Breitling, TAG Heuer…), mais aussi des marques moins connues du grand public et pourtant aussi prestigieuses ou presque (Junghans, Michel Herbelin, Blancpain, March LA.B…).

Citer ici toutes les montres dignes d'intérêt à Baselworld relève de la mission impossible. Mais, en guise de clin d'oeil aux cadrans de nombreux garde-temps, ce sont 12 modèles que nous avons choisi de vous présenter ici. Et pas forcément ceux que vous attendiez !

Les 12 montres à découvrir à Bâle

Anonimo Epurato

Anonimo est une jeune marque horlogère italienne née en 1998 à Florence. Spécialisée dans les montres de plongée, elle étoffe aujourd'hui sa gamme avec une nouvelle collection baptisée Epurato.

Moins rebelle et plus raffiné que les autres modèles de la marque, ce garde-temps automatique conserve un boîtier en bronze de forme coussin, véritable emblème d'Anonimo. Sous son cadran anthracite soleille, un mouvement Sellita SW200-1 fait vivre la montre, qui se pare d'un bracelet en cuir décoré à la main. Prix : 2990 euros.

Bell & Ross BR03-94 Horolum

Les montres Bell & Ross se reconnaissent toujours au premier coup d'oeil. Notamment en raison de la forme carrée de leur boîtier. La nouvelle BR03-94 Horolum ne déroge pas à la règle. Comme toujours, ce chronographe limité à 500 pièces reste lié à l'univers de l'aviation, d'où le grand souci accordé à la lisibilité de la montre. Ici, le traitement Superluminova est travaillé pour faciliter la lecture de l'heure de jour comme de nuit, la couleur utilisée rappelant la lumière verte utilisée sur les pistes d’atterrissage. Prix : 4990 euros.

Ferdinand Berthoud FB-1R.6-1

Après l'Aiguille d'or reçue en 2016, la Chronométrie Ferdinand Berthoud ne s'est pas reposée sur ses lauriers. Au Baselworld 2018, elle présente son nouveau chronomètre FB-1R.6-1, un modèle au nom barbare inspiré des anciens chronographes de marine.

L'étonnant cadran permet d'admirer les différentes complications de la montre, tandis que le calibre à tourbillon et transmission par chaîne et fusée apparaît au travers du fond en saphir mais aussi de deux hublots latéraux. Même le boîtier, paré de deux brancards en acier, arbore une forme octogonale plus subtile qu'il n'y paraît. Bref, cette nouvelle création de Ferdinand Berthoud est une montre d'exception, une vraie !

Carl Suchy & Söhne Waltz N°1 Squelettée

La marque Carl Suchy & Söhne existe depuis 1822. Pourtant, on ne peut pas dire que la maison autrichienne soit particulièrement connue du grand public. Disparue avec la chute de l'empire austro-hongrois, elle est réapparue en 2017 et affirme son retour en 2018.

Montre iconique de la "marque horlogère impériale", la Waltz se décline dans une nouvelle version squelettée de toute beauté à Bâle. Le cadran ajouré attire immédiatement l'oeil. A 6 heures, le disque rotatif des secondes vous fait entrer dans une subtile danse, son guillochage s'alignant avec celui du cadran une fois par minute. Quand design contemporain et horlogerie traditionnelle se rencontrent de la sorte, difficile de ne pas se laisser emporter !

Frédérique Constant Manufacture Worldtimer

Le vert est une couleur à la mode dans le secteur de l'horlogerie. Après Meistersinger et MB&F, entre autres, Frédérique Constant pare sa nouvelle Manufacture Worldtimer de cette jolie teinte. Pour le reste, cette montre reprend les codes propres à la collection, avec un cadran gravé d'un planisphère ainsi que du nom de 24 villes du monde.

Le compteur date, positionné à 6 heures, ajoute de la complexité à l'ensemble (quitte à surcharger un peu le cadran), tandis que le bracelet en alligator vert et surpiqûres blanches apporte une touche de raffinement intemporel. Prix : 3550 euros.

Ebel Discovery Gent

On vous a dit que le vert était à la mode dans l'horlogerie ? La maison suisse Ebel semble en tout cas partager cet avis, comme en atteste sa nouvelle montre à quartz Discovery Gent. Un garde-temps en acier brossé et poli, typiquement masculin, au design affirmé, classique et intemporel. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Prix : 1450 euros.

Michel Herbelin Newport automatique

En 2018, la collection Newport fête ses 30 années d'existence chez Michel Herbelin. Ce modèle, devenu emblématique de l'atelier d'horlogerie française, a donc droit à une édition spéciale limitée à 500 exemplaires.
On retrouve ici une montre trois aiguilles/date automatique avec les attaches centrales propres à la collection Newport. Le boîtier en acier PVD gris anthracite a un diamètre de 41mm entoure un cadran noir sportif, chic et épuré. Le bracelet en caoutchouc FKM ajoute une dose de sportivité à l'ensemble. Prix : 1250 euros.

Junghans FORM A

Un boîtier en acier poli de 39,3mm, un cadran de couleur taupe ou anthracite, trois aiguilles, des index bâtons, un guichet date à 3 heures. Le minimalisme à la sauce Junghans, ça a du bon ! L'aspect concave du cadran allié à la minuterie gaufrée et carrée donne lieu à un effet de tridimensionnalité que l'on ne remarque pas au premier coup d'oeil mais qui est pourtant bien là !

Le mouvement automatique J800.2, avec sa réserve de marche de 38 heures, peut être admiré depuis le fond transparent. Pour varier les styles, la FORM A peut se parer d'un bracelet en cuir taupe ou en maille milanaise. Et dans les deux cas, c'est une réussite ! Prix : 840 euros.

Maurice Lacroix Aikon Automatic Skeleton

Les cadrans ajourés laissant apparaître de multiples complications ont toujours quelque chose de fascinant. Chez Maurice Lacroix, les montres squelettées font carrément partie de l'ADN de la maison suisse.

Ainsi, cette nouvelle Aikon Automatique Squelette abrite le calibre manufacture ML234, au coeur d'un généreux boîtier en acier satiné et poli de 45mm (et seulement 13mm d'épaisseur). Structuré par 5 cercles concentriques, qui traversent la montre de part en part, le mouvement allie précision horlogère et design contemporain.

Mido Datometer

En 2018, Mido fête son centième anniversaire. Un siècle d'existence que la marque se doit de célébrer dignement. Notamment en revisitant ses modèles phares, à l'image de la Multifort Datometer, lancée en 1939.
Produit en 1918 exemplaires, le nouveau modèle présenté à Bâle abrite le calibre 80 qui offre jusqu'à 80 heures de marche. Son boîtier acier satiné et poli bénéficie d'un traitement PVD or rose qui lui confère un look rétro.

Sur le cadran, lui aussi d'apparence vintage, on note la présente d'une "pointer date" (très courante chez Oris par exemple), c'est-à-dire qu'une aiguille surmontée d'un croissant permet d'indiquer la date. Le bracelet en cuir de veau véritable brun se distingue par son aspect naturel. De quoi faire de cette Datometer une montre authentique, digne représentante d'une marque centenaire. Prix : 979 euros.

Schwarz-Etienne Roswell 08

Lancée en 2015, la montre Roswell est immédiatement devenue incontournable au catalogue Schwarz Etienne. Pour Baselworld, la manufacture horlogère propose une réinterprétation de ce modèle (déjà) iconique : baptisée Roswell 08, cette nouvelle montre offre un design atypique et une lecture de la date revue et corrigée.

Le disque de la date est ainsi positionné à 2 heures, laissant apparaître tous ses composants. Le reste du cadran joue également sur la transparence, le mélange des couleurs et des matières pour un résultat visuellement épatant. Pour ne rien gâcher, le bracelet en veau de couleur tabac offre un contraste saisissant avec sa doublure et ses surpiqûres vert pistache !

ZRC Grands Fonds 300 Spirit 1964

Son nom ne laisse pas de place au doute : la collection Grands Fonds de la maison ZRC 1904 est taillée pour la plongée sous-marine. Après une première réédition en 2015, la marque suisse revient en 2018 avec un modèle directement inspiré de celui de 1964.

Etanche à 300 mètres, la nouvelle GF 300 Spirit 1964 (GF40215) se distingue par son boîtier tonneau de 40,5 mm et son bracelet en cuir marron vintage. Avec le Crown Protection System, vous ne pourrez pas accrocher le bracelet si la couronne à double étanchéité n'est pas revissée. Chez ZRC, élégance rime avec performance !

Partager
Tags: luxe
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !