Bienvenue chez les Femmes du sixième étage

--- Le ---

Synopsis : Paris, années 60. Jean-Louis Joubert mène une vie de routine entre sa société d’agent de change et l’appartement bourgeois qu’il partage

Bienvenue chez les Femmes du sixième étage
Charlotte Mounard, © SND Production ©
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

Synopsis : Paris, années 60. Jean-Louis Joubert mène une vie de routine entre sa société d’agent de change et l’appartement bourgeois qu’il partage avec sa femme, Suzanne. Son quotidien se verra bientôt bousculé par l’arrivée de Maria, la jeune domestique espagnole qu’il engage et qui lui ouvrira les portes d’un monde aux antipodes de son rythme de vie : celles de la communauté hispanique vivant sous les combles de l’immeuble bourgeois. Rapidement conquis par l’humilité et la bonne humeur communicative de ses voisines du sixième étage, Jean-Louis va alors tout tenter pour améliorer leur quotidien et se prouver qu’il est encore possible de croire en ses rêves…

Des clichés assumés
Après « L’Année Juliette » et « Le Coût de la Vie », Fabrice Luchini signe ses retrouvailles avec Philippe LeGuay dans cette comédie moins légère qu’il n’y paraît. Si, à première vue, le film respire l’histoire convenue – une brochette de pauvres mais joyeuses espagnoles fait irruption dans la vie rangée d’un couple de bourgeois coincés –, le réalisateur prend soin de ne pas éviter les clichés mais plutôt de les sublimer en les teintant tour à tour d’humour et de mélancolie. Comme Jean-Louis, l’on s’attache très vite à cette petite troupe respirant la bonne humeur, emmenée avec vivacité par la délicieuse Maria – merveilleuse Natalia Verbeke. Kiberlain s’amuse et Luchini se lâche, nous livrant quelques beaux moments de comédie dont un mémorable exercice de prononciation qui n’est pas sans nous rappeler la leçon d’anglais du tandem Alvaro-Bacri dans « Le Goût des Autres ».

Un casting hétéroclite
Pour l’écriture du scénario, Philippe LeGuay s’est inspiré de sa propre enfance. C’est donc pour rendre un hommage tout personnel à ces heures heureuses – sa nounou était ibère – qu’il a parcouru toute l’Espagne à la recherche de ses protagonistes. Sur la toile, d’immenses actrices internationales telles Carmen Maura donnent le change à quelques novices « pur jus » récitant leur texte en phonétique, provoquant l’irrésistible envie du spectateur de côtoyer cet univers sympathique où la spontanéité règne en maître. Jean-Louis Joubert est conquis… et nous aussi.

Sortie le 16 février 2011
Note de la rédaction de Masculin.com :
★★★☆☆


Thèmes connexes :
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS