Volkswagen Taigo : un nouveau SUV coupé dans la bataille

Touareg, Tiguan, T-Cross, T-Roc, éventuellement ID.4. Vous pensiez que la famille des SUV était au complet chez Volkswagen ? Que nenni ! Voici que débarque le nouveau VW Taigo, premier SUV coupé de la marque.

Le troisième SUV urbain et premier SUV coupé de Volkswagen

On savait que les citadines et les grandes berlines n’avaient plus trop la cote, que le SUV était aujourd’hui omniprésent. Mais alors qu’on pensait avoir fait le tour de la question, une « nouvelle » tendance émerge chez les constructeurs : le SUV coupé !

BMW avait ouvert la voie, il y a quelques années déjà, avec son X6 et aujourd’hui tout le monde s’y met ou presque : Mercedes GLE, Renault Arkana et donc, maintenant, Volkswagen Taigo. Annoncé au printemps dernier, le 3e SUV urbain du constructeur arrivera officiellement en fin d’année 2021 sur nos routes, avec un prix d’appel estimé entre 20 000 et 22 000 euros.

Alors que les T-Roc et T-Cross ne font pas l’unanimité, ce nouveau Taigo tentera donc de faire mieux que ses « grands petits frères ». Conçu sur la même plate-forme MQB que le second cité, il est pourtant 16 centimètres plus long (4m26 au total, soit 3cm de plus par rapport au T-Roc). Cela reste plus court qu’un Arkana (4m57), dont il reprend la silhouette plongeante propre aux SUV coupés.

D’ailleurs, le Taigo n’est pas une nouveauté en soi, puisqu’il s’agit de la déclinaison européenne du VW Nivus commercialisé en Amérique du Sud.

Les spécificités du VW Taigo

De prime abord, on pourrait penser que ce Taigo n’est qu’un énième SUV sur le marché, un simple variant dans la famille Volkswagen voire une Polo bodybuildée. Pourtant, le constructeur préfère en parler comme d’un « nouveau modèle Lifestyle tendance avec carrosserie de type crossover ». Soit.

Un vrai look sportif

En termes de design, force est de constater qu’il affiche un design racé et sportif. Logique pour un coupé, mais plutôt réussi. Outre son profil musclé dynamique (avec un pavillon rabaissé à 1m49 !), il se distingue par sa face avant très expressive, en étant équipé (en option), des nouveaux projecteurs Matrix LED IQ.LIGHT et d’une barre transversale de calandre éclairée.

Face avant du nouveau Volkswagen Taigo

Sans originalité mais pas sans espace

A l’intérieur, un air de déjà-vu puisque la planche de bord est similaire à celle du T-Cross et plus encore à celle de la Polo récemment restylée. Selon le niveau de finition choisi, les passagers pourront profiter d’un écran de 6,5 à 9,2 pouces pour utiliser le système d’info-divertissement dernière génération de Volkswagen.
Le conducteur, lui, bénéficiera d’une belle instrumentation numérique de 8 pouces avec le Digital Cockpit et de toute une palette d’assistances : système de surveillance périmétrique avec freinage d’urgence en ville et aide au maintien de trajectoire de série, mais aussi Travel Assist IQ.DRIVE pour conduite semi-autonome.

L’habitabilité s’annonce généreuse, notamment à l’arrière (malgré l’absence de banquette coulissante), avec un volume de coffre annoncé à 438 litres.

Que de l’essence… pour l’instant ?

Sous le capot, sans surprise, l’ère du diesel est terminée… et l’hybride n’est pas (encore ?) au menu. Pour le lancement du Taigo, l’offre se limitera donc à de l’essence avec le moteur turbo TSI décliné en trois cylindres 1 litre de 95 et 110 chevaux, ainsi qu’un bloc quatre cylindres 1,5 litre de 150 chevaux (avec une V-max de 212km/h).

Selon la cavalerie choisie, d’associer une boîte manuelle 5 ou 6 rapports ou une boîte à double embrayage DSG à 7 rapports. En revanche, Volkswagen n’a pas annoncé de transmission intégrale pour ce SUV coupé, qui arrivera donc sur nos routes à la fin de l’année 2021.

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !