Seiko Astron : la montre qui a changé le cours de l’horlogerie contemporaine

La Cartier Santos est la première montre bracelet de l’histoire. La Fifty Fathoms de Blancpain est la première montre de plongée moderne. La Speedmaster d’Omega est la première montre à être allée sur la Lune… Parmi toutes ces montres qui ont marqué l’histoire, il y en a une qui fait presque office de mal-aimée. Et pour cause : la Seiko Astron est à l’origine d’une crise sans précédent dans les années 1970. Mais cette première montre à quartz a surtout complètement redessiné l’industrie horlogère moderne. 55 ans après son lancement, il est donc temps de revenir sur l’histoire de ce modèle pas comme les autres.

Les premiers pas de la montre électrique

Si l’on associe « forcément » la montre à pile au nom de Seiko, l’aventure de l’horlogerie électrique a débuté bien avant le lancement de l’Astron.

La Speedmaster d'Omega fait partie des montres les plus emblématiques du 20e siècle. Principalement parce qu'elle a accompagné les premiers pas de l'Homme sur la Lune... Si l'exploit lui a valu l...Lire la suite

Dès les années 1950, on assiste aux premières explorations visant à déplacer l’oscillation mécanique vers une impulsion électrique. Ainsi, en 1952, la marque américaine Elgin Watch et son homologue française Lip annoncent le développement d’une montre alimentée par pile. L’année suivante, c’est encore aux Etats-Unis que Bulova dépose un brevet sur une montre à diapason.

L’un des jalons les plus emblématiques de cette ère fut ensuite posé en 1957 par Hamilton avec sa Ventura, aujourd’hui connue pour être la première montre électrique au monde. Elle représente une première tentative audacieuse de sortir de l’engrenage mécanique traditionnel, utilisant un mouvement électrique pour améliorer la précision de la mesure du temps.

Toutefois, ces premières incursions dans l’électrique ne font que poser les bases de ce qui deviendra une vraie révolution avec l’arrivée du quartz.

Le joli cadeau de Noël (empoisonné) de Seiko en 1969

Après le développement d’une première horloge à quartz pour la société de radio-diffusion, Seikosha comprend que cette technologie pourrait donner naissance à une nouvelle génération de montres. Il faut encore attendre quelques années de travail pour voir la première montre de poche à quartz Suwa Seikosha récompensée par l’Observatoire de Neuchâtel en 1967, puis pour assister à la création de la 31EL en 1968, première montre-bracelet à pile, dotée d’un échappement à ancre.

A ce moment-là, l’entreprise japonaise annonce avoir totalement abandonné la recherche sur les diapasons et clame que sa première montre à quartz sera au point un an plus tard.

Ce qui ressemble à une vaine promesse finit par se confirmer à la toute fin de l’année 1969. Le 25 décembre précisément, jour où Seiko annonce la mise en vente de l’Astron 35SQ, la première montre à quartz au monde accessible au grand public.

Seiko Quartz Astron 35SQ

Cette innovation marque un tournant décisif, le quartz offrant une précision inégalée par rapport aux montres mécaniques de l’époque. L’Astron n’est pas seulement un prodige technique, c’est aussi une révolution commerciale, signifiant pour beaucoup le début de l’ère moderne de l’horlogerie. Sur le Vieux Continent, l’innovation de Seiko est perçue comme un « cadeau empoisonné », précipitant ce que l’on nomme aujourd’hui la « crise du quartz ».

Cette période voit de nombreuses manufactures horlogères traditionnelles peiner à concurrencer sur le marché en raison de la supériorité technique et du coût moindre des montres à quartz. Il ne faut pas longtemps pour comprendre que la Seiko Astron va contribuer à redessiner le paysage horloger, poussant l’industrie vers une ère de précision électronique… et une remise en cause stratégique. En 1982, plus d’une montre sur deux produite dans le monde est une montre à quartz.

💡L’article à lire pour tout comprendre sur la crise du quartz dans l’horlogerie

Que reste-t-il de la Seiko Astron aujourd’hui ?

Plus d’un demi-siècle après son arrivée sur le marché, l’Astron a toujours son mot à dire, même si elle ne ressemble plus guère au modèle originel. Et puisque les montres à quartz côtoient les montres mécaniques chez la plupart des grandes marques (au grand dam des puristes), Seiko a décidé d’aller plus loin.

En 2012, la firme nippone a lancé la deuxième génération d’Astron, cette fois en tant que première montre solaire GPS du monde. Cette nouvelle mouture, tout en préservant l’héritage de la marque en termes de précision et de fiabilité, intègre des technologies de pointe qui reflètent l’évolution continue de l’horlogerie. Les modèles récents sont capables de se connecter aux satellites GPS pour ajuster l’heure avec une précision atomique, où que vous soyez sur la planète.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Année après année, Seiko continue à peaufiner sa technologie. Plus compact, plus précis, moins énergivore, le mouvement qui anime l’Astron est de plus en plus perfectionné, à l’image de la série 5X lancée en 2018. Et en 2024, pour les 100 ans de la première montre estampillée Seiko, l’Astron se dote du nouveau calibre 5X83, qui lui permet de marier pour la première fois un chronographe classique à la technologie GPS Solar Dual-Time. Preuve qu’aujourd’hui encore, cette référence n’a pas fini de nous surprendre !

Seiko Astron GPS Sàlar Dual-Time 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *