Les 10 meilleures mini-séries à voir de toute urgence

Dans leur regard Netflix
Dans leur Regard sur Netflix, une mini-série à voir absolument

Quand elles rencontrent le succès, les séries TV ont souvent tendance à s’étaler dans le temps. Trop souvent. Trop longtemps. Et quand les saisons se multiplient, l’intrigue se dilue et l’ennui guette… jusqu’à une conclusion qui en viendrait presque à nous faire oublier pourquoi on avait aimé cette série à la base (coucou Dexter, Prison Break, La Casa de Papel, Game of Thrones, Lost…).

A l’inverse, les mini-séries, limitées à une seule saison et quelques épisodes, permettent de condenser l’action et de nous maintenir en haleine tout au long de l’histoire.

Vous voulez vous lancer dans une nouvelle série sans en prendre pour 8 saisons ? Voici donc nos mini-séries préférées, à rattraper en DVD ou en streaming !

Mais d’abord, c’est quoi une mini-série ?

On l’a déjà dit en introduction de cet article, mais comme son nom l’indique, une mini-série désigne une création en une seule saison, avec un nombre prédéfinis d’épisodes… et une vraie fin !

Ces dernières années, ce type de contenu s’est multiplié, notamment sur Netflix, avec des séries plus ou moins qualitatives telles que Maniac, Messiah, Clickbait, The Haunting of Hill House / Bly Manor, Mon Amie Adèle. Les autres plateformes ne sont pas en reste, et on vous conseille de jeter un oeil à The Night Of sur OCS ou encore à l’adaptation du roman de Stephen King, 22.11.63, visible sur MyCanal. Preuve de leur attrait : plusieurs d’entre elles ont été récompensées lors des Golden Globes, dans une catégorie qui leur est dédiée.

Ces mini-séries ont fait du bingewatching un état d’esprit à part entière… même si on ne peut que vous recommander d’étaler le visionnage des épisodes pour mieux les savourer ! Quoi qu’il en soit, voici une liste (non-exhaustive) de 10 mini-séries à voir de toute urgence si ce n’est pas déjà fait !

Band of Brothers

« It’s not TV, it’s HBO« . Clairement, la chaîne américaine a été la première à bouleverser le petit écran avec ses séries événement. En 2001, après avoir ému la terre entière au cinéma avec Il Faut Sauver le Soldat Ryan, Steven Spielberg et Tom Hanks viennent frapper à la porte de HBO pour leur proposer l’équivalent de ce film en une mini-série de 10 épisodes.

Band of Brothers (Frères d’Armes) est une série ultra-réaliste adaptée du roman de Stephen Ambrose qui nous plonge donc dans l’horreur de la Seconde Guerre mondiale, en compagnie des soldats de la Easy Company, des parachutistes issus de la 101e Division Aéroportée US.

Au côté de Damian Lewis, le casting est impeccable, de Scott Grimes à Donnie Wahlberg, en passant par des guests aussi prestigieux que Tom Hardy, Michael Fassbender, James McAvoy, David Schwimmer ou encore Jimmy Fallon !

Dix ans plus tard, Hanks et Spielberg remettront le couvert avec la mini-série Band of Brothers : l’enfer du Pacifique, qui mérite elle aussi le détour.

Dans leur regard

Voici peut-être l’une des séries les plus sous-cotées de Netflix. En 4 épisodes seulement, Ava DuVernay nous relate le cauchemar de 5 adolescents de Harlem, qui se retrouvent accusés à tort après le viol et l’agression d’une joggeuse à New York.

Plus qu’une simple série, il s’agit d’une histoire vraie, celle des « Cinq de Central Park », où les jeunes gens sont poussés par les forces de l’ordre à avouer un crime qu’ils n’ont pas commis. Leur seule « erreur » : ne pas avoir la bonne couleur de peau.

Dans une Amérique marquée par le mouvement « Black Lives Matter », Dans leur regard a pris une dimension supplémentaire en 2019. Une série choquante et utile, dont vous ne ressortirez pas indemne.

Chernobyl

Voici encore une série qui ne donne pas particulièrement la pêche, mais qui marque la rétine et les esprits pendant un moment. Comme son titre l’indique, Chernobyl évoque la catastrophe nucléaire de 1986, et surtout la façon dont les autorités soviétiques ont tenté de dissimuler la vérité sur la situation.

Une fois encore, cette création HBO se distingue par son réalisme (malgré certaines libertés), en étant au plus près des personnages, qu’il s’agisse des politiques ou des ouvriers et liquidateurs chargés d’éteindre l’incendie. A l’heure où le conflit russo-ukrainien occupe tout l’espace médiatique, se replonger dans cette série prend une dimension supplémentaire…

Unorthodox

Comme Dans leur Regard, Unorthodox est une mini-série en 4 épisodes diffusée sur Netflix qui a connu un succès aussi discret que mérité. Sortie en 2020, elle nous invite à faire la connaissance d’Esther « Esty » Shapiro (excellente Shira Haas), une femme issue de la communauté hassidique de Brooklyn qui décide de fuir à Berlin après un mariage arrangé.

Librement adaptée des mémoires de Deborah Feldman, cette mini-série allemande parvient à briser des tabous religieux sans se montrer moralisatrice. On suit Esther dans sa reconstruction et sa découverte d’un nouveau monde très éloigné des traditions ultra-orthodoxes dans lesquelles elle a grandi.

Le jeu de la dame

Contrairement à plusieurs séries évoquées précédemment ici, difficile (voire impossible) d’être passé à côté du Jeu de la Dame (The Queen’s Gambit en VO) en 2021.

Portée par la magnétique Anya Taylor Joy, cette mini-série Netflix est une adaptation du roman éponyme écrit par Walter Tevis. On y fait la connaissance de la jeune Beth Harmon, placée dans un orphelinat après le décès de sa mère, et qui trouve un exutoire en apprenant à jouer aux échecs. Le sujet paraît tout sauf cinématographique, pourtant Scott Frank et Allan Scott parviennent à rendre les compétitions aussi excitantes et intenses qu’un combat de boxe !

Alors oui, le penchant de l’héroïne pour l’alcool et les anxiolytiques prend parfois beaucoup de place, mais les 7 épisodes du Jeu de la Dame se laissent dévorer sans peine… même sans être un spécialiste des échecs !

Watchmen

Pour beaucoup de fans, le monument Watchmen est impossible à adapter au petit ou au grand écran. Après le demi-échec du film de Zack Snyder en 2009, c’est Damon Lindelof qui s’est attaqué à l’oeuvre d’Alan Moore, Dave Gibbons et John Higgins en 2019.

Et bien lui en a pris, puisque le créateur de Lost et The Leftovers (entre autres) a réussi à livrer 9 épisodes d’une intensité rare. Visible sur OCS, la série Watchmen a pris une résonnance particulière, parvenant à moderniser les thématiques abordées originellement dans le roman graphique. Du massacre de Tulsa de 1921 aux suprémacistes blancs et au trumpisme de 2020, Lindelof réécrit l’histoire américaine à travers les personnages mythiques de Watchmen. Une vraie réussite !

Mare of Easttown

Disponible sur OCS et MyCanal, Mare of Easttown doit beaucoup à son interprète principale, Kate Winslet. L’héroïne de Mildred Pierce (une autre mini-série géniale créée par HBO) y interprète Mare Sheehan, « enquêtrice » dans une petite ville de Pennsylvanie, chargée de résoudre un meurtre sordide.

Mais dans une bourgade où tout le monde connaît tout le monde, où chacun a des secrets à cacher, mener une enquête est une tâche souvent ingrate. Il y a un peu de Twin Peaks ou de True Detective dans cette série à la mise en scène brute mais très réaliste. L’un de nos coups de coeur de l’année 2021, assurément !

Scènes de la Vie Conjugale

On reste avec le duo HBO / OCS avec cette réinterprétation du chef d’oeuvre d’Ingmar Bergman. Pour ses Scènes de la Vie Conjugale, Hagai Levi a choisi un duo charismatique, à savoir Oscar Isaac et Jessica Chastain. Leur complicité naturelle transparaît à l’écran, où ils interprètent un couple qui bat de l’aile, mais qui n’arrive pas à se séparer.

Omniprésents, les deux acteurs nous bouleversent, nous énervent, nous émeuvent, nous font partager leurs joies (un peu) et leurs souffrances (beaucoup plus). Si les histoires d’amour finissent mal en général, celle de Jonathan et Mira fera-t-elle exception à la règle ? Il vous suffit de regarder les 5 épisodes de cette mini-série pour avoir la réponse…

The Plot Against America

L’Amérique est malade. Bon nombre de séries évoquées dans ce classement semblent en témoigner. Mais avec The Plot Against America, cela paraît encore plus évident. Adaptée du roman uchronique de Philip Roth publié en 2004, cette mini-série HBO (oui, encore !) nous ramène dans les années 1940, installant le pilote Charles Lindbergh à la Maison Blanche, en lieu et place de Roosevelt.

Oui, mais voilà : Lindbergh a certains penchants nazis et une vague de violence et d’antisémitisme s’apprête à déferler sur les USA. Le postulat est glaçant, mais on ne peut s’empêcher de s’interroger : et si ? Et si ça s’était vraiment passé comme ça ? Et si la situation n’était finalement pas si différente aujourd’hui ?

Angels in America

Quelle meilleure façon de boucle la boucle qu’en retournant sur la chaîne où tout à commencé, HBO ? Et surtout avec l’une des premières mini-séries à avoir marqué le petit écran.

Diffusée en 2003 sur… HBO, Angels in America est en fait l’adaptation d’une pièce de théâtre de Tony Kushner, elle-même récompensée du Prix Pulitzer en 1991. Initialement diffusée en deux parties de 3 heures, cette mini-série est aujourd’hui découpée en 6 épisodes, mais n’a rien perdu de son intensité.

On y fait la connaissance de six femmes vivants à New York dans les années 1980, alors que l’épidémie du Sida fait de nombreuses victimes. C’est justement cette maladie qui bouleverse le quotidien de Prior Walter, abandonné par son petit ami, de plus en plus malade. Seul, il est en proie à des hallucinations, dans lesquelles il fait notamment la rencontre d’un ange.

Réalisée par Mike Nichols, Angels in America peut compter sur un casting en or, avec Mary-Louise Parker, Meryl Streep, Al Pacino et Jeffrey Wright. Sans misérabilisme, mais avec beaucoup d’humour (si, si !), la série parvient à dresser un portrait subtil de l’Amérique de Reagan.

Angels in America mini-série OCS

Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.