Argon Spaceone : décollage réussi pour cette incroyable montre française

Plus de 500 000 euros récoltés en 2 heures. Un design hors norme. Un prix attractif. La Spaceone, première collection de la nouvelle marque Argon Watches, ne risque pas de passer inaperçue !

Cette montre à heure sautante est née de l’imagination de Théo Auffret et Guillaume Laidet, deux jeunes hommes qui transforment en or tout ce qu’ils touchent ou presque !

Un boîtier tonneau surmonté par 8 vis. Un look résolument sportif avec trois compteurs sur le cadran. Un bracelet en silicone. Pas de doute, il s'agit de la nouvelle montre dévoilée par Richard Mille...Lire la suite

Argon Watches, le nouveau concept horloger de Guillaume Laidet

Peut-on dire de Guillaume Laidet qu’il ne tient pas en place ? Sans doute. Qu’il est passionné d’horlogerie ? Absolument ! Son nom ne vous dit peut-être rien comme ça, mais on en a déjà parlé à diverses reprises sur Masculin.

La première fois, c’était en 2016. Le jeune trentenaire d’alors nous expliquait pourquoi et comment il avait choisi de créer sa propre marque, William L. 1985 (en référence à son année de naissance). A cette époque, Guillaume Laidet nous confessait que l’idée avait germé après qu’il a hérité un vieux chronographe des années 1950 de son arrière-grand-oncle.

Rouillé, encrassé, le garde-temps avait été restauré par un horloger spécialisé à La Chaux-de-Fonds : « J’ai tout de suite commencé à la porter et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle ne passait pas inaperçue. La plupart de mes amis me demandait ou je l’avait acheté et combien je l’avais payé. Je leur répondait qu’il pouvait en trouver une sur eBay ou chrono24 entre 600 et 950€. Cela pouvait même être plus suivant la marque présente sur le cadran. Mais le prix tuait dans l’œuf toute idée d’achat. »

C’est ainsi qu’il a eu l’idée de produire son propre chrono, avec un style résolument vintage et un prix défiant toute concurrence : moins de 200 euros pour les modèles quartz et moins de 400 euros pour les montres automatiques. Pour une première, le projet William L. 1985 est une réussite, rencontrant un joli succès sur Kickstarter (plus de 1000 contributeurs et quelque 200 000 euros récoltés).

A l’été 2018, alors que sa jeune marque continue à se développer, Guillaume Laidet s’intéresse au destin d’une marque historique quasiment disparue : Nivada Grenchen. Avec l’aide du propriétaire du groupe Montrichard, Rémi Chabrat, il participe activement à la résurrection de la marque suisse presque centenaire. Comme si cela ne suffisait pas, il applique la même recette chez Vulcain à partir de 2021, permettant à cette autre figure historique suisse de connaître une nouvelle jeunesse.

Et puisque Guillaume Laidet ne tient décidément pas en place, l’entrepreneur en série s’est associé à Théo Auffret pour lancer le projet Argon Watches en ce printemps 2023. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les débuts sont (très) prometteurs.

La Spaceone, une montre vraiment pas comme les autres

On ne change pas une formule qui marche. Après de premières images énigmatiques sur les réseaux sociaux au début de l’année, c’est sur Kickstarter que le projet Argon Watches a officiellement décollé. A tous les sens du terme : en séduisant plus de 200 contributeurs et récoltant 500 0000 euros en 2 heures, cette nouvelle marque semble partie pour suivre une trajectoire fulgurante !

Il faut dire que les deux hommes à l’origine de ce concept bénéficie déjà d’un solide bagage. On vient d’évoquer le parcours de Guillaume Laidet, mais celui de Théo Auffret n’est pas mal non plus. Agé de 27 ans, cet horloger parisien indépendant a lui aussi créé sa propre marque (qui porte son nom) et sa montre Tourbillon Grand Sport a été retenue dans la présélection officielle du GPHG 2022. Passionné d’automobile et d’aviation, cette dernière semble l’avoir guidé dans la conception de la Spaceone.

A défaut d’être une montre de pilote, le premier modèle estampillé Argon est un véritable OHNI ; un Objet Horloger Non Identifié. Au premier regard, cette Spaceone nous fait irrémédiablement penser à une Horological Machine de chez MB&F ou un modèle fou de chez Urwerk. De fait, les deux créateurs expliquent que cette collection est inspirée par l’exploration spatiale et le mouvement Space Age design, très en vogue dans les années 1960.

Montre Argon Spaceone
Argon Watches Spaceone dos boitier

Ici, pas de boîtier rond traditionnel, mais une montre qui ressemble à un vaisseau spatial, avec des dimensions qui en imposent : 51,67mm de largeur pour 42mm de longueur et 12,6mm d’épaisseur. Le poids, lui, en revanche, n’excède pas 90 grammes (ou 120g avec le bracelet en caoutchouc). Selon la version choisie, ce boîtier de l’espace est conçu en acier, titane ou carbone… mais n’est pas surmonté par un verre saphir classique (ce serait trop simple !). Guillaume Laidet et Théo Auffret ont fait le choix de créer une montre à heure sautante, dont la lecture se fait à travers un simple « cockpit » en verre, situé à 9 heures.

La transparence est aussi partiellement au rendez-vous au dos du boîtier, laissant juste apercevoir le mouvement à remontage automatique Soprod P024 (sans date) revu et corrigé pour accueillir cette fameuse heure sautante. Avec ses 28 800 alternances par heure, il offre à la montre une petite réserve de marche de 38 heures.

Si cette Spaceone semble déjà exceptionnelle en termes de design, le prix a lui aussi de quoi surprendre : entre 1500 et 1900 euros selon la version commandée (certaines éditions étant limitées à 100 exemplaires). Assemblées en France et bénéficiant d’une garantie de 2 ans, ces premières montres Argon Watches sont disponibles en précommande sur Kickstarter et devraient être livrées d’ici la fin de l’année 2023.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

💡 A lire aussi : Ces marques de montres qui ont cartonné sur Kickstarter

3 commentaires

    1. Alors, c’est vrai que j’ai tout de suite à pensé à HYT et Urwerk… mais il y a clairement *un peu* de Dream Watch dans cette SpaceOne 😉

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *