Essai Kia Sportage hybride rechargeable : best seller en puissance

Essai Kia Sportage PHEV

Après les Xceed, Niro et Sorento PHEV, la gamme Kia accueille un nouveau modèle hybride rechargeable, avec le tout nouveau Sportage. Disposant d’une puissance cumulée de 265 chevaux, ce beau bébé promet une autonomie 100% électrique supérieure à 70 km. Un chiffre idéal pour convaincre les automobilistes d’adopter ce type de motorisation ? On a pu en prendre le volant lors d’un essai sur les routes de La Rochelle et de l’Île de Ré pour se faire une idée.

Essai Kia Sportage PHEV 2022

Le Kia Sportage, c’est déjà un succès

Cela fait déjà quelques mois que Kia a lancé la cinquième génération de son Sportage. Un SUV pour lequel le constructeur se montre très ambitieux et qui a déjà enregistré de très bons chiffres en termes de commandes (avant même la sortie de cette nouvelle motorisation hybride rechargeable). Toutefois, Marc Hedrich, le PDG de Kia France, préfère ne pas fixer d’objectifs chiffrés, après deux années compliquées et une période qui s’annonce encore incertaine : pandémie, crise des semi-conducteurs, conflit en Ukraine…

Pourtant, l’industrie automobile connaît une belle embellie en ce premier trimestre 2022. Notamment sur le marché des SUV… et encore plus sur les modèles électrifiés (électriques + hybrides). Kia ne fait pas exception, puisque le 7e consructeur du marché français, fraîchement auréolé du titre de « Voiture européenne de l’année » avec son EV6 (qui se vend aussi très bien), a déjà enregistré plus de 4500 commandes et 1300 immatriculations pour son nouveau Sportage. Des chiffres qui dépassent les espérances et qui incitent donc à l’optimisme pour l’avenir.

Best-seller de la marque en France entre 2010 et 2019, avec 105 000 exemplaires écoulés, le nouveau venu va logiquement apporter sa pierre à l’édifice Kia, alors que le trio Sportage / Niro / XCeed représente aujourd’hui 7,5% des parts de marché sur le segment des C-SUV.

Essai Kia Sportage hybride rechargeable 2022

Découverte du nouveau Kia Sportage PHEV

C’est sur le site ultra-moderne de Žilina, en Slovaquie, que Kia a lancé la production de son Sportage PHEV en février 2022. Et aujourd’hui, c’est du côté de l’île de Ré que nous allons le découvrir…

Cette cinquième génération de Sportage est conçue sur la nouvelle plateforme N3, pensée pour faciliter l’intégration de la motorisation hybride rechargeable et offrir une meilleure habitabilité.

En termes de dimensions, le Sportage reste un beau bébé, avec ses 4m52 de long (4 de plus que la génération précédente), 1m87 de large et 1m65 de haut, pour un empattement de 2m68 (comme le Hyundai Tucson, son cousin et rival « officiel »).

Visuellement, les changements sont nombreux par rapport au modèle précédent. On remarque immédiatement le nouveau logo Kia, fièrement affiché à l’avant et à l’arrière. La proue, elle, est censée illustrer le nouveau design maison, avec un concept poétique : « l’alliance des contraires ». Concrètement, les feux avant, en forme de boomerang, offre un visage très dynamique à la voiture, alors que la calandre « tiger nose » a été volontairement étirée « pour que le Sportage se remarque au premier regard dans la rue« , dixit Olivier Bouelharrag, le directeur marketing du constructeur.

De profil, le trait de chrome qui parcourt toute la longueur, donne l’impression de « porter le toit » à l’arrière et participe à l’impression de vélocité, largement renforcée par la présence de jantes 19 pouces. C’est encore le cas sur la poupe où, en plus de l’essuie-glace invisible, dissimulé sous un aileron plongeant, les feux effilés paraissent se fondre dans la carrosserie.

Un habitacle « classiquement moderne »

Quand on pénètre dans ce nouveau Kia Sportage, force est de constater que la technologie est omniprésente. Le regard ne peut qu’être attiré par le double écran intégré sur la partie avant du poste de conduite avec une dalle d’instrumentation numérique de 12,3 pouces (à partir de la finition Design) et un écran de la même taille pour l’info-divertissement.

La volonté a été de simplifier au maximum l’habitacle, pour donner une sensation d’espace. C’est globalement réussi, et même si l’ensemble manque légèrement de personnalité, les finitions sont très soignées.

Un sélecteur rond prend place sur la console centrale, qui s’intègre élégamment à l’avant, en plus des désormais traditionnels ports USB et recharge par induction pour le smartphone.

Les passagers arrière ne sont pas oubliés : en plus d’un bel espace (95,5 cm d’espace aux jambes et 99,8 cm de garde au toit), ils peuvent bénéficier de cintres intégrés dans les appuie-tête avant, de ports USB, de la climatisation tri-zone et de la luminosité offerte par le toit ouvrant panoramique. Quant au coffre, avec un volume de chargement de 540 litres, il ne souffre même pas trop de la présence des batteries électriques…

Une conduite tout en douceur

Confortable et agréable à vivre, le Kia Sportage doit encore faire ses preuves sur la route. Surtout avec cette nouvelle motorisation hybride rechargeable, qui ne fait pas encore l’unanimité.

Ici, le moteur turbo-essence T-GDi 1,6 litre de 180 chevaux est associé à un moteur électrique à aimant permanent de 91 chevaux, pour une puissance combinée de 265 chevaux (soit 35 de plus que la version full hybrid). Sur le papier, cela doit permettre de parcourir jusqu’à 78 km en cycle urbain en mode tout électrique (et 70 km selon le cycle mixte WLTP). Pour ce qui est de la consommation, les chiffres annoncés sont quelque peu fantaisistes avec 1,1l/100km (et 25 grammes de CO2/km).

Dans les faits, notre parcours de 150 km entre l’île de Ré et la Rochelle, alternant conduite en ville, voies rapides et réseau secondaire, nous aura permis de vider complètement la batterie électrique en une soixantaine de kilomètres pour une consommation contenue à moins de 4,5l/100km. Sur une boucle plus courte de 90 km, concentrée sur les petites routes côtières de l’île, celle-ci est même tombée à 2,3l/100km.

Véritable 4×4, le Kia Sportage dispose de plusieurs modes de conduite adaptés au terrain (neige, boue, sable), ainsi que de modes « Eco » et « Sport ». Ce dernier, à l’appellation bien galvaudée, offre certes des suspensions plus fermes et un couple plus élevé, mais permet surtout de forcer la recharge de la batterie électrique lorsque vous roulez en thermique. Et c’est bien en jouant sur ces deux « modes » que nous sommes parvenus à faire diminuer la consommation de notre SUV de près de 2 tonnes…

Kia Sportage hybride à l'Ile de Ré

En résumé, notre avis sur ce Kia Sportage hybride rechargeable

Après deux jours passés en sa compagnie, force est de reconnaître que ce Kia Sportage PHEV nous a globalement laissé une bonne impression. Déjà parce qu’il est bien né, bien équipé et bénéficie d’une belle esthétique (ce qui ne gâche rien !), mais en plus parce que cette motorisation hybride ne manque pas d’intérêt à l’heure où les prix à la pompe ne font que grimper. Mais attention : tout dépend de vos habitudes de conduite et de votre usage.

Si vous êtes amenés à parcourir une centaine de kilomètres par jour ou faire beaucoup d’autoroute et/ou que vous ne pouvez pas brancher votre voiture sur votre lieu de travail, cette voiture n’est clairement pas faite pour vous. Mais si vous devez vous contenter de courts trajets quotidiens et que vous avez une borne à disposition, l’idée de pouvoir parcourir 70 km en tout électrique peut paraître séduisante. Livré avec un chargeur embarqué de 7,2kw (comme le Hyundai Tucson), le Kia Sportage PHEV nécessite 1h45 de recharge sur un boîtier mural installé à domicile (515€ TTC, installation comprise) et jusqu’à 5h30 sur une prise traditionnelle.

Quand la version essence MHEV du Sportage (1.6 T-GDi 150ch) voit ses tarifs débuter à 29 990€, ceux de la version hybride rechargeable PHEV sont compris entre 43 290€ pour la version Active et 50 290€ pour le haut de gamme GT-Line Premium (et même 51 440€ pour la version toutes options de notre essai), toujours avec la garantie 7 ans Kia. Des prix qui paraissent toujours élevés, mais qui se situent dans les mêmes eaux que la concurrence, qu’il s’agisse du Hyundai Tucson PHEV 265ch (50 450€ en version N Line) ou de la référence Peugeot 3008 (48 580€ pour un Hybrid 225 GT Pack moins puissant et moins bien équipé).

Avis Kia Sportage hybride rechargeable
Avis Kia Sportage PHEV

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !

Réagir à cet article