Qui est Lukhanyo Mdingi, l’un des créateurs de mode les plus prometteurs de sa génération ?

Qui est Lukhanyo Mdingi

Récompensé du prix Karl Lagerfeld 2021 lors de la dernière cérémonie du Prix LVMH, Lukhanyo Mdingi se présente comme l’un des créateurs de mode les plus prometteurs du moment.

Son défilé automne-hiver 2022-23, présenté lors de la Fashion Week Homme de Paris, a permis de confirmer tout le bien que l’on pensait de lui. Faisons donc connaissance avec ce couturier de talent.

La mode africaine a (enfin) la cote

Si les Occidentaux, et notamment les Européens, ont longtemps eu la mainmise sur les podiums des défilés de mode, on assiste à une ouverture plus large depuis quelques années. Après les labels asiatiques (notamment japonais), le travail des créateurs africains est de plus en plus reconnu et considéré (enfin !).

Ainsi, deux ans avant Lukhanyo Mdingi, Thebe Magugu est le premier Africain à avoir remporté le prix LVMH en 2019. L’année suivante, Imane Ayissi est devenu le « premier styliste d’Afrique subsaharienne inscrit au calendrier officiel de la haute couture à Paris ». Kenneth Ize (faisant notamment défiler Naomi Campbell) s’emploie à revisiter et sublimer l’artisanat nigérian.

Quant à Onye Anuna et Prince Comrie, ils bénéficient d’une notoriété croissante à la tête de leur label Gravalot, certes britannique mais clairement influencé par la culture africaine.

Lookbook Lukhanyo Mdingi
Lookbook Lukhanyo Mdingi

Les « petites mains » de Lukhanyo Mdingi

Né en 1992 en Afrique du Sud, Lukhanyo Mdingi a créé sa propre marque dans la ville du Cap en 2015. Et dès ses premières collections, il n’a eu de cesse de mettre en avant non pas son pays, mais toutes les « petites mains », les hommes et les femmes qui lui permettent de donner vie à ses vêtements.

Qu’il s’agisse d’artisans sud-africains ou burkinabés, Lukhanyo Mdingi s’emploie à les mettre en lumière, afin de prouver que la mode et la haute couture peuvent avoir un véritable impact sociétal.

Ce n’est donc pas un hasard s’il aime jouer avec les motifs, les couleurs, les matières, les textures. Les vêtements qu’il crée peuvent être vus comme d’authentique oeuvres d’art (ou d’artisanat) : fluides, amples et élégantes, ses pièces peuvent être tissées ou tricotées… et souvent les deux en même temps.

Et s’il dévoile ses collections sur les podiums, notons que ses vêtements sont aussi accessibles au grand public (notamment chez Ssense pour les hommes et Net-a-Porter pour les femmes). Comptez 160€ pour un pull col roulé, 450€ pour un pantalon et jusqu’à 2000€ environ pour un beau blouson en laine mérinos et mohair.

Lukhanyo Mdingi, prix Karl Lagerfeld 2021
Portrait de Lukhanyo Mdingi

L’une des nouvelles étoiles de la Fashion Week de Paris

Chaque année, la semaine de la mode parisienne nous permet de faire la connaissance de nouveaux créateurs et labels. Le cru 2022-2023 n’a pas fait exception à la règle, avec les premiers défilés physiques de la griffe danoise Rains et des maisons françaises Egonlab. et Bluemarble, ou encore les présentations digitales du Japonais Doublet et de l’Américain Colm Dillane, dont la marque Kidsuper a été récompensée en septembre 2021 par le prix Karl Lagerfeld, en compagnie de Rui Zhou et donc… Lukhanyo Mdingi.

Pour son premier show à Paris, ce dernier avait la lourde tâche d’ouvrir le bal, avec le défilé inaugural de la Fashion Week Homme automne-hiver 2022-23. C’est dans le cadre de l’Espace Voltaire, plus habitué à abriter des expositions d’art contemporain, que l’on a ainsi pu découvrir la collection baptisée Bodyland.

Poétique, colorée et emballante, la présentation digitale fait encore la part belle aux écharpes XXL, aux hauts en maille, aux pantalons élégants et aux blazers oversize. Pour un baptême du feu, c’est une jolie réussite : on a maintenant hâte de découvrir le premier défilé physique de Lukhanyo Mdingi, à Paris ou ailleurs !

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !

Réagir à cet article