Fashion week homme de Milan : défilé MSGM printemps-été 2022

Défilé MSGM printemps-été 2022

La mode est un éternel recommencement, on le sait. Cette « circularité temporelle », où l’on finit toujours pas revenir au début, on la retrouve jusque dans le titre du nouveau défilé homme MSGM : Canon infinito, « canon infini » en français dans le texte.

Présentée dans le cadre de la fashion-week digitale de Milan, cette collection masculine de la saison printemps-été 2022 est aussi poétique que colorée.

MSGM Men SS 2022 - Canon Infinito

Un jour sans fin au bon goût des 90’s

Lorenzo Senni, le musicien qui a signé la bande originale du défilé, a parfaitement su traduire l’atmosphère de la collection. Fashion week virtuelle oblige, la présentation de cette collection nous montre des mannequins évoluant sur une plage tout au long de la journée.

Dans ce canon infini, la lumière éblouissante du soleil s’adoucit heure après heure, avant de céder la place à la nuit et de revenir le matin, répétant sa danse dans un mouvement perpétuel obstiné. L’infini, lui, se retrouve également dans l’horizon, où la mer se fond dans le ciel.

Pour mettre en scène cette collection homme 2022, MSGM a puisé son inspiratino dans les photographies de Stephen Milner, et notamment sa série intitulée A Spiritual Good Time. On retrouve donc une esthétique digne des années 1990, avec des mannequins en combinaison de surf et les cheveux décolorés. En fond, les vagues déferlent et les couchers de soleil embrasent le ciel.

Défilé MSGM Men printemps-été 2022

Le défilé MSGM en images

Comme pour Etro, on retrouve une palette de couleurs éclatantes pour cette collection MSGM. Les nuances d’orange, ne noir total, le bleu encre, mais aussi le jaune et le vert : ces teintes semblent faire écho aux couleurs saturées des clichés de Milner. Pour adoucir l’ensemble, on retrouve des tons plus doux et naturels, « blanc d’huître », sable…

Surfant sur la tendance actuelle, les vêtements semblent aussi revisiter l’effet tie-dye, créant des effets surprenants, comme s’ils avaient été laissés à pâlir sous la chaleur du soleil. Les vêtements mouillés collent à la peau, on sent presque l’odeur du sel à travers les images

Ici et là, des éléments donnent à voir un monde sous-marin imaginaire. Des petits requins associés à des motifs cachemire joignent des motifs tribaux sur des chemises de sport et des leggings en lycra, sur des chemises en popeline ou en jacquard de coton et des bermudas.

Dans cet univers féerique, les crabes et coquillages « punk » apparaissent sur des maillots tricotés et des chemises, tandis que de gros poissons aux tons criards deviennent des patchs sur des mailles effilochées, avec un effet « déconstruit ».

Même les détails présents sur les différents vêtements proviennent de ce monde nautique pas comme les autres : des attaches métalliques sur les hauts rayés, des cols amovibles sur les épaules de sweats oversize, des sweats couleur sable portés avec des pantalons de marin, de vieux uniformes transportés dans le futur…

Les mannequins MSGM nous apparaissent ici comment vivant un rêve suspendu, comme s’ils avaient passé leurs derniers mois sur une île cachée hors du temps et de l’espace. Le résultat est poétique et psychédélique, surprenant et séduisant, à l’image de nombreuses présentations de cette Fashion Week digitale de Milan pour la saison printemps-été 2022.