Voici les 10 montres emblématiques des années 1960 que vous devriez connaître

Premier chronographe Rolex, la Daytona lancée en 1963 est un must pour de nombreux collectionneurs aujourd'hui / © Rolex - Alain Costa

Toutes les marques horlogères ou presque proposent aujourd’hui des montres d’inspiration vintage. Des modèles qui semblent tout droit venus des années 1960 ou 1970, perçues comme l’âge d’or de l’horlogerie moderne.

Les plongeuses de type Skin Diver, les montres liées au sport automobile et autres toolwatches ont ainsi connu un grand succès dans les sixties… et n’ont rien perdu de leur pouvoir d’attraction aujourd’hui. Certaines de ces sexagénaires sont même considérées comme des montres culte et sont loin d’être à la retraite. Alors, pour parfaire votre culture horlogère, voici quelques-unes des montres les plus emblématiques des années soixante !

Après l'Antarctic et la Chronomaster, Nivada Grenchen continue de nous faire redécouvrir ses modèles les plus emblématiques. Cette fois, c'est la Depthmaster que nous avons pu observer sous toutes le...Lire la suite

Rolex Submariner (1962)

Faut-il encore présenter la Submariner ? Imaginée par Rolex, il s’agit sans doute de l’une des montres de plongée les plus iconiques jamais créées. Son design épuré, son étanchéité exceptionnelle et sa robustesse en ont fait le choix privilégié des plongeurs professionnels et amateurs.

Devenue un symbole d’aventure et d’exploration sous-marine, portée par James Bond aussi bien que le commandant Cousteau, elle a contribué à faire rayonner la marque à la couronne dans le monde entier. En revanche, la première « vraie » Submariner a vu le jour en 1953 ; celle que l’on considère aujourd’hui comme l’un des modèles les plus emblématiques des années 1960 est la référence 5513, produite de 1962 à 1989 et qui suscite encore la convoitise de nombreux collectionneurs.

Montres emblématiques des années 1960 - Rolex Submariner 1962

Omega Speedmaster Professional (1965)

On triche encore un peu car la Speedmaster est apparue chez Omega en 1957… mais c’est bien en 1965 qu’elle obtient le titre de « Qualified NASA Flight Equipment » et devient donc la montre officielle de la Nasa. Le mythe de la Moonwatch est en route et l’apothéose survient en 1969 quand elle devient avec Buzz Aldrin la première montre à la surface de la Lune.

Toujours bien présente au catalogue (avec un prix en constante hausse), la Speedmaster reste prisée tant par les collectionneurs que par les amateurs de montres sportives.

Heuer Carrera (1963)

Dans les années 1960, on ne parle pas encore de TAG Heuer, mais simplement de Heuer. Mais déjà à cette époque, la marque suisse se pose comme une pionnière de la montre automobile. Après l’Autavia, Jack Heuer crée la référence 3336, un modèle taillé pour résister aux conditions extrêmes de la Carrera Panamericana, une course sur route organisée dans les années cinquante au Mexique. Ce chronographe jette les bases de la référence 2447, la première « vraie » Carrera lancée en 1963.

Cette montre panda se dote d’un cadran « coquille d’œuf » avec des compteurs noirs et se pare d’un élégant bracelet en cuir noir. A l’intérieur, c’est encore un mouvement à remontage manuel qui anime la montre. Il faudra attendre encore quelques années pour que le calibre 11 prenne place dans le boîtier (réf. 1153), faisant de la Carrera la première montre chronographe automatique au monde en 1969.

Montres emblématiques des années 1960 - 2447SN Heuer Carrera

Rolex Daytona (1963)

Quand on parle de la Carrera de Heuer, la Daytona de Rolex n’est jamais loin. Non seulement parce qu’elle entretient des liens très étroits avec la course automobile, mais aussi parce qu’elle est née la même année, en 1963.

Elle portait seulement le nom de Cosmograph à son lancement et il a fallu quelques mois à Rolex pour lui accoler la mention Daytona, en l’honneur du célèbre circuit américain. Cela ne suffit pourtant pas à ce que ce modèle rencontre un succès immédiat.

Si la « Dayto » a fini par devenir culte, c’est parce que Paul Newman la porte fièrement dans le film Virages (Winning en VO), sorti en 1969. Une anecdote d’autant plus savoureuse que Newman était alors vu comme le principal rival d’un certain Steve McQueen qui a pour sa part contribué à la popularité de… la Carrera de TAG Heuer !

Montres emblématiques des années 1960 - Rolex Daytona 1963

Seiko 5 Sportsmatic (1963)

Six ans avant de bouleverser totalement le secteur avec l’Astron, Seiko jette déjà un pavé dans la mare avec de Seiko 5 Sportsmatic en 1963. Irait-on jusqu’à dire que cette montre a révolutionné l’horlogerie à son échelle ? Toujours est-il qu’elle proposait déjà à l’époque une qualité et une durabilité exceptionnelles associées un prix abordable.

Considérée aujourd’hui comme « la toute première montre automatique jour-date », cette montre japonaise devait « tenir cinq promesses essentielles » selon Seiko (d’où son nom) : résistance aux chocs, résistance à l’eau, jour et date affichés dans un même guichet à 3h, mouvement automatique et couronne encastrée à 4h.

Ce modèle a précédé de 5 ans le lancement de la Seiko 5 Sports, grand classique de la marque nippone aujourd’hui.

Montres emblématiques des années 1960 - Seiko 5 Sportsmatic 1963

Cartier Crash (1967)

La Crash fait partie de ces montres qui ont alimenté de nombreuses légendes, si bien qu’il est encore difficile de retracer son histoire avec certitude. S’agit-il d’une vraie audace artistique ou d’un heureux « accident » ?

Une chose est sure, elle est officiellement née en 1967 et elle se distingue évidemment par la forme atypique de son boîtier. Celle-ci rappelle les horloges molles de Dali (dans La Persistance de la Mémoire), même si Jean-Jacques Cartier préférait parler d’une inspiration née suite à la venue d’un client dans la boutique londonienne suite à un accident de voiture.

Pièce rare, la Crash est une montre ultra-convoitée aujourd’hui. En 2022, un exemplaire authentifié de 1967, animé par le mouvement à remontage manuel calibre 841, a ainsi été vendu aux enchères pour la modique somme de 1,5 million de dollars.

Montres emblématiques des années 1960 - Cartier Crash 1967

Breitling Navitimer Cosmonaute (1962)

En 1942, Breitling dévoile la Chronomat première montre-chronomètre-chronographe brevetée certifiée COSC. Dix ans plus tard, celle-ci fait place à une nouvelle gamme encore plus complète et plus précise, la Navitimer. Puis, encore 10 ans plus tard, en 1962, c’est au tour de la Navitimer Cosmonaute d’entrer en scène. Spécialement conçue pour les premiers vols habités, elle devient « la première montre de poignet suisse envoyée dans l’espace » grâce à Scott Carpenter lors de la mission Mercury-Atlas 7.

Conçue en partenariat avec l’astronaute, cette Navitimer se distingue par son cadran ultra-complet, avec un affichage de l’heure sur 24h et une règle à calcul permettant d’effectuer toutes les opérations mathématiques nécessaires en vol (comme la vitesse moyenne, la distance parcourue…).

Montres emblématiques des années 1960 - Breitling Navitimer Cosmonaute 1962

Grand Seiko First (1960)

On a souvent tendance à résumer (à tort) l’histoire de Seiko à l’invention de la montre à quartz. Kintaro Hattori a pourtant débuté son aventure horlogère dès 1881. Et à partir de 1960, la marque nippone veut aller encore plus loin en termes de fiabilité et de précision avec le lancement de la marque Grand Seiko et de son premier modèle, la First.

Animée par le calibre 3180, cette montre mécanique affiche une précision remarquable de -3/+12 secondes par jour ainsi que 45h de réserve de marche. La Grand Seiko First devient par ailleurs « la première montre japonaise à recevoir un certificat d’excellence délivré par les Bureaux Officiels de Contrôle de la Marche des Montres ». Alors, qui pourrait encore dire que Seiko n’a pas sa place parmi les grands noms de l’horlogerie contemporaine ?

Montres emblématiques des années 1960 - Grand Seiko First 1960

Jaeger-LeCoultre Memovox Polaris (1968)

Il n’y a pas que la Reverso qui a marqué son époque chez Jaeger-LeCoultre ! Vers la fin des années 1960, la marque réinvente complètement la montre de plongée avec sa Polaris.

Dotée du calibre automatique Memovox 825, elle pouvait compter sur son alarme pour se rendre indispensable, indiquant aux plongeurs qu’il était temps de remonter à la surface grâce à un signal sonore distinct. Etanche jusqu’à 300m, son fond de boîte Compressor perforé de 16 trous permettait une parfaite propagation du son, sans endommager le mécanisme.

La Polaris se distinguait aussi par sa taille inhabituelle pour l’époque, avec un diamètre de 42 mm

Montres emblématiques des années 1960 - Jaeger-LeCoultre Memovox Polaris (1968)

Zenith El Primero (1969)

Plus que la montre en elle-même, c’est bien son mécanisme qui a contribué (et contribue encore aujourd’hui) à la renommée de la manufacture Zenith. Apparu en 1969, le calibre El Primero devenait « le premier chronographe automatique haute fréquence au monde ». Oscillant à 36 000 alternances par heure, il permettait de mesurer des temps au 1/10e de seconde.

Au-delà son de mouvement iconique régulièrement remis au goût du jour, cette montre Zenith plaît aux collectionneurs grâce à son style unique, notamment ces trois compteurs de couleur différente que l’on retrouve sur plusieurs réinterprétations modernes.

Montres emblématiques des années 1960 - Zenith El Primero (1969)

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Dans des registres bien différents, on aurait encore pu évoquer les cas de la Prospex, première plongeuse Seiko lancée en 1965, de la Monaco de TAG Heuer apparue en mars 1969 voire de la Grands Fonds 300 de ZRC née en 1964 ou de l’iconique Superman de Yema. Et dire que cette décennie très riche allait en précéder une autre encore plus… surprenante pour l’horlogerie, entre crise du quartz et modèles mythiques créés par un certain Gérald Genta !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *